Cyclisme

Florian Maitre, le pistard flahute

À l’instar de Thomas Boudat, Florian Maitre, lui aussi passé par le Vendée U, est avant tout un pistard de talent. Promu dans l’équipe professionnelle Total Direct Énergie fin 2019, découvrons ce jeune coureur désormais tourné vers les classiques.

L’or olympique dans les veines

Le vélo, c’est une histoire de famille ! Car si le frère de Florian Maitre est également cycliste (à un autre niveau), son arrière-grand-père fut champion olympique. L’exploit remonte à 1932 lors des jeux de Los Angeles où Maurice Perrin, son aïeul, gagne une épreuve en tandem.

Originaire de la région parisienne, il prend sa première licence à l’âge de sept ans. L’histoire commence du côté de Clamart, dans un club plutôt orienté piste. Cette discipline va lui offrir ses plus beaux trophées nationaux et internationaux. En effet, Florian Maitre détient plusieurs titres de champion de France ainsi que trois titres de champion d’Europe. Sur route, il se fait également remarquer en catégorie juniors. Jean-René Bernaudeau l’intègre alors dans sa structure de formation : l’équipe Vendée U.

Le pistard au Vendée U

C’est donc à partir de 2015 qu’il porte le maillot vendéen. Précédemment sociétaire du VC Saint-Quentin, il s’éloigne de la Somme pour traverser la Loire. Une décision murement réfléchie par ce jeune talent qui souhaitait favoriser ses études avant de changer de structure. Comme bien souvent, les dirigeants de Vendée U présentent les bons arguments pour faire signer les coureurs ciblés. Bien qu’étant avant tout une équipe spécialisée sur la route, la formation des Essarts permet à Florian Maitre de poursuivre sa carrière sur la piste en parallèle.

Durant ces cinq saisons en rouge et blanc, il étoffe son palmarès dans les vélodromes. Lui qui avait déjà conquis quelques maillots tricolores est champion de France 2017 de la course aux points. La même année, en équipe, il est champion de France de poursuite. Il reprend ce même titre deux ans plus tard et s’offre le maillot de l’américaine avec Donavan Grondin. Sur la scène européenne, il brille en compagnie Thomas Denis, Corentin Ermenault, Benjamin Thomas et Sylvain Chavanel. En 2016 et 2017, avec ses compères, il remporte quatre titres européens. Il fait une razzia en poursuite par équipe et devient champion d’Europe de l’américaine.

En équipe avec Benjamin Thomas (à gauche) Florian Maitre rêve d’un maillot arc en ciel – ©Jens Buttner/AFP

Coté route, il remporte le Tour du Pays Lionnais en 2015. La saison suivante, il brille dans l’Essor breton, remportant la 1re étape et le classement général. La même année il remporte le Prix Marcel Bergereau et le Grand Prix de Malaquais. Ces épreuves sont très significatives pour les futurs pros. Pour sa troisième saison sous les couleurs vendéennes, Florian Maitre triomphe sur d’autres courses convoitées, telles que les boucles de l’Austreberthe et le trophée Louis Caiveau. Il devient alors stagiaire de l’équipe première, la célèbre Direct Énergie, fraîchement lauréate d’une étape du Tour grâce à Lilian Calmejane.

Pas de contrat pro pour 2018, le Francilien poursuit son apprentissage avec succès dans l’équipe réserve, toujours en alternant piste et route. Le macadam lui réussit aussi bien que le parquet puisqu’il s’impose sur le Critérium Romain Guyot et remporte la 1re étape des boucles de l’Artois. Cette victoire dans le Pas-de-Calais confirme son intérêt pour les courses du Nord. L’an passé, il lève de nouveau les bras sur l’Essor breton, se hisse sur les podiums des Grands Prix de Montbéliard et de Cherves. En octobre, cette fois Total Direct Énergie annonce la promotion de Florian Maitre dans l’équipe première.

Boussole orientée plein nord !

Ce qui fait rêver le néo pro, ce sont les classiques. Plus elles sont pavées, plus il aime ! Ce point pourrait être étonnant, car il y a un gros contraste entre les routes flandriennes cabossées et la surface lisse du parquet d’un vélodrome. L’équipe lui établit donc un programme de flahute. Après une reprise en France, direction le nord ! En mars il participe à Kuurne-Bruxelles-Kuurne, puis enchaîne avec le Samyn en Belgique. Sur ces courses, c’est un équipier modèle, qui continue son apprentissage auprès de Niki Terpstra, Anthony Turgis, Adrien Petit, Damien Gaudin et Dries Van Gestel. La saison des classiques est interrompue à cause de la crise sanitaire, l’histoire commence mal pour Florian Maitre. On oublie provisoirement la météo souvent ingrate dans les Flandres pour travailler “indoor” sur home trainer. Retour en août, de nouveau en Belgique, sur Dwars door het Hageland.

Direction les classiques pour le néo pro – ©Équipe Total Direct Énergie

Changement de décor ensuite, l’été se poursuit sur les routes traditionnellement ensoleillées du Tour Poitou-Charentes. Sur cette course à étapes, son rôle est de travailler pour le sprinter Laurenzo Manzin. En parallèle, il devra protéger Niki Terpstra et Damien Gaudin, de solides rouleurs qui ont des ambitions au général. Lui même pourrait avoir des vues sur le classement final, mais le jeune promu reste humble. À l’arrivée à Poitiers, c’est pourtant lui le mieux classé de l’équipe, tout en ayant parfaitement joué son rôle auprès de ses leaders. Sur cette épreuve, Lylian Lebreton, son directeur sportif nous confie : “c’est un coureur qui prend ses marques chez les professionnels, il a de vraies qualités, une très bonne vision des courses. De plus il sait frotter, rouler vite. Il sent bien les mouvements du peloton, ce qui est important pour emmener un sprinter. Il est jeune, il doit continuer à travailler pour monter les marches les unes après les autres. Je pense qu’il sera plus tard un élément essentiel dans notre groupe de classiques.”

En septembre, il retrouve les classiques et réalise un très bon Grand Prix d’Isbergues dont Romain Cardis termine 2e. Dans la foulée sur Paris-Chauny, il intègre le top 15 étant le premier classé du team TDE. En Belgique, il participe ensuite à son premier monument, le Tour des Flandres, qu’il savoure jusqu’à l’arrivée en compagnie d’un précédent vainqueur, son coéquipier Niki Terpstra. Paris-Roubaix figurait sur son programme mais “l’enfer du nord” est tardivement annulé. Le pistard flahute doit patienter pour réaliser son rêve d’enfant et s’aligner sur la reine des classiques.

L’équipe Total Direct Énergie va s’envoler dès la semaine prochaine vers Altea pour le stage de pré-saison. Tous espèrent une année sans interruption, celle-ci permettra à Florian Maitre de poursuivre sa quête d’expérience et de confirmer son talent.

Crédits photo en une : Équipe Total Direct Énergie

.
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
libero mi, Praesent amet, Nullam Donec Praesent vulputate,