Ça roule…

F1 – Saison 2020 – Bilan de mi-saison : les surprises

Alors que l’on est à la mi-saison, il est temps de faire un petit bilan de ce qui a été vu en Formule 1. Cette semaine, la rédaction F1 de We Sport desserre bons et mauvais points à la saison 2020. Aujourd’hui, on termine avec les surprises de la saison.

Williams: la renaissance

C’était la pire saison de Williams l’année dernière. Un petit point récolté, à plus d’1s du 15e en qualifications. Une bérézina. Et pourtant, l’écurie renait petit à petit. Elle s’est rapprochée de la Q2, parfois même l’atteint. Bon ça ne change pas sur le plan comptable, mais l’évolution est là.

Les Williams qui entourent l’Alfa Roméo de Raïkkonen – Crédit image: F1only.fr

Mais le confinement n’a pas fait que du bien. Il a mis en lumière les difficultés de plus en plus importantes de cette équipe historique. Malgré tout, le fond d’investissement Dorlington a acquis cette mythique écurie. La fin d’un mythe, celui de l’équipe de Franck Williams. Le nom Williams reste… C’est le plus important.

La double pige de Nico Hulkenberg

Hulkenberg doit remercier le ciel pour l’infection de Perez au COVID-19. Parce qu’au sortir d’une saison 2019 passablement ratée, il semblait que sa carrière en F1 ne se soit définitivement terminée. Au final il revient pour le double week-end anglais et montre qu’il n’a rien perdu.

En une course (puisqu’il n’a pu prendre le départ du GP de Grande Bretagne sur soucis mécaniques), il s’est rappelé au souvenir de tous. A tel point qu’aujourd’hui il est en discussions avec plusieurs teams pour 2021. Vous avez dit 2e chance?

Stroll ou la bonne évolution

C’est la très grosse surprise de cette saison. Lance Stroll, que l’on qualifiait de “fils à papa”, pistonné parmi les pistonnés, a su élever son niveau de jeu pour devenir une des nombreuses pépites du plateau. Il ne faut pas se leurrer, jamais il ne sera champion du monde. Mais il démontre qu’il a sa place sur le plateau.

BUDAPEST, HUNGARY – JULY 19: Lance Stroll of Canada driving the (18) Racing Point RP20 Mercedes leads Charles Leclerc of Monaco driving the (16) Scuderia Ferrari SF1000 during the Formula One Grand Prix of Hungary at Hungaroring on July 19, 2020 in Budapest, Hungary. (Photo by Mark Thompson/Getty Images)

Reste en qualifications où il reste en retrait par rapport à Sergio Perez. Mais il fait le travail en course, sur la piste, pour maximiser le potentiel de sa machine, malgré les conditions difficiles. Son seul regret: le restart du GP d’Italie. Virtuellement en tête, il se laisse surprendre par Gasly, qui s’envole vers la victoire. Bref, on a hate de le voir aux côtés de Sebastian Vettel.

La guerre du milieu

Il y a toujours eu plusieurs batailles en F1. La lutte pour le titre, la lutte pour la lanterne rouge. Mais celle qui donne le plus de frissons c’est bien la lutte pour la 3e place. Elle oppose 5 équipes (mathématiquement). McLaren, Renault, Racing Point, Ferrari et Alpha Tauri. Les 10 pilotes qui roulent dans ces voitures se battent à coup de millièmes le samedi.

Et le dimanche, ils offrent un spectacle superbe. Des batailles grandioses, des coups stratégiques, des choix techniques. Bref, si 2020 a de l’intérêt, il réside en grande partie grâce à elles. Sinon on s’ennuierait bien.

La saison stratosphérique de Théo Pourchaire

Plus jeune pilote du plateau de F3 FIA, pour devenir au bout de 9 meetings le vice champion. Quelle trajectoire pour Théo Pourchaire! Et surtout quel coup de volant. C’est simple, il a ébloui le petit monde de la monoplace par son talent. Deux victoires et surtout 8 podiums, il su être constant toute la saison.

Pourchaire Theo (fra), ART Grand Prix, Dallara F3 2019, portrait celebrating his first win during the 2nd round of the 2020 FIA Formula 3 Championship from July 10 to 12, 2020 on the Red Bull Ring, in Spielberg, Austria – Photo Sebastian Rozendaal / Dutch Photo Agency / DPPI

Ses deux victoires, il les a construit tout au long du week-end, sa première lors de la course 2 du GP de Styrie est même un exemple de patience. Ce qu’il manque à Théo? Une pointe de vitesse sur le tour rapide, car il n’a signé aucune pole (Il a subit une pénalité à Monza alors qu’il l’avait signé). Bref, on a envie de le voir plus haut, en F2 notamment!

C’est fini pour les surprises de la F1. La compétition reprendra ses droits dès Vendredi à Sotchi pour le GP de Russie. A suivre su WeSport bien sûr.



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
mi, Phasellus nunc leo commodo Donec massa