Auto/Moto

Formule 1 bilan 2022 : Aston Martin en retrait

Ex-aequo avec Alfa Romeo, Aston Martin a conclu cette année 2022 à la 7e position. Plus irréguliers que la saison passée, les Verts ont surtout eu du mal à aller chercher les gros points. Avec une monoplace difficile à comprendre, les pilotes se sont retrouvés ancrés dans le peloton. Mais cette campagne 2022 marque surtout la fin de carrière d’un pilote qui a marqué l’histoire : Sebastian Vettel.

 

Aston Martin (7e, 55 points) : trop souvent aux portes du top-10

La saison 2022 n’aura pas été simple pour Lawrence Stroll et son équipe. Imola, Singapour et Abou Dhabi sont les seules courses où les deux voitures de l’équipe ont inscrit des points en même temps. Bien trop souvent, seulement une seule Aston Martin, surtout celle de Sebastian Vettel, n’est parvenue à atteindre le top-10 le dimanche. Malgré la mauvaise passe d’Alfa Romeo, les maigres points inscrits par Aston Martin n’ont pas permis de dépasser les Suisses au championnat constructeurs. Les festivités, liées au départ de Sebastian Vettel lors du dernier Grand Prix, ont presque fait oublier une saison neutre de la part des Britanniques.

 

Sebastian Vettel (12e, 37 points) : les adieux d'une légende 

Il y aura un vide dans la grille 2023, celui laissé par Sebastian Vettel. Depuis 2007, l’Allemand a tout connu en Formule 1. De sa victoire surprise avec une Toro Rosso à Monza en 2008, à ses années galères chez Aston Martin en passant surtout par ses quatre titres mondiaux (2010, 2011, 2012, 2013) et sa quête infructueuse d’une cinquième couronne avec la Scuderia, Sebastian Vettel aura écrit une page importante de l’histoire de son sport. Sa saison 2022 restera dans les annales comme étant sa dernière mais sur le plan sportif, elle fut bien compliquée. Malgré une voiture peu compétitive, le natif d’Heppenheim pourra se targuer d’avoir fini avec autant de points que son ancien coéquipier chez Red Bull, Daniel Ricciardo. Le porteur du N°5 a quand même réussi de beaux dépassements et deux 6e place presque inespérées. En Azerbaïdjan, où il avait emmené son Aston Martin sur le podium en 2021, et à Suzuka, Seb a montré qu’il n’avait rien perdu de son talent. En dehors de la piste, le compatriote de Michael Schumacher s’est montré très proche de son fils, Mick Schumacher. Même après l’annonce de sa retraite, Lewis Hamilton est sûr que son rival de toujours reviendra. En attendant, Danke Seb ! 

 

Lance Stroll (15e, 18 points) : souvent dans les mauvais coups 

Le retrait de son équipe est aussi dû à sa baisse de performance. En 2022, Lance Stroll a, à peine, inscrit la moitié des points qu’il avait marqué en 2021 (18 cette saison contre 34 l’an passé). Sa 6e place à Singapour est une maigre consolation dans une campagne où il a fini à six reprises à la 10e place. Incapable, ou presque, d’aller chercher mieux que ce petit point, le Canadien s’est malheureusement illustré avec des défenses très limites en course. Les changements de trajectoire en ligne droite ou au freinage ne sont rien à côté de ce que le fils de Lawrence Stroll a fait à Austin. Dans la longue ligne droite de retour, Lance Stroll s’est brutalement décalé sur la gauche alors que Fernando Alonso allait le dépasser. L’Espagnol s’est envolé dans le ciel texan mais est – miraculeusement – retombé comme si de rien n’était. Une manœuvre qui aurait pu mal finir et qui lui a valu une pénalité de – seulement – 3 places pour la course suivante. Pour sa 6e saison en catégorie reine, Lance Stroll ne semble toujours pas avoir appris de ses erreurs.

 

Saison 2023 : Alonso nouvel espoir d'Aston Martin 

Heureusement que Fernando Alonso n’en veut pas à Lance Stroll car il va se retrouver dans la même équipe que le Canadien l’an prochain. Après une annonce qui a surpris l’ensemble du paddock, à commencer par les dirigeants d’Alpine, l’Espagnol va rejoindre Aston Martin la saison prochaine. Lawrence Stroll peut se satisfaire de voir un champion du monde en remplacer un autre car trouver un pilote du calibre de Sebastian Vettel n’aurait pas été si simple. Avec Fernando Alonso, le directeur de l’équipe sait qu’il a un pilote qui a toujours faim de victoire. Le Taureau des Asturies ne se cache pas, il rejoint les Verts avec l’espoir de gagner de nouveau et d’aller chercher une troisième couronne mondiale. Même si cela paraît impossible sur le papier, Fernando Alonso est capable de tout. A voir déjà s’il parvient à remettre Aston Martin sur le chemin de la performance.


Dernières publications

En haut