Ça roule…

F1 – Saison 2020 – La FIA se met sept écuries à dos!!

La saison n’a même pas encore été lancée, que les premiers coups de canif entre les équipes se sont donnés. Décryptage du soulevé de boucliers des écuries envers la FIA.

Les essais hivernaux viennent à peine de se clore, que l’info apparaît. Un accord secret (!) a été conclu entre la FIA et Ferrari sur l’unité de puissance de l’écurie italienne, dans le but d’éviter toute fraude et de surtout mieux encadrer l’utilisation de ce dernier, en particulier le débit d’essence injecté.

Ces dernières années, les rivales de Ferrari ont émit de sérieux doutes sur la légalité du V6 italien. Dernière accusation en date: Red Bull prétendait que Ferrari avait réussi à duper le débitmètre de la FIA. Et donc pourrait injecter plus de carburant dans le circuit, pour délivrer plus de puissance. Sans suite. Sauf depuis le 28 février et l’arrivée de ce communiqué qui dit ceci.

“La FIA annonce qu’après une enquête technique approfondie, elle a conclu son analyse de la manière dont l’unité de puissance F1 de la Scuderia Ferrari est exploitée et a trouvé un accord avec l’équipe. Les détails de l’accord resteront confidentiels entre les deux parties.”

“La FIA et la Scuderia Ferrari se sont mises d’accord sur un certain nombre de décisions techniques qui amélioreront la surveillance de toutes les unités de puissance de Formule 1 pour les saisons à venir et aideront la FIA dans d’autres tâches de régulation en Formule 1 et dans ses activités de recherche sur les émissions de CO2 et les carburants durables.”

Les équipes, vent debout devant la FIA!

Les adversaires n’ont pas caché leur mécontentement à l’annonce de cette nouvelle. Pas moins de sept équipes ont signé une pétition! Voici leur communiqué. “Nous, les écuries mentionnées ci-dessous, sommes surprises et choquées par le communiqué publié par la FIA le vendredi 28 février concernant la conclusion de son enquête sur l’unité de puissance de Formule 1 de la Scuderia Ferrari.

Photo de l’unité de puissance de Ferrari – Crédits image: F1i.com

Un régulateur sportif international a la responsabilité d’agir avec la plus grande exigence de gouvernance, d’intégrité et de transparence.

Après des mois d’une enquête qui n’a été entreprise par la FIA que suite à des questions soulevées par d’autres équipes, nous protestons vigoureusement contre l’accord confidentiel trouvé par la FIA avec Ferrari pour conclure cette affaire.

Par conséquent, nous déclarons par la présente notre engagement partagé dans la quête d’une transparence complète et véritable dans cette affaire, afin d’assurer que notre sport traite tous les concurrents équitablement, dans les règles. Nous le faisons au nom des fans, des participants et des acteurs de la Formule 1.

De plus, nous nous réservons le droit de demander réparation en justice, via la procédure officielle de la FIA et auprès des tribunaux compétents.

McLaren Racing Limited
Mercedes-Benz Grand Prix Limited
Racing Point UK Limited
Red Bull Racing Limited
Renault Sport Racing Limited
Scuderia Alpha Tauri S.p.A.
Williams Grand Prix Engineering Limited”

Oui mais, impossible pour elles de porter réclamation sur cette enquête. Et surtout sur le résultat de la saison 2019. Il est normalement possible pour des équipes d’obtenir un réexamen par des commissaires. Mais le Code Sportif International de la FIA interdit cela. Il faut porter réclamation dans les 14 jours suivant la publication du classement final d’un concurrent et moins de quatre jours avant la cérémonie de remise des prix de la fédération.

Pourquoi un accord secret?

Le vrai nœud du problème pour les équipes, c’est le manque de transparence de la FIA et de Ferrari. En effet, tous veulent connaitre la raison de cet accord et surtout le contenu. La FIA n’a pas tardé à répondre et à s’expliquer sur la situation. Les investigations menés sur l’unité de puissance italienne on révélé une suspicion de fraude de la part de l’écurie italienne. Sans pour autant que les commissaires mettent la main sur ladite fraude en question.

Etant dans l’impossibilité d’admettre une tricherie avérée et “afin d’éviter les conséquences négatives qu’un long litige entraînerait, surtout à la lumière de l’incertitude quant à l’issue de ces litiges et dans l’intérêt du championnat et de ses parties prenantes, la FIA, conformément à l’Article 4 (ii) de son Règlement Disciplinaire et Juridictionnel (RDJ), a décidé de conclure un accord de règlement effectif et dissuasif avec Ferrari pour mettre fin à la procédure”.

Ainsi Ferrari échappe de peu à une sanction. Mais elle collabore étroitement avec la FIA pour permettre de mieux lutter contre les fraudes autour de l’unité de puissance, et notamment autour de la gestion du débit d’essence. D’ailleurs un nouveau débitmètre a été installé cette saison. Un débitmètre dont seul la FIA a le contrôle.

Même si cette année semble une année de transition, en attendant le renouveau prévu pour 2021, les équipes veulent toutes jouer leur chance. Et la guerre qui se propage en coulisse ne fait que commencer.

Mattia Binotto, Directeur Sportif de Ferrari et Chase Carey, président de Liberty Media – Crédits image: RaceFans.net

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
Lorem adipiscing facilisis libero. luctus neque. tempus felis Aenean nunc diam Aliquam