Formule 1

Ferrari : peuvent-ils maintenir leur forme sur une saison entière ?

Ferrari

Qu'est-ce qui relie Alberto Ascari, Juan Manuel Fangio, Mike Hawthorn, Tony Brooks, Maurice Trintignant, John Surtees, Chris Amon, Jacky Ickx, Mario Andretti, Gilles Villeneuve, Clay Regazzoni, Jean Alesi, Gerhard Berger, Michael Schumacher, Rubens Barrichello, Fernando Alonso, Sebastian Vettel, Charles Leclerc et Carlos Sainz, et les 72 saisons de la glorieuse histoire de la Formule 1 ? La réponse, bien sûr, est la Scuderia Ferrari.

La légendaire équipe d'Enzo Ferrari a peut-être manqué la toute première course officielle du championnat du monde – le Grand Prix de Grande-Bretagne le 13 mai 1950 – mais elle n'a jamais cessé d'être une force dans ce sport.

Dans une large mesure, le sort de Ferrari est un baromètre de la santé globale du sport. Une Ferrari compétitive est un signe que le plus vieux concurrent reste une force, et nous devrions tous admiratifs de sa longévité. Dans le sport d'aujourd'hui, cette constance est en quelque sorte réconfortante et réjouissante. Et la résurgence des rouges, qui ont remporté dimanche leur première victoire depuis Singapour 2019, est un facteur d'excitation supplémentaire dans la bataille entre Red Bull et Mercedes. Après l'accord conclu entre la FIA et Ferrari en février 2020, les performances de l'équipe ont chuté, mais elles commençaient tout juste à remonter l'année dernière, lorsqu'elle est passée d'une modeste sixième place au classement général à une troisième plus respectable.

Ferrari de retour au premier plan

Et tandis que Red Bull et Mercedes s'affrontent en 2021, Ferrari se reconstruit autour de la nouvelle combinaison de Charles Leclerc et Carlos Sainz tout en travaillant sur la nouvelle F1-75. Ils ont été aidés dans une certaine mesure par l'échelle mobile nouvellement introduite des restrictions imposées aux essais aérodynamiques, qui étaient basées sur les positions d'arrivée du championnat des constructeurs de l'année précédente. Ferrari a obtenu une part raisonnable de temps supplémentaire par rapport à Mercedes et Red Bull.

L'élégante machine avait l'air forte lors des essais à Barcelone, et encore à Bahreïn, mais de telles choses peuvent être trompeuses étant donné les inconnues telles que les charges de carburant, les réglages du moteur, les réglages aéro, etc. et le fait que les équipes font souvent des réserves afin de ne pas révéler leur vraie niveau. Ainsi, lorsque les Ferrari étaient deuxième et troisième en FP1 derrière l'AlphaTauri de Pierre Gasly, et que Charles était ensuite proche de Max Verstappen en FP2, les choses ont commencé à être intéressantes, d'autant plus que seulement 0,294s les séparaient. Max a continué à donner le rythme en FP3, mais encore une fois, Charles était là, encore plus proche, car il a réduit l'écart à seulement 0,096s.

Le frisson s'est transformé en véritable excitation lors de la Q1, lorsque Charles a tourné en 1m 31.471s, Carlos en 1m 31.567s, et Max n'était “que” troisième en 1m 31.785s, et encore plus lorsque Max a inversé la tendance en Q2 avec 1m 30.757s contre 1m 30.787s pour Carlos et 1m 30.932s pour Charles. Avec Mercedes actuellement hors de la lutte réelle, c'était exactement ce dont le sport avait besoin. On pouvait sentir la tension quand Charles a fait 1m 30.731s, Carlos 1m 30.687s et Max 1m 30.748s sur leurs premiers runs en Q3. C'est exactement ce qu'il fallait à la F1, et il y a eu des rugissements lorsque Charles est descendu à 1m 30.558s et que l'amélioration de Max a échoué avec 1m 30.681s. Le champion du monde a fait bonne figure, mais Red Bull a été choqué de voir que Ferrari était aussi rapide.

Mais faut-il se méfier de l'excitation ? 

Du côté positif de Ferrari, il semble qu'ils aient non seulement récupéré les performances de leur unité de puissance, mais qu'ils soient au moins à égalité de puissance avec Red Bull/Honda. Max a dû utiliser l'aileron arrière à faible traînée de Red Bull et le DRS pour réaliser ses trois dépassements spectaculaires à l'entrée du virage 1 entre les tours 17 et 19. Mais même si Charles a ensuite immédiatement utilisé le DRS à la sortie du virage 3 pour doubler trois fois. Il était clair que l'unité de puissance de Ferrari était très forte. Ajoutez à cela la force démontrée sur des circuits comme Monaco et l'Azerbaïdjan l'année dernière, ce qui suggère des améliorations dans l'aérodynamique et l'ingénierie du châssis, et les choses semblent prometteuses.

Du côté de Red Bull, cependant, Max n'a pas eu une vie facile. Il pensait qu'il aurait pu prendre la tête après le premier arrêt au stand (et la conserver sans avoir à se battre avec Charles) si on lui avait permis de pousser plus fort lors de son tour de sortie au 15e tour sur son nouveau jeu de Pirellis souples ; idem après le deuxième arrêt au 30e tour. Et puis il a commencé à ressentir une raideur dans la direction, qu'il pensait être due à l'endommagement du vérin lors du deuxième arrêt, ce qui a affecté la direction assistée. Il a ensuite pensé que c'était un problème de batterie qui l'a empêché de défier Charles lorsque la voiture de sécurité déployée au 45e tour est revenue sur la 50e. Mais il s'est avéré que c'était plutôt le problème de pompe à essence suspecté qui avait déjà affecté l'AlphaTauri de Pierre Gasly et déclenché la voiture de sécurité, et qui, peu après, allait faire patiner la voiture de Sergio Perez.

Bien sûr, ce n'est pas la première fois que Ferrari commence une nouvelle saison en force, mais ne parvient pas à maintenir cet élan pour le reste de la saison. Alors que Mercedes et Red Bull ont fait preuve de constance pour se battre tout au long de la saison et pour continuer à développer leurs voitures, Ferrari n'a pas encore montré ces dernières années qu'elle pouvait le faire, course après course.

Mais ils ont une équipe de pilotes très forte : Charles a couru roue contre roue avec Max et Lewis dans le passé et a montré de l'aisance en le faisant, tandis que Carlos a montré de bonnes choses lorsqu'il faisait équipe avec Max chez Toro Rosso quand ils sont arrivés en F1, et il continue à s'améliorer. La façon dont ce pilote relèvera le défi de son coéquipier, et de courir en tête avec Max, promet d'être l'une des facettes les plus intéressantes à suivre cette année.

Est-ce que Ferrari peut continuer comme ça ? Pourront-ils à nouveau battre Red Bull à Djeddah ? L'avenir du patron de l'équipe Mattia Binotto pourrait bien reposer sur la capacité de l'équipe à être une menace constante, étant donné que la dernière course au titre de Ferrari remonte à 2007 pour le championnat des pilotes et à 2008 pour celui des constructeurs. Et ni la Red Bull, à la fiabilité douteuse, ni la Mercedes, qui fait du sur-place, ne resteront longtemps au sol. Mais tant que cela durera – et espérons que la F1-75 est vraiment aussi bonne qu'elle en a l'air et que son succès initial n'était pas un feu de paille – savourons l'éclaboussure de rouge qui a ajouté de la couleur à la nouvelle course au titre.

Formule 1 : le programme TV de Jeddah

Bientôt une saison de F1 à 30 courses ?

Dernières publications

En haut