J12 – GP du Brésil 2019 : Gasly, du rêve à la réalité

0
Ligue 1

 

Pendant 30 jours, la rédaction F1 va vous proposer une rétrospective sur un Grand Prix particulier. Que ce soit un GP des années 70 ou tout récent, toutes les générations vont y passer, avec un prisme différent à chaque fois. Des joies, des larmes, des tragédies, des intempéries … de nombreux événements ont marqué le monde de la F1 jusque-là. Aujourd’hui, retour sur le Grand Prix du Brésil 2019. Entre accrochages entre coéquipiers, faute d’Hamilton mais surtout seconde place de Pierre Gasly, revivez ce week-end brésilien dont on ne se lasse pas.

                                                    

Contexte Pré Gp

 

Ce Grand Prix du Brésil 2019 aurait pu n’être qu’anecdotique. 2 semaines auparavant Lewis Hamilton a remporté son 6ème titre de champion du monde sur la piste d’Austin au Grand Prix des Etats-Unis. Il revient à un titre de Michael Schumacher après une saison complètement maitrisée par le pilote britannique, jamais très inquiété par ses rivaux de chez Ferrari et Red Bull. Derrière lui Valtteri Bottas devient vice-champion du monde. Avec 67 points de retard sur son coéquipier, il ne peut maintenir le suspense un week-end de plus. Mais sa bonne saison lui permet d’être loin devant Charles Leclerc : 314 points pour le finlandais contre 249 pour le monégasque, alors qu’il ne reste que 52 points à être distribués sur les deux derniers Grand Prix.

Seul enjeu au classement des pilotes, la 3ème place du championnat. Elle se dispute entre Charles Leclerc en tête à l’aube de l’avant dernier week-end de course, son coéquipier Sebastian Vettel avec 230 points et Max Verstappen intercalé entre les deux Ferrari avec ses 235 points.

Du côté des constructeurs, Mercedes a réalisé le doublé en remportant à Austin le titre de champion du monde constructeurs. C’est le sixième « double-titre » consécutif pour l’écurie allemande. Le suspense est encore moindre car le podium est figé. Ferrari finit second et Red Bull troisième.

 

Tension entre Verstappen et Ferrari

 

A la fin du dernier Grand Prix, interrogé sur le manque de performance des voitures de la marque italienne, Verstappen a répondu assez sèchement : « C’est ce qui arrive quand on arrête de tricher, évidemment. Maintenant, nous devons garder un œil là-dessus ». Des propos qu’il a confirmés durant la conférence de presse officielle d’après Grand Prix. Il a sous-entendu qu’une publication d’une Directive Technique de la part de la Fia, quelques jours auparavant pourrait être un facteur expliquant le manque de performance de la Scuderia.

Des paroles qui ont de quoi mettre en rogne l’écurie dirigée par Mattia Binotto. Devant la presse à Austin, Charles Leclerc s’est montré assez surpris de la façon dont est informé le pilote néerlandais : « Pour être franc, je pense que c’est une blague. Il n’est pas dans l’équipe. Nous savons exactement ce que nous faisons. Je ne sais pas pourquoi il parle. Il ne sait rien du tout à notre sujet ». De son côté Binotto reste pragmatique pour expliquer le week-end compliqué de ses monoplaces aux Etats-Unis. Il regrette cependant les accusations de Verstappen qui selon lui font « du tort à la F1. Ce n’est pas bon pour la F1 et je pense que tout le monde devrait être un peu plus prudent ».

De quoi promettre des tensions à leur retour sur le circuit d’Interlagos.

 

Le duel Red Bull Ferrari de retour sur la piste aux essais du vendredi

 

Meilleur chrono mais une roue avant-droite arrachée. C’est le paradoxe de la première séance d’essais vécue par le thaïlandais Alexander Albon et sa Red Bull. Une première séance sans réel apport pour les écuries qui n’ont pu rouler que très peu sur le sec. Avec de la pluie sur le circuit d’Interlagos, la majeure partie de la séance s’est déroulée avec des pneus intermédiaires. Avant que quelques monoplaces ne s’engagent avec des pneus slics. Au terme de cette séance, Alexander Albon avec ses 1 :16.142 devance Valtteri Bottas et les deux Ferrari de Vettel et Leclerc.

A noter l’apparition pour la première fois dans une F1 du jeune pilote Nicholas Latifi qui va remplacer Robert Kubica dans la Williams en 2020.

Une séance où 4 pilotes n’ont pas réalisé de temps chronométré. Outre Grosjean et Pérez, il y a surtout deux des favoris pour la victoire ce week-end : Verstappen et Hamilton. Cette absence de temps s’explique d’abord par une piste mouillée donc sans intérêt puis par la sortie d’Albon qui a mis fin prématurément à la séance.

