Houston : Des Rockets prêts à exploser ? (Preview 2019/2020)

0
Ligue 1

Les duos de superstars deviennent décidément une coutume en NBA. Anthony Davis qui rejoint Lebron James, Paul George qui devient le bras droit de Kawhi Leonard, ça fait déjà beaucoup. Alors quand on apprend que James Harden, MVP 2018, accueille dans sa maison Russell Westbrook, MVP 2017, on se dit qu’on a vécu une intersaison de fou. Alors comment ces deux anciens coéquipiers vont jouer ensemble, cela paraît compliqué. Mike d’Antoni va-t-il réussir à trouver les clés ?

Le bilan de la saison dernière :

53 victoires et 29 défaites pour une 4ème place dans une conférence Ouest ultra disputé. Voilà un bilan qui peut paraître plutôt bon mais le contraste avec la saison précédente le trahit. Une 4ème place est synonyme de match contre leur bête noire, les Warriors, avant la finale de conférence. Et cela n’a pas loupé, une série de 6 matchs a eu raison de Harden & co face à la tribu de Curry. Une saison en demi-teinte donc qui a incité les dirigeants de la franchise à frapper un grand coup sur le marché.

Pour plus de détails, on vous redirige vers ce bilan détaillé de la saison 2018-2019.

Les mouvements de l’intersaison :

  • Départs : Chris Chiozza (Agent libre), Trevon Duval (Agent libre), Vincent Edwards (Agent libre), Kenneth Faried (Agent libre), Michael Frazier II (Agent libre), Chris Paul (Oklahoma City Thunder), Iman Shumpert (Agent libre)
  • Arrivées : Ryan Anderson (Miami Heat), Tyson Chandler (Los Angeles Lakers), Matur Maker (Zlatorog Lasko, Slovénie), Ben McLemore (Agent libre), Shamorie Ponds (non drafté), Thabo Sefolosha (Utah Jazz), Ray Spalding (Phoenix Suns), Russell Westbrook (Oklