Auto/Moto

Formule 1 – Les essais de pré-saison en cinq questions

Pendant trois jours, la Formule 1 revient en piste à Bahreïn dans le cadre des essais de pré-saison. Après un long hiver de travail, les équipes n’ont que soixante-douze heures pour valider, ou non, leur développement de l’inter-saison. De jeudi à samedi, les séances se diviseront en deux sessions de quatre heures, une le matin et une l’après-midi. De quoi permettre aux pilotes d’essayer plein de pièces et de simuler plusieurs types de relais. 

 

L’intégralité des essais de pré-saison sont à suivre en intégralité sur la plateforme F1TV. Le diffuseur officiel de la Formule 1 en France, Canal+, sera en direct pendant trois heures par jour. Avant que la saison 2023 reprenne réellement, plusieurs interrogations pourront déjà être levées à la fin des tests, même si les performances seront quand même à relativiser.

Red Bull toujours loin devant ?

La RB19 sera-t-elle aussi dominatrice que la précédente ? © Red Bull.

Quelle avance aura Red Bull avant d’entamer la première course de l’année ? C’est la question que tout le paddock se pose. Il serait très étonnant de voir les Autrichiens ne pas être devant ou pire encore s’être trompé sur le développement de la RB19. Pour autant, le circuit de Bahreïn n’est pas le plus avantageux pour Max Verstappen et Sergio Pérez. Preuve à l’appui, l’an passé lors de la première course, Charles Leclerc et Carlos Sainz jouaient à armes égales avec les pilotes de l’écurie de Christian Horner. Le Monégasque s’était emparé de la pole position avant de livrer une bataille sans merci avec son homologue néerlandais. Sans le problème mécanique du double champion du monde, le combat entre les deux rivaux auraient duré jusqu’au drapeau à damiers. Les Ferrari seront aussi scrutés pour voir si les progrès effectués dans l’hiver sont déjà en place avant le lancement de cette nouvelle campagne. Le duel devrait avoir lieu dès ce jeudi et les premières conclusions seront primordiales pour commencer parfaitement la première course de l’année.

Retour dans le haut du panier pour Mercedes ?

Les conditions devraient être moins humides qu'à Silverstone. © Mercedes.

Eux aussi sont très attendus dès les essais de pré-saison. En grande difficulté l’an dernier, Mercedes veut absolument rebondir et revenir en haut du classement. La première pierre vers le titre mondial se pose dès les trois jours à Bahreïn. Lors de la présentation de la W14, Lewis Hamilton et George Russell semblaient confiants sur les performances de leur nouvelle monoplace. Sous la pluie de Silverstone, les Britanniques étaient satisfaits de leur premier tour de roues. Mais les conditions seront bien différentes dans le désert bahreïnite. Les hommes de Toto Wolff ont apparemment réglé leur problème de marsouinage, principal handicap de la firme à l’étoile l’an passé. Il faudra confirmer cette avancée aux yeux de tous lors des véritables tests. Très en retard sur les leaders au début de la dernière campagne, les Flèches d’Argent – qui seront noires cette année – ont rattrapé la tête à la fin de la saison, jusqu’à s’imposer au Brésil avec George Russell. S’ils sont toujours aussi proches, et ont même gagné quelques dixièmes, alors gare au retour en force de Mercedes. 

Pierre Gasly sera-t-il déjà dans le rythme d’Esteban Ocon ?

Premiers tours de roue chez Alpine pour Pierre Gasly. © Alpine.