Au virage numéro 12, Albon avec des pneus tendres glisse sur le bitume encore mouillé et vient encastrer l’avant droit de sa Red Bull contre le rail de sécurité.

 

Un accident qui vient entacher une belle séance pour le pilote Red Bull. Crédit photo : Planet F1.

L’après-midi, sur une piste redevenue sèche, Sebastian Vettel et Ferrari ont remis les pendules à l’heure. Pour répondre à une accusation de triche, la Scuderia a décidé de le faire en piste, en signant un doublé lors de la seconde séance d’essais libres. Vettel en 1 :09.217, 21 millièmes devant Charles Leclerc, son coéquipier. Le monégasque aura sans doute une course difficile car il a écopé de 10 places de pénalités pour changement de moteur.

Derrière les deux Ferrari, l’écart est minime. Verstappen et les deux Mercedes de Bottas et Hamilton ne sont séparés que d’un centième. Hamilton est quant à lui à 223 millièmes du meilleur temps de Vettel. Un écart infime qui promet une qualification très serrée.

Du côté des Français, la séance n’a pas été très encourageante. Romain Grosjean et sa Hass ont parcouru près de 40 tours mais il ne se classe que seizième. Quant à Pierre Gasly, il termine douzième suite à une panne moteur qui l’a contraint à raccourcir sa séance.

 

Verstappen au-dessus du lot, les français à la fête

 

Lors de la 3ème séance d’essais, toutes les cartes ont été redistribuées. Lewis Hamilton a signé le meilleur temps devant un certain Max Verstappen. Les 2 pilotes ont répondu aux Ferrari après avoir été dominées la veille. Hamilton en 1 :08.320 a devancé le pilote Red Bull de seulement 26 millièmes. Mais il a réussi à éloigner les 2 Ferrari de près de 3 dixièmes. De bonne augure avant la séance qualificative de l’après-midi.

 

Lorsque les feux passent au vert à 14 heures (heure locale), le temps est sec sur le circuit d’Interlagos. Il est très difficile de prévoir qui va signer la pole position tant les essais libres ont été disputés.

La Q1 se passe sans réel soucis, hormis pour Carlos Sainz JR qui a subi une perte de puissance dans son premier tour lancé. Un problème mécanique qui contraint le pilote espagnol à s’élancer du fond de la grille le lendemain.

La Q2 ne propose pas de situation exceptionnelle, à part Giovinazzi qui a été victime d’un tête à queue à quelques instants de la fin de la séance.

La période difficile de Renault continue car ni Ricciardo ni Hulkenberg n’ont pu accéder à la Q3. Même constat pour McLaren qui voit Lando Norris terminer 11ème à seulement 10 centièmes de Kimi Räikkönen.

Les 3 écuries de tête voient leurs monoplaces arrivées en Q3 et en mesure de se battre pour la pole position. Les 2 Français Gasly et Grosjean se hissent aussi dans la dernière partie des qualifications. Pour l’écurie Haas, la satisfaction est pleine car Kevin Magnussen parvient lui aussi à accéder à la Q3.

En Q3, après le premier run ; Verstappen signe le meilleur temps, 8 millièmes devant Vettel mais il a mal négocié un des virages du circuit. Un temps qui met le pilote néerlandais dans la meilleure position pour décrocher la pole position.

Lors du second run, Verstappen améliore son tour en 1 :07.508. Il décroche sa seconde pole position après celle en Hongrie. Il devance Vettel de 123 millièmes et Hamilton de 191 millièmes. Une pole position qui peut lui permettre de gagner une course qui lui était promise en 2018, mais qui fut anéantie par un accrochage incompréhensible avec Esteban Ocon.

Derrière, Charles Leclerc termine 4ème mais s’élancera 14ème en raison des places de pénalité. Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Les deux français Gasly et Grosjean partiront respectivement 6ème et 7ème. Un bonheur pour les deux pilotes tricolores qui avaient vécu un week-end compliqué jusque-là. Une occasion en or de marquer de gros points en vue du classement pilotes mais aussi constructeurs.

 

Max Verstappen (Red Bull) en pole position peut espérer gagner le GP et prendre la 3ème place du championnat aux deux Ferrari. Crédit photo : Sport Auto.

 

Verstappen gagne, Gasly et Toro Rosso brillent

 

A l’aube de cette course brésilienne, Pierre Gasly et son équipe peuvent rêver d’obtenir un très bon résultat. De son côté, Max Verstappen veut absolument effacer sa mésaventure de l’année précédente.

Le pilote Red Bull est d’autant plus confiant que le temps est sec comme lors de la qualification, qu’il a nettement dominée.

