Coupe du Monde

Hochfilzen – Relais (H) : La Suède s’impose devant la Norvège et l’Allemagne

Dernière course de la semaine à Hochfilzen (Autriche), avec le relais masculin. Au terme d’une course pleine de rebondissements, la Suède s’est imposée devant la Norvège et l’Allemagne. La France déçoit et termine sixième.

 

Les favoris se détachent

Sur le premier tir couché, Antonin Guigonnat, premier relayeur français, fait le plein et ressort aux côtés de Peppe Femling (Suède), Sturla Holm Laegrid (Norvège), Erik Lesser (Allemagne) et Tuomas Harjula (Finlande). Laegrid impose son rythme jusqu’au tir debout. Sur ce même tir debout, le Russe Matvey Eliseev réussit le 5/5 et ressort en tête. Derrière, le Finlandais Harjula doit utiliser une balle de pioche, tandis que Laegrid et Guigonnat piochent à deux reprises.

Avant le passage de relais, on retrouve un groupe de six nations en tête, avec la Russie, la France, la Norvège, l’Allemagne, la Suède et la Finlande. Ils ne sont finalement plus que quatre à l’avant au moment du passage de relais. En effet, après une accélération de Harjula, Femling et Eliseev sont décrochés.

 

Les espoirs français s’envolent

A l’approche du deuxième tir couché de ce relais, Emilien Jacquelin (France) est toujours aux avant-postes, aux côtés de Johannes Dale (Norvège), Jesper Nelin (Suède) et Tero Seppala (Finlande). Evgeniy Garanichev (Russie), Roman Rees (Allemagne) et Simon Eder (Autriche) sont à quelques secondes du groupe de tête. Sur le tir couché, toutes ces nations font le plein, à l’exception du Norvégien Dale, qui doit utiliser une balle de pioche et accuse un retard de 14 secondes.

Dale parvient à revenir et c’est donc un groupe de sept nations qui arrive sur le pas de tir pour le deuxième tir debout de ce relais. Et c’est malheureusement sur ce tir que tout se complique pour l’équipe de France. Emilien Jacquelin passe complètement à côté de son tir et doit effectuer deux tours de pénalité. Les espoirs de victoire, voire de podium s’envolent pour les tricolores. Devant, Rees et Eder ne commettent pas la moindre erreur, Nelin doit prendre une balle de pioche, tandis qu’il en faut trois à Dale, Seppala et Garanichev. Quelques écarts se créent donc avec l’Allemagne et l’Autriche qui ressortent en tête. La Suède et la Norvège sont respectivement à 10 et 26 secondes du duo de tête. La France est à plus d’une minute.

 

Duel Suède-Norvège

A l’avant-dernier passage de relais, l’Allemagne est toujours en tête, devant l’Autriche et la Suède. La Norvège et la Finlande sont à 15 secondes, juste devant la Russie et la Slovénie. Toutes ces nations vont finalement se regrouper à l’approche du tir couché, hormis la Finlande qui lâche prise. Sur le pas de tir, Martin Ponsiluoma (Suède) et Tarjei Boe (Norvège) font le plein. En revanche, Benedikt Doll (Allemagne) et Eduard Latypov (Russie) utilisent une balle de pioche. Felix Leitner (Autriche) doit lui piocher à trois reprises. Suède et Norvège ressortent donc en tête, avec 15 secondes d’avance sur la Russie et l’Allemagne.

Avant le tir debout, Latypov creuse l’écart sur Doll et se retrouve seul en troisième position. Sur le pas de tir, le duo de tête craque, avec deux pioches pour Tarjei Boe, et trois pour Ponsiluoma. Ce qui laisse une opportunité aux autres nations de revenir. Mais seul l’Allemand Doll en profite et, grâce à un 5/5, ressort en tête. Tarjei Boe se retrouve deuxième, juste devant Ponsiluoma. Leitner et Latypov doivent piocher à deux reprises et ne profitent donc pas des erreurs adverses. Un trio de tête se forme avec la Norvège, la Suède et l’Allemagne, mais cette dernière est décrochée avant le dernier passage de relais.

Derrière l’Allemagne et son dernier relayeur Philipp Horn, la Russie, désormais emmenée par Alexander Loginov, revient peu à peu. Lors du tir couché, Loginov réalise d’ailleurs le sans-faute, tout comme le Suédois Sebastian Samuelsson. Côté Norvégien, Johannes Boe doit utiliser une balle de pioche mais parvient à rester au contact de Samuelsson. Horn, malgré deux balles de pioche, est toujours à la lutte avec son homologue russe pour tenter de monter sur le podium.

 

Dernier tir délicat

Le dernier tir est donc décisif, que ce soit pour la victoire ou pour la troisième place. Et concernant le duel pour la victoire, rien ne se passe comme prévu pour Johannes Boe. Le Norvégien est d’abord gêné par un officiel, qui avait visiblement mal anticipé l’arrivée des biathlètes sur le pas de tir. Il semble également perturbé par ses balles de pioches, qui échappent aussi bien à ses mains qu’à la cible. Ainsi, inutile de préciser qu’il passe totalement à côté et doit effectuer un tour de pénalité. Ce qui laisse un boulevard à Sebastian Samuelsson.

Mais ce dernier n’est pas en reste concernant les mésaventures avec les balles de pioche. Après un long moment de lutte avec l’une d’entre elles, il parvient finalement à l’envoyer toucher la cible. Le Suédois peut respirer. Il ressort en tête et ne quitte plus cette position jusqu’à la ligne d’arrivée. Derrière, la Norvège prend la deuxième place. L’Allemagne complète le podium, après un dernier sans-faute de Philipp Horn. Le Russe Alexander Loginov doit passer par l’anneau de pénalité et se contenter de la quatrième place.

 

Côté Français, Antonin Guigonnat, Emilien Jacquelin, Fabien Claude et Quentin Fillon-Maillet échouent à une anecdotique sixième place, à presque deux minutes des Suédois.

 

Crédits photo : Eurosport

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
venenatis pulvinar ut ut odio dictum leo massa Aenean