J5 – Sepang 2009 : Déluge en Malaisie

0
Ligue 1

Pendant 30 jours, la rédaction F1 va vous proposer une rétrospective sur un Grand Prix particulier. Que ce soit un GP des années 70 ou tout récent, toutes les générations vont y passer, avec un prisme différent à chaque fois. Des joies, des larmes, des tragédies, des intempéries … de nombreux événements ont marqué le monde de la F1 jusque là. La saison 2009, l’avènement du projet Brawn GP, mais surtout, le GP de Malaisie, qui restera dans l’histoire comme une course qui n’est pas allé à son terme.

La menace fantôme

On le sait, en Malaisie, la météo, il n’y a rien de plus incertain. Les nuages menaçaient Sepang au départ de cette deuxième manche du championnat 2009. Un départ de folie, voit Alonso et Rosberg partir comme des balles aux dépends des Toyota ou de Jenson Button. Kovalainen file vite dans le bac à gravier dès les premiers virages alors que le moteur de la BMW de Robert Kubica explose quelques instants plus tard. Ce Grand Prix s’annonce dingue.

Le grand chaos

17e tour, la pluie s’annonce, mais n’est pas encore là lorsque Ferrari tente le coup de poker, Raïkkonen s’arrête pour chausser les pneus pluie. 4 tours trop tôt pour lui. Glock lui tente le pari des intermédiaires et non les maxi pluie comme le reste du peloton et ressort en tête. Fisichella, Buemi puis Vettel partent en aquaplaning et finissent leur course dans le bac à gravier. Drapeau rouge, nous sommes au tour 33, les 75% de la course ne sont pas atteint, pour l’instant, seulement la moitié des points sont donnés.

Attente éternelle

On espérait un court orage à Sépang pour faire reprendre le Grand Prix débuté depuis 55 minutes au moment de l’arrêt. La luminosité faiblit vite, le délai de 4h depuis le lancement de la course semble inatteignable, Button s’offre une demi victoire malgré le hat trick (Pôle, meilleur tour, victoire), Glock et Heidfeld un podium dont ils se souviendront à vie.

Dommage collatéraux

Cette terrible course vient renforcer la puissance des Brawn-GP qui vont écraser la saison grâce au double diffuseur et au moteur Mercedes. Ferrari à l’inverse, ne marque aucun point après deux GP en 2009, leur pire départ depuis 1992. La fin de l’ère Jean Todt.

La stat

C’est la première fois depuis Brésil 2003 qu’un grand prix ne voyait pas son terme à cause d’un drapeau rouge. Nick Heidfeld établira un nouveau record de courses consécutives sans abandon, série qui se terminera à Singapour en 2009.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here