On en parle aussi...

Giro Donne 2022 : Qui peut battre Annemiek Van Vleuten ?

Giro Donne

Si ce n'est pas Annemiek van Vleuten, alors qui ? Bien que la légende néerlandaise soit la grande favorite pour remporter son troisième titre de championne du Giro Donne, elle va devoir se battre. Le World Tour féminin est plus fort que jamais, et plusieurs coureuses sont capables de lui disputer la couronne. Nous vous présentons les noms à suivre au cours des dix prochains jours.

Après une année passée au niveau Pro, les organisateurs du Giro d'Italia féminin ont procédé aux changements nécessaires pour que la course soit de nouveau promue au niveau World Tour. Rebaptisée Giro Donne, l'édition la plus importante, la plus professionnelle et la plus regardable de la course nous a été promise. Il y aura deux heures de couverture télévisée en direct par jour, et chaque étape sera diffusée en direct et à la demande sur Eurosport, ce qui devrait suffire pour que vous ne manquiez pas les parties les plus incontournables de chaque étape.

La survie à long terme de la course en dépend car, pour la première fois, la course doit faire face à une concurrence féroce de la part du nouveau Grand Tour. Il n'y a pas de chevauchement – les huit étapes du Tour de France Femmes débutent 13 jours après les 10 jours du Giro Donne – mais si un certain nombre de coureurs ont décidé de faire le doublé, plusieurs grands noms mettent leurs œufs dans le panier de la nouvelle course.

Le World Tour féminin n'est pas encore aussi important que celui des hommes, et peu d'équipes ont la force nécessaire pour aligner des équipes aussi fortes pour les deux courses. Cependant, plusieurs d'entre elles se sont montrées à la hauteur. Trek-Segafredo, FDJ-Nouvelle Aquitaine, Canyon Sram et Team DSM ont toutes annoncé des équipes de six coureurs plus que capables de soutenir un défi au classement général – avec des chefs d'équipe de premier plan à la clé.

ANNEMIEK VAN VLEUTEN – MOVISTAR

La seule coureuse du World Tour féminin qui peut viser le Giro Donne et le Tour de France Femmes avec une chance raisonnable et réaliste de les remporter tous les deux. L'étalement plus fin du talent renforce son statut de favorite – tout comme la retraite de la championne en titre et compatriote Anna van der Breggen.

En tant que spécialiste du prologue, Van Vleuten sera la favorite pour prendre le maglia rosa le premier jour. Si elle y parvient, ce serait un véritable exploit pour elle de l'emporter ensuite jusqu'à Padoue. La question de savoir si elle veut le faire est peut-être plus pertinente que celle de savoir si elle le peut ou non. Les écarts de temps sont peut-être suffisamment faibles pour qu'elle puisse temporairement se décharger de ses responsabilités – et celles de son équipe – sur le terrain le plus doux, avant de les reprendre dans la seconde moitié de la course, lorsque les choses se corsent.

Van Vleuten est absente depuis des mois, ce qui devrait inspirer une peur bleue à ses rivaux. Cela signifie qu'elle a été en altitude et qu'elle a construit son corps pour atteindre le sommet à ce moment précis de la saison. Cela pourrait être un spectacle à voir.

MARTA CAVALLI – FDJ NOUVELLE-AQUITAINE FUTUROSCOPE

Marta Cavalli, 24 ans, est arrivée à maturité cette saison. En gagnant l'Amstel Gold Race et la Flèche Wallonne, elle est devenue la nouvelle reine des Ardennes. Sa victoire sur le Mont Ventoux, il y a quinze jours, prouve qu'elle n'a pas laissé cette forme sublime s'estomper.

Bien qu'elle n'ait pas encore atteint les mêmes sommets vertigineux sur la durée d'une épreuve à plusieurs étapes, ce ne peut être qu'une question de temps. Son heure est peut-être venue. Et elle aura certainement le soutien nécessaire. Car s'il y a une raison de douter de Cavalli, c'est l'expérience qui lui manque en tant que leader dans une course comme celle-ci. Heureusement, elle aura à ses côtés des professionnelles chevronnées et des gagnantes confirmées, Cecilie Uttrup-Ludwig, Brodie Chapman et Emilia Fahlin.

Sans oublier Evita Muzic. Sans sa coéquipière locale, Muzic aurait pu se retrouver parmi les favorites. La Française était troisième derrière Cavalli sur le Ventoux, et deuxième derrière Juliette Labous (Team DSM) – qui figure également sur cette liste – au classement général de la Vuelta a Burgos. Elle sera donc une arme puissante à la disposition de Cavalli en montagne. Il y a plusieurs équipes fortes mais si nous devions en nommer une au-dessus de toutes les autres, la FDJ l'emporterait de justesse. Cet avantage pourrait mener Cavalli en rose.

ELISE CHABBEY – CANYON-SRAM RACING

Si Canyon-Sram a plutôt laissé l'herbe pousser sous ses pieds ces dernières années, permettant à d'autres équipes de les rattraper et de les dépasser, Elise Chabbey a été la coureuse qui a sorti la débroussailleuse.

Le fait que les succès de la Suissesse cette saison aient été obtenus en montagne plutôt qu'au classement général conforte, plutôt qu'il ne la réfute, l'idée qu'elle peut obtenir un résultat dans le classement général au Giro Donne. Née à Genève, Chabbey sera à l'aise dans les plus hautes collines de la seconde moitié de la course. Tant qu'elle reste en contact avec le terrain à ce moment-là, il est peu probable qu'elle tombe aussi vite ou aussi loin de la course que d'autres.

Et même si elle n'est pas encore montée sur la plus haute marche à l'issue d'une course par étapes, Chabbey s'en rapproche. Le Giro Donne pourrait lui apporter le cigare.

ELISA LONGO-BORGHINI – TREK-SEGAFREDO

Longo-Borghini a déclaré qu'elle visera des victoires d'étape au Giro Donne, et qu'elle gardera ses jambes de GC pour le Tour de France Femmes. Bien que nous ne doutions pas de son honnêteté, il y a trois bonnes raisons pour lesquelles elle pourrait changer d'avis contre son gré.

C'est son Grand Tour à elle, pour commencer. Avec les fans derrière elle, ELB sera peut-être moins encline à lâcher les roues nécessaires pour lui donner le souffle nécessaire pour aller à la chasse aux étapes. Deuxièmement, sa (ses) performance(s) au Women's Tour, qui était une chose de force et de beauté. La montagne noire du Pays de Galles n'est peut-être pas le Passo Maniva, mais ce n'est pas non plus un dos d'âne, et Longo-Borghini l'a dominé. Le lendemain, Longo-Borghini a fait preuve d'un esprit de course qui ne pourra être égalé par personne cette saison.

Enfin, découvrez les coéquipiers qu'elle aura à ses côtés, devant et dans sa roue. Trek-Segafredo est l'équipe la plus riche de la WWT, et cela se voit. Leur équipe pour le Giro Donne comprend Lucinda Brand – gagnante du récent Tour de Suisse – et Leah Thomas, nouvellement couronnée championne des États-Unis. Elisa Balsamo aussi. La championne du monde sera certainement là pour remporter les sprints, mais elle n'est pas du genre à abandonner sa coéquipière et homonyme quand il y a du travail à faire. Peut-être, juste peut-être.

JULIETTE LABOUS – ÉQUIPE DSM

Juliette Labous est une autre coureuse qui a l'intention de se rendre sur le Tour après le Giro. Rien de surprenant à cela, étant donné sa nationalité. On ne lui en voudra pas si elle utilise la première course pour préparer la seconde.

Pourtant, le Giro Donne pourrait être un objectif plus réaliste à ce stade de sa carrière. À seulement 23 ans, il y a peu de coureuses en route pour l'Italie qu'elle ne peut pas battre. Ou, en fait, qu'elle n'a pas battu. Il y en aura d'autres au Tour de France.

Labous a le palmarès d'une coureuse polyvalente. La vainqueur de la Vuelta a Burgos n'a pas de spécialité particulière, ni de faiblesse évidente. Ce qui devrait vous donner une idée de la façon dont elle abordera la course. Attendez-vous à ce que Labous se mette tranquillement au travail pendant la première moitié de la course, en réalisant des performances régulières et en obtenant de bons résultats. Avant que l'on s'en rende compte, elle sera en tête du classement général, et il sera peut-être trop tard pour l'arrêter.

 

Dernières publications

En haut