A l’extinction des feux, Vettel a dû mal à décoller et c’est Hamilton qui vire en seconde position au premier virage.

Dans ce début de course, tout se passe bien pour les leaders. Après 5 tours, Charles Leclerc est remonté de la 14ème place à la 8ème. Si Pierre Gasly arrive pour l’instant à se maintenir à la 6ème place, les Haas ont beaucoup de mal dans cette course. Les deux monoplaces perdent plusieurs positions dans les premiers tours.

Le premier incident arrive au 8ème tour, entre Ricciardo et Magnussen. Le Danois part en tête à queue, tandis que l’Australien doit passer au stand pour aileron cassé. Le pilote Renault va aussi écoper d’une pénalité de 5 secondes.

Au 20ème tour, Lewis Hamilton ouvre le bal des arrêts au stand pour tenter de dépasser Verstappen grâce au jeu des stands.  Un tour plus tard, Verstappen couvre la stratégie Mercedes et s’arrête à son tour.

Un arrêt qui aurait pu tourner au drame. Alors que Verstappen ressort de la voie des stands, Robert Kubica est lâché par Williams, les deux voitures manquent de peu de se toucher. Verstappen a failli caler ou finir dans le mur. Ce petit incident qui retarde le néerlandais, profite à Hamilton qui prend la première place.

 

Un incident qui aurait pu anéantir les chances de victoires de Max Verstappen. Crédit photo : GPFans.

 

Mais le britannique a dû mal à faire sauter le bouchon Charles Leclerc, qu’il a rencontré en sortant des stands. Quand il y parvient, Verstappen est déjà derrière. Au premier virage du 23ème tour, le néerlandais passe le britannique. Ce dernier ne peut rien faire contre le rythme d’enfer imposé par la Red Bull.

Au 30ème tour, Verstappen est leader devant Hamilton et Vettel. Pierre Gasly est 8ème après son arrêt, alors que Romain Grosjean en délicatesse avec sa voiture pointe à la 17ème place. A noter aussi la bonne performance des 2 Alfa Roméo, dans les points avec Räikkönen 8ème et Giovinazzi 9ème.

Les 20 tours suivants sont plutôt tranquilles, les pilotes passent une seconde fois au stand et Leclerc tente de garder sa 5ème place dans une bataille très disputée face à Bottas.

Mais au 51ème tour, de la fumée s’échappe de la voiture de Valtteri Bottas, le finlandais est contraint de s’arrêter sur le bord de la piste, ce qui implique l’apparition de la voiture de sécurité.

Toujours derrière la voiture de sécurité, Verstappen décide de rentrer aux stands pour chausser des pneus neufs mais laissent la tête de la course à Hamilton. Une stratégie qui va se révéler payante.

Au 60ème tour, quand la voiture de sécurité s’efface, le néerlandais bondit au premier virage pour dépasser Hamilton. Contre des pneus frais, l’anglais ne peut rien faire.

Derrière Alexander Albon passe Vettel et monte provisoirement sur le podium.

Derrière les leaders, un pilote inattendu est revenu dans les points. C’est Carlos Sainz JR qui pointe au 7ème rang alors qu’il s’est élancé 20ème.

La bataille entre Albon et Vettel permet à Leclerc de revenir dans leurs sillages. Et au 66ème tour, dans la ligne droite qui suit les S de Senna, Ferrari va se retrouver à gérer un nouveau problème. Leclerc a dépassé Vettel au premier virage, et c’est au tour de l’Allemand d’attaquer son coéquipier dans la ligne droite.

Leclerc serre le milieu de piste et Vettel qui veut plus d’espace l’accompagne un peu vers la gauche. Les 2 voitures se touchent. Leclerc voit sa roue avant-gauche se déchausser et finit sa course dans les zones de sortie au fond de la ligne droite. Vettel lui a crevé de la roue arrière-gauche, ce qui le force aussi à abandonner.

Un accrochage entre coéquipiers qui enfonce encore plus Ferrari dans sa mauvaise saison. Crédit photo : Dicodusport.

Une nouvelle situation de conflit entre les deux équipiers qui peut laisser des traces au sein de l’équipe.

La piste est recouverte de débris, la voiture de sécurité entre une nouvelle fois en piste. Et le classement est improbable. Hamilton est passé au stand ce qui place les 2 pilotes Red Bull aux deux premières places et Pierre Gasly en 3ème position.

Mais au restart, Hamilton profite de ses pneus neufs pour doubler la Toro Rosso.

Il ne reste que deux tours, et le champion du monde en titre compte bien doubler Albon, il le harponne dans le second secteur du circuit et Albon se retrouve en travers. Pierre Gasly passe deuxième !

Un accrochage malheureux pour le thaïlandais, auteur d’un bon week-end. Crédit photo : MSPORTS.

 

Dans le dernier tour, Hamilton qui a pu repartir fait le forcing pour revenir sur le français.

Verstappen passe la ligne en tête et signe sa 8ème victoire en F1. Mais le réalisateur n’oublie pas la bataille derrière. Hamilton fond dans la ligne droite sur Gasly mais le moteur Honda de la Toro Rosso résiste à celui de la Mercedes.

Pierre Gasly conserve sa deuxième place d’un souffle (6 centièmes) devant le champion du monde Hamilton et va monter sur son premier podium.

Le normand a rivalisé avec le champion du monde pour offrir une dernière ligne droite mémorable. Crédit photo : Breakingnews.

 

Dans le même temps, une enquête est ouverte dans l’accrochage entre Albon et Hamilton.

 

Max Verstappen chasse les démons du passé en remportant ce GP du Brésil. Crédit photo : FIA.

 

Déclaration d’après GP

 

Pierre Gasly va monter sur son premier podium après une saison difficile où il a été remplacé chez Red Bull. Dans son tour de décélération, il hurle à la radio. Garer sa voiture contre le panneau du deuxième est une joie immense pour le pilote normand. Il est le plus jeune pilote français à monter sur un podium de F1, détronant Jean Alesi.

Après son podium qu’il a partagé avec ses mécaniciens, il confie à chaud : « Je n’oublierai jamais ce premier podium. Je ne sais pas quoi dire. C’est tellement d’émotion. Merci à Toro Rosso de m’avoir donné d’excellentes voitures depuis mon retour ! »

En conférence de presse, il déclare : « mon dernier podium datait de 2016 en GP2 et ça me manquait vraiment. C’est quelque chose que je rêvais d’expérimenter en F1 et me retrouver ce soir entre Max et Lewis pour mon premier podium en F1 est juste insensé. »

Un premier podium inoubliable pour le jeune pilote français. Crédit photo : sport 365.

Ce podium du français fait presque oublier le pari réussi de Verstappen : finir le travail qu’il avait commencé l’année d’avant : « C’est une grande victoire, après l’an dernier bien sûr, mais encore plus au vu de comment la course s’est déroulée et de la façon dont nous avons travaillé en équipe. »

Hamilton va se voir attribuer une pénalité de 5 secondes qui lui fait perdre le podium et l’offre à Carlos Sainz JR ! Parti 20ème, il remonte 4ème et profite de la pénalité d’Hamilton pour monter sur le podium.

L’Espagnol de McLaren déclare : « C’est la meilleure course de ma vie » et il reconnait ne pas savoir comment il a réussi à défendre sa place face aux deux Alfa Roméo dans les derniers tours.

Carlos Sainz JR a fêté son podium, mais quelques heures après l’arrivée. Crédit photo : F1actu.

Les Alfa Roméo qui finissent 4ème et 5ème, une course encourageante pour le team de Frédéric Vasseur.

En revanche, Hamilton tenait à s’excuser pour son accrochage : « J’ai pris une pénalité. Je l’accepte totalement car j’arrivais de derrière. Des accrochages avec d’autres, on ne me voit jamais faire ça. »

Enfin chez Ferrari, tout va mal, aucun des deux pilotes ne pense avoir commis d’erreur, hormis celle de n’avoir pas fini la course. Une situation que Mattia Binotto ne veut pas expliquer pour le moment : « Nous sommes déçus. On va analyser en détails les vidéos et en discuter avec les pilotes. Je ne vais pas prendre de décisions à chaud. C’est dommage que ce genre de choses arrive après tout le travail accompli par l’équipe. »

La version des faits de Charles Leclerc est la suivante : « J’ai effectué un dépassement propre même si c’était agressif. Vettel a tenté par la suite de reprendre sa place, il s’est rabattu sur l’intérieur et on s’est touchés. C’est vraiment dommage que ça se termine comme ça. »

Sebastian Vettel ne rejette pas la faute sur son coéquipier et préfère ne pas analyser : « C’est regrettable car on n’aurait dû faire une meilleure course. Je suis sorti de la chicane et on s’est touchés. Je ne pense pas qu’il y ait besoin de consignes. »

 

Le Grand Prix du Brésil 2019 est une course qu’on ne se lasse pas de regarder. Tant par son dénouement final qui voit monter sur le podium le français Pierre Gasly qui a vécu une saison terriblement difficile, mais aussi par la richesse de la course avec des accrochages, des safety car et des dépassements à tout-va. Un Grand Prix d’Interlagos animé comme c’est souvent le cas sur le circuit brésilien.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here