Les fans salivent déjà de les voir ensemble sur les photos, lors des présentations ou dans des spots publicitaires mais l’attente est encore plus grande de les voir tous les deux en piste, réunis sous les mêmes couleurs. Dans un peu plus d’une semaine, deux Français prendront part, en même temps, à leur premier Grand Prix au volant d’une voiture tricolore. Pierre Gasly et Esteban Ocon chez Alpine, les attentes sont grandes et les espoirs de millions de supporters de l'Hexagone sont sur leurs épaules. Pour autant, le niveau de compétitivité devrait être différent en ce début d’année. Depuis 2020, Esteban Ocon est dans le même giron, celui de Renault puis maintenant Alpine. Le natif de d’Evreux connaît parfaitement tous les rouages de l’équipe, l’ensemble des membres et la façon de travailler de l’écurie de Dieppe. Évidemment, le vainqueur du Grand Prix de Hongrie 2021 est déjà plus qu’habitué à sa monoplace. Des connaissances que son nouveau coéquipier va devoir acquérir. Arrivé tout droit d’Alpha Tauri, Pierre Gasly va découvrir pour la première fois l’A523 en compétition officielle. Le natif de Rouen aura probablement un temps d’adaptation qui se ressentira sur ses chronos. Alors, combien de dixième d’écart y aura-t-il entre les deux tricolores ? A moins que le vainqueur du Grand Prix de Monza 2020 soit déjà au niveau de son voisin de garage. 

Quelle première pour Oscar Piastri ?

C’est le nouveau venu le plus en vue de la grille 2023. Outre le retour de Nico Hulkenberg, et les arrivées de Logan Sargeant et Nyck De Vries, Oscar Piastri est incontestablement le rookie dont tout le monde parle. Et pour cause, l’Australien a claqué la porte d’Alpine, la filière qui lui a fait confiance depuis ses jeunes années, pour rejoindre McLaren. Au-delà de cette signature, aussi polémique qu'inattendu, le protégé de Mark Webber est un grand talent. Vainqueur de la Formula Renault EuroCup, la F3 et la Formule 2 en seulement trois ans, le natif de Melbourne est un crack. Ses premiers pas en Formule 1 seront aussi attendus que scrutés par les experts. Il faut dire qu’il est rare de parler autant d’un pilote qui n’a jamais roulé dans la catégorie reine du sport auto. Coéquipier avec le très rapide Lando Norris, Oscar Piastri n’a pas l’intention de se laisser faire. Il compte bien être au niveau du Britannique dès que possible pour ne pas être un simple numéro deux. Sera-t-il déjà vite ou encore loin derrière son équipier ? Premiers éléments de réponse dès ces essais de pré-saison. 

Aston Martin : l’effet Fernando Alonso déjà visible ?

Après avoir vu la vie en bleu chez Alpine, Alonso espère ne pas être vert de rage chez Aston Martin. © Aston Martin F1.

Depuis plusieurs semaines, chaque personne de l’équipe Aston Martin révèle que l’arrivée de Fernando Alonso a insufflé un nouveau souffle au sein du constructeur britannique. Julien Fébreau, commentateur pour Canal+, a même déclaré que ce serait l’écurie à suivre, peut-être pas dès cette saison, mais dans les années à venir. Après la retraite du quadruple champion du monde, Sébastian Vettel, les Anglais n’ont pas perdu au change en recrutant un double détenteur de la couronne mondiale. Réputé pour sublimer une équipe lorsqu’il débarque quelque part, Fernando Alonso est revanchard et a toujours la même ambition : gagner. Septième du dernier championnat constructeurs, Aston Martin veut progresser, se rapprocher du top-5 à court terme avant d’aller encore plus haut et titiller les écuries de pointe. Un objectif commun avec le Taureau des Asturies, jusque-là le mariage semble parfait en dehors. Il faudra voir ce que cela donne en piste, car un Alonso en manque de rythme est un Alonso beaucoup moins joyeux. Lors des trois jours de tests, le natif d'Oviedo aura à ses côtés le jeune Felipe Drugovich, troisième pilote du team et champion du monde en titre de Formule 2. Lance Stroll a dû déclarer forfait suite à un accident de vélo lors d'une session d'entraînement. 

Les principaux enjeux des essais de pré-saison sont maintenant dévoilés. Le feu de la voie des stands passera au vert ce jeudi à huit heures du matin, heure française, pour lancer officiellement la saison 2023 du championnat du monde de Formule 1.

Alexandre Herbin

Journaliste spécialisé en sports mécaniques.

Dernières publications

En haut