Giro

Giro 2023 : une étape contrariée par… la neige ?

Ce Giro 2023 n'est pas encore arrivé à mi-parcours qu'il a déjà beaucoup fait parler de lui. Et ce n'est, hélas, pas terminé. Ce vendredi 19 mai, le peloton ne pourra pas franchir le célèbre col du Grand-Saint-Bernard, la faute à de forte chutes de neige. Le doute était permis, il a finalement été assez rapidement levé. 

Un début de Giro contrarié par la météo et les abandons

Le Giro est l'un des Grands Tours les plus compliqués du monde. Cette édition 2023 n'échappe pas à la règle. Depuis plusieurs jours, la pluie perturbe les étapes. Avant la neige. En parallèle, plusieurs coureurs et non des moindres ont posé le pied à terre. L'abandon le plus marquant aura clairement été celui de Remco Evenepoel, l'un des grands favoris, qui avait récupéré le maillot rose juste avant de renoncer pour cause de COVID. Un virus qui refait parler de lui et qui a entraîné de nombreux retraits en ce début de semaine. Le protocole sanitaire a d'ailleurs été durci avec le port du masque obligatoire dans les zones de contacts avec les coureurs. En fin de semaine, le peloton sera une nouvelle fois perturbé.

Pourquoi Remco Evenepoel a abandonné le Giro après son test positif au Covid

Le col du Grand-Saint-Bernard infranchissable à cause de la neige, le tracé du Giro modifié

Comme l'indique RTS Sport en ce début de semaine, de suspense il n'y aura pas ce vendredi à l'occasion de la 13e étape de ce Giro 2023. En effet, les coureurs devaient franchir le col du Grand-Saint-Bernard. Mais le mètre de neige tombé à 2469 mètres d'altitude va empêcher les organisateurs de déneiger à temps. En effet, si la route du côté italien est déjà ouverte depuis quelques semaines, le col, du côté valaisan, lui, est encore trop enneigé pour espérer passer d'ici quelques jours seulement.

Illustration du Giro sous la neige (iconsport)

Illustration du Giro sous la neige (iconsport)

Conséquence, les coureurs vont passer par le tunnel, situé 600 mètres plus bas, avant de se diriger vers l'arrivée située à Crans-Montana. Une déception de plus dans la mesure où le col du Grand-Saint-Bernard, un passage bien connu du peloton, constituait l'une des attractions de cette fin de deuxième semaine. Bien entendu, hormis les spécialistes, bon nombre de participants à ce Giro pourront souffler en apprenant la nouvelle, confirmée par organisateurs ce mardi. Pour le spectacle en revanche, on repassera.

Nordiste pure souche, amoureux du sport avec un grand S. Pas croyant, mais pratiquant (badminton, tennis, course à pied, football...), capable de dévorer n'importe quelle épreuve de n'importe quelle discipline. L'union fait la force, la diversité sportive proposée par WeSport en est une, aussi !

Dernières publications

En haut