Auto/Moto

GP du Mexique – Verstappen vainqueur pour la 14e fois de la saison

Dans une course qu’il a dominé de bout en bout, Max Verstappen s’est imposé pour la quatorzième fois de la saison. En remportant le Grand Prix du Mexique, le pilote Red Bull dépasse le précédent record co-détenu par Michael Schumacher et Sebastian Vettel.

 

Inarrêtable ! Sur le tracé de Mexico, Max Verstappen a maîtrisé son sujet. Auteur d’une nouvelle démonstration, le Néerlandais s’est facilement imposé et devient le recordman de victoires en une saison avec 14 succès. Comme en 2021, le désormais double champion du monde devance Lewis Hamilton (Mercedes) et Sergio Pérez.

Avant même le départ, Red Bull et Mercedes choisissent des stratégies différentes. Max Verstappen et Sergio Pérez chaussent des pneus tendres, comme les pilotes Ferrari, alors que George Russell et Lewis Hamilton sont en mediums. Les pilotes de l’écurie allemande veulent étendre leur stratégie par rapport à leurs adversaires.

A l’extinction des feux, Max Verstappen conserve les bénéfices de sa pole position alors que George Russell manque son premier virage. Cela permet à Lewis Hamilton d’enrouler son coéquipier et de se retrouver en 2e position derrière le Néerlandais. A domicile, Sergio Pérez double aussi le N°63 et se place en 3e position. Les deux pilotes Ferrari sont dans le sillage des leaders et Fernando Alonso pointe au 7e rang. 

Dans le peloton, mauvais début de course pour McLaren dans sa lutte face à Alpine pour la quatrième place du championnat constructeurs. Esteban Ocon est deux places derrière son coéquipier espagnol, en 9e position. Lando Norris pointe au 10e rang, trois places devant l’Australien Daniel Ricciardo. L’ancien pilote Red Bull gagne une position en se débarrassant de Guanyu Zhou (Alfa Romeo).

A l’entame du dixième tour de course, Max Verstappen voit Lewis Hamilton rester à son contact, à moins de deux secondes. Sergio Pérez et George Russell suivent de près alors que les deux Ferrari semblent moins dans le rythme que les voitures de tête. Côté tricolore, statu quo pour Esteban Ocon en dixième position, moins en vue, Pierre Gasly a du mal avec son Alpha Tauri. Le vainqueur du Grand Prix de Monza 2020 n’est que seizième. Les difficultés continuent pour le N°10 qui écope de 5 secondes de pénalité après avoir dépassé Lance Stroll sans laisser assez de place au Canadien d’Aston Martin.

Dans le 23e tour de course, Max Verstappen commence à souffrir au niveau de ces pneumatiques, notamment l’avant-gauche, et le Néerlandais se plaint qu’il a du mal à tourner dans les virages lents. Sergio Pérez est appelé au stand mais les mécaniciens manquent leur arrêt. Après cinq secondes d’immobilisation, le Mexicain repart en médiums.

Stratégie perdante pour Mercedes

Deux tours plus tard, le leader rentre au box pour lui aussi chausser des médiums. Lewis Hamilton prend les commandes de la course et rassure son équipe sur l’état de ses gommes. Le Britannique passe par la voie des stands dans le 30e tour mais son arrêt de 3”3 le fait ressortir à plus de six secondes du champion du monde en titre. Le N°44 tente le pari des durs pour aller jusqu’au bout de la course sans un autre arrêt. Un choix aussi fait par George Russell quatre boucles plus tard que son coéquipier. Le jeune britannique ressort en quatrième position derrière Verstappen, Hamilton et Pérez.

Dans le peloton, Esteban Ocon réalise une très belle manœuvre pour dépasser Valtteri Bottas au freinage du virage 1 et intégrer le top-10. Le Normand double aussi Guanyu Zhou, il se retrouve en 8e place. Les deux pilotes Mercedes se plaignent de leur choix de pneus alors que Lewis Hamilton pointe à près de 10 secondes de Max Verstappen, leader de la course. 

Dans le 51e tour de course, Daniel Ricciardo tente de plonger à l’intérieur du virage 6 sur Yuki Tsunoda. L’Australien est trop optimiste et va au contact du Japonais, envoyant le pilote Alpha Tauri tout proche du rail. Le Nippon est obligé de rentrer au stand pour abandonner. La direction pénalise de 10 secondes le pilote McLaren. A dix tours du drapeau à damiers, Fernando Alonso connaît quelques problèmes moteur et perd de la puissance en ligne droite. Daniel Ricciardo et Esteban Ocon le doublent aisément et l’Espagnol dégringole au classement. Une occasion manquée de prendre de gros points dans la lutte au championnat constructeurs. Le double champion du monde doit même abandonner au bout de la ligne droite de départ arrivée mettant un terme à sa course. 

Verstappen encore un peu plus dans l’histoire

Pour la quatorzième fois de la saison, Max Verstappen passe sous le drapeau à damiers en grand vainqueur. Le pilote Red Bull devance Lewis Hamilton et Sergio Pérez. Mécontent à la radio de la stratégie de son équipe, George Russell ne se classe que quatrième. Les Ferrari, hors du coup à Mexico, suivent avec Carlos Sainz devant Charles Leclerc. Malgré sa pénalité, Daniel Ricciardo est le meilleur des autres en 7e position. Esteban Ocon se classe 8e juste devant l'autre McLaren de Lando Norris. Valtteri Bottas décroche le point de la 10e place. Le Finlandais entre dans les points pour la première fois depuis dix Grands Prix. Malheureusement pour Pierre Gasly, le Français termine à la porte des points. 

Le vainqueur du jour était évidemment très heureux au pied du podium. « Notre rythme était très bon, analysait Max Verstappen. Je devais faire attention aux pneus car nous avions un long relais à faire en mediums. » Loin d’être rassasié par ce record de 14 succès, le pilote Red Bull espère « encore gagner cette année » pour améliorer ses statistiques. Seulement deuxième alors qu’il était confiant avant d’entamer la course, Lewis Hamilton a avoué que le choix stratégique n’était pas le bon. « J’ai tout donné mais les Red Bull étaient tout simplement plus fortes aujourd’hui. Je ne suis vraiment pas sûr de notre stratégie pneumatiques, clairement le choix des durs n’était pas le bon. » 

D’habitude très précis en termes de stratégie, Mercedes s’est aujourd’hui trompé. De quoi faire le bonheur de Red Bull, de Verstappen et surtout des milliers de mexicains présents dans les tribunes pour voir leur idole, Sergio Pérez, monter sur le podium. Le paddock de la Formule 1 posera ses valises au Brésil dans deux semaines sur le circuit de Sao Paulo. 


Dernières publications

En haut