Exclu

Grand Prix de Belgique : “Cela fait plusieurs fois que l’on joue à la pétanque”

Le Grand Prix de Belgique à Spa-Francorchamps ne s’est pas vraiment déroulé comme prévu. À cause d’une météo capricieuse, les monoplaces n’ont pu rouler que 2 tours derrière la voiture de sécurité avant que Michael Masi et son équipe ne décident d’interrompre définitivement la course. Durant la longue attente, nous avons pu remarquer des commissaires ingénieux. Parmi eux, Joël Collard et ses hommes se sont fait distinguer lors d’un court passage à la télévision où nous les voyons disputer une partie de pétanque dans le bac à graviers. Ce moment a très vite tourné sur les réseaux sociaux, provoquant joie et rires chez les internautes. Pour We Sport, il revient sur cet évènement qui a marqué ce dimanche 29 août.

“On a connu pire en termes de conditions météorologiques”

Les conditions climatiques n’ont pas été propices au déroulement d’une course de Formule 1. Avec seulement 2 tours disputés (pour distribuer la moitié des points), ce Grand Prix restera marqué dans l’histoire de la discipline. Chez les commissaires, l’attente a parfois été longue. C’est le cas de Joël Collard, qui connait le circuit par cœur : “Je suis commissaire depuis 24 ans. J’ai toujours aimé les sports mécaniques, j’avais un cousin qui faisait partie de l’équipe que je dirige maintenant. Tous les ans, je change de poste, j’ai fait environ toutes les parties du circuit. Cette année, j’étais affecté au raccordement”.
Les difficultés météorologiques, lui et son équipe les connaissent parfaitement. Pour cet habitué du circuit et du temps belge, ce week-end de course n’est pas le pire qu’il ait vécu en tant que commissaire. Et ce n’est pas ça qui va arrêter ce passionné de sports mécaniques : “Honnêtement, on a déjà connu pire que ce week-end en termes de conditions météorologiques. Ici, on va dire que c’était de la petite pluie. Et j’ai vu des voitures rouler dans de bien pires conditions que ce week-end. C’est toujours plus agréable de profiter du soleil et du beau temps avec les copains mais la passion qui nous anime est plus forte, qu’importe la météo”.

 

Une habitude pour Joël Collard, qui n’en est pas à son coup d’essai

Grâce à son expérience, Joël Collard connait le tracé de Spa-Francorchamps sur le bout des doigts. Lorsqu’il a appris le lieu où il passera son week-end, sa réaction ne s’est pas fait attendre : “Quand j’ai eu mon affectation au poste 15 à la fin du raccordement, je savais qu’il y avait un bac à graviers. J’avais donc prévenu un ami qui était avec moi au poste de ramener ses boules de pétanque“. Le temps d’attente entre les différentes disciplines étant souvent important, les commissaires ont chacun leurs habitudes : “On sait très bien qu’en Formule 1, il y a du temps d’attente entre les courses, notamment avec les différentes inspections. Il faut aussi respecter les retransmissions TV, donc on a souvent du temps libre“.

Lors des Grands Prix de Formule 1 auxquels il assiste depuis le bord de piste, l’équipe de Joël Collard possède ses habitudes. Pour lui, la pétanque n’est pas une nouveauté pendant un week-end de course : “Cela fait plusieurs fois que l’on joue à la pétanque. On l’a déjà fait il y a 4 ou 5 ans“. Mais le Belge aime aussi s’amuser pendant des courses d’endurance : “Il y a deux ans, aux 24 Heures de Spa, la course a été arrêtée pendant la nuit jusqu’à 11h30 et j’étais commissaire. Lors de ma pause du matin, on faisait un peu tout et n’importe quoi dès qu’on voyait une voiture passer. Le premier tour, on imitait des rameurs, le deuxième on imitait des pêcheurs“.

“Je préfère participer que subir”

Pour Joël Collard, rester attendre à son poste est quelque chose d’inenvisageable : “Pendant les courses, je préfère participer que subir“. Alors que le départ est reporté de minute en minute, il décide de lancer une partie de pétanque avec ses collègues, en attendant d’avoir plus d’informations sur une éventuelle reprise : “Lorsque le départ a été reporté une énième fois, je me retourne vers mon collègue et lui dit : « Sors les boules qu’on s’amuse un peu » . Et c’est comme ça que ça a commencé“. Ce passage, diffusé sur les chaines internationales diffusant le Grand Prix, a amusé beaucoup d’internautes. Joël Collard a même été appelé par sa hiérarchie suite à ce passage à la télévision : “Mes supérieurs m’ont appelé pour me féliciter, le circuit m’a aussi félicité parce qu’on mettait un peu d’ambiance. C’est le genre de choses qu’on aime bien faire dans mon équipe. On aime autant les sports mécaniques que l’humour“.

Avant de raccrocher, nous demandons à connaitre le nom du gagnant de la partie : “Le vainqueur s’appelle Claude“, nous précise-t-il en rigolant. Nous remercions Joël Collard d’avoir répondu à nos questions et lui souhaitons de prendre sa revanche lorsque l’occasion s’y prêtera.

 

Crédit une : Le Progrès

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire