Auto/Moto

Formule 1 bilan 2022 : Alfa Romeo revient dans le match

En grande difficulté la saison passée, l’écurie dirigée par Frédéric Vasseur a fait d'énormes progrès en 2022. 6e du championnat, les Italiens ont inscrit quatre fois plus de points que lors de la campagne précédente. L’arrivée de l'expérimenté Valtteri Bottas, couplée à la jeunesse du Guanyu Zhou, a redonné un nouvel élan à l’écurie d’Hinwil.

 

Alfa Romeo (6e, 55 points) : retour inattendu

D’avant-dernier aux portes du top-5, qui aurait pu prévoir un tel bon avant d’Alfa Romeo ? L’équipe suisse a marqué 10 fois des points sur les 22 Grands Prix prévus au calendrier 2022, soit quatre reprises de plus que la saison passée. Mieux encore, les hommes de Frédéric Vasseur ont réalisé deux week-ends à plus de 10 points, à Imola et au Canada. Avec 55 unités inscrites, contre 13 en 2021, Alfa Romeo a fait un vrai pas en avant. Le renouvellement de la line-up, Valtteri Bottas et Guanyu Zhou en lieu et place de Kimi Räikkönen et Antonio Giovinazzi, est aussi une raison de cette progression. 

 

Valtteri Bottas (10e, 49 points) : sur courant alternatif 

Loin de Mercedes et de Lewis Hamilton, Valtteri Bottas retrouvait une écurie de milieu de peloton où il avait le rôle de leader. Après cinq saisons à vivre dans l’ombre de la légende britannique, le Finlandais avait aussi un rôle de formateur pour accompagner au mieux le rookie Guanyu Zhou. L’aventure chez Alfa Romeo commençait parfaitement pour le N°77 avec 7 entrées dans les points sur les 9 premières courses. Il finissait notamment deux fois à la 6e place (Bahreïn et Barcelone) et deux fois à la 7e position (Miami et Canada), des résultats jamais atteints l’an dernier par l’écurie suisse. Malheureusement pour l’ancien pilote Williams, une série de 10 Grands Prix sans entrer dans le top-10 allait débuter à partir de Silverstone jusqu’au Mexique, où il décrochait le point de la 10e place. Une première saison convaincante pour Valtteri Bottas dans sa nouvelle équipe. Son expérience et sa science de la course acquise depuis des années ont forcément aidé Alfa Romeo à progresser. En prime, Valtteri Bottas a signé le meilleur résultat en qualifications de l’équipe depuis 2019, une 5e place sur la grille du GP de Miami. Le choix de recruter le Finlandais est donc un pari gagnant. 

A Miami, Bottas a signé la meilleure performance de son équipe en qualifications depuis 2019 : une belle 5e place. © Icon sport.

 

Guanyu Zhou (18e, 6 points) : le miraculé de Silverstone

Premier pilote chinois à courir en Formule 1, Guanyu Zhou se savait attendu. Son aventure dans la catégorie reine débutait parfaitement avec un top-10 lors de la course d’ouverture à Bahreïn. Moins en vue que son coéquipier, le 3e de la F2 2021 est passé par une phase d’apprentissage logique pour un rookie. Le natif de Shanghai s’est offert le meilleur résultat de sa saison au Canada avec une 8e place. De nouveau dans les points à Monza (10e), Guanyu Zhou a surtout vécu un moment d’effroi quelques semaines auparavant à Silverstone. Percuté à l’arrière par George Russell, la monoplace du chinois s’est envolée dans le ciel anglais avant de réaliser un tonneau et de continuer sur le toit. Elle a fini sa course derrière le rail de sécurité, contre le grillage protégeant les spectateurs. Malgré cet accident qui fait froid dans le dos, Guanyu Zhou est sorti indemne, preuve que la sécurité en Formule 1 ne cesse de se rapprocher de la perfection. 

 

Saison 2023 : Bottas et Zhou toujours présents, Vasseur aussi ?

Un temps dans les tuyaux pour être aligné à côté de Valtteri Bottas, Théo Pourchaire a vu Guanyu Zhou être reconduit pour la saison prochaine. Le pilote français, vice-champion de F2 cette année, aura le rôle de 3e pilote au sein d’Alfa Romeo. Si les deux pilotes sont donc sûrs d’être là, le team manager lui ne l’est pas encore. 

Avec le départ de Mattia Binotto chez Ferrari, la place de team principal est désormais libre. Parmi les noms les plus évoqués, revient celui de Frédéric Vasseur qui occupe ce poste chez Alfa Romeo. Si pour l’instant, aucune décision n’a été prise, rejoindre la Scuderia serait un beau challenge pour le Français.  En attendant, les pilotes de l’écurie suisse vont travailler durs pour conserver cette place l’an prochain et pourquoi pas se rapprocher encore plus du top-5.


Dernières publications

En haut