Basketball

Facundo Campazzo, une intégration réussie ?

Facundo Campazzo est toujours à la recherche de la régularité qui lui permettra d'avoir plus de minutes sur le terrain. Le natif de Cordoba (Argentine) fait partie intégrante de la rotation des Nuggets cette saison avec une moyenne 21,9 minutes de jeu pour 6,6 points de moyenne et 4,1 passes par match.

La forme actuelle de Facundo Campazzo en NBA fait que le public argentin attend beaucoup chaque fois que les Denver Nuggets entrent sur le terrain. Le meneur de jeu de 30 ans est dans la dernière année de son contrat avec la franchise américaine et se bat match après match pour s'adapter au mieux au style de jeu de son équipe et gagner un renouvellement de contrat pour les prochaines saisons. Cependant, une blessure et l'irrégularité dont il a souffert lors des premiers matchs ont eu un impact négatif sur son esprit.

Avec la blessure continue de la star des Nuggets Jamal Murray et l'émergence de Bones Hyland en tant que prospect prometteur, l'argentin avait besoin de temps pour assimiler son temps de jeu. “J'y vais doucement. Lorsque j'ai pris la décision de venir ici, je savais que je devais mettre mon ego de côté parce que j'allais avoir un autre rôle, j'allais devoir avoir un impact en moins de temps et avec moins de temps avec le ballon dans les mains. Je suis toujours dans un processus d'adaptation. Ce n'est pas facile, nous sommes dans la meilleure ligue du monde. Souvent, je ne lis pas le bon et le mauvais, mais je vis dans les réseaux sociaux, et à la fin de la journée, on le voit“, a-t-il expliqué dans une interview.

Son niveau en début de saison n'était pas idéal et ses minutes ont chuté au point qu'il ne jouait pas dans certains matchs. “A Peñarol et au Real Madrid, les balles ne rentraient pas, il continuait, ici il y avait des balles qui rentraient. J'ai essayé d'être avec ma famille, avec les gens qui me donnent de bonnes vibrations et qui me permettent de continuer. Ne pas lire trop de bonnes et de mauvaises choses. Pour continuer à faire confiance à ce qui m'appartient. Pendant trois semaines, j'ai pensé qu'ils avaient peut-être raison. Ce qu'est la critique journalistique en général, je l'ai toujours bien pris, ce sont des chiffres. Ensuite, il y a eu des critiques qui allaient plus loin et c'est celle-là qui fait un peu mal. J'en ai souffert pendant deux ou trois semaines. C'est nuisible et cruel, il y a des gens qui en souffrent pendant toute leur carrière sportive”, a-t-il ajouté.

À la recherche d'une progression, Campazzo est très clair sur les points qu'il doit améliorer : “Je m'entraîne au tir à trois points en dehors des matchs, je reste plus longtemps et tout ça. J'essaie de m'entraîner autant que possible, aussi près du jeu que possible, aussi réel que possible. Tant sur le plan mental que physique et l'usure. Dans mon cas, la prise de décision est importante, quand c'est mon tour de faire ce tir, quand je peux risquer de faire le tir de trop”. D'autre part, il a cherché à expliquer le changement qu'il a dû opérer dans son style de jeu afin de s'adapter à la NBA. “Mon jeu est basé sur le fait d'être émotionnel, impulsif, beaucoup de fois je contrôle bien et d'autres moins. Mon jeu n'était pas basé sur le fait de gagner de la confiance grâce à mes tirs, ma confiance en attaque était basée sur le fait de défendre derrière, de ne pas s'inquiéter en attaque et de laisser les points me trouver seuls, sans les forcer. C'est une manière différente de celle à laquelle j'étais habitué, si je veux survivre cette saison dans la ligue, je dois l'améliorer. Je vais essayer d'être mon meilleur tireur à 3 points. Mon meilleur coup, c'est quand j'arrête de me mettre la pression en me disant que je dois le réussir”, conclut-il.

À lire aussi : Jonathan Kuminga, la nouvelle pépite des Warriors

Dernières publications

En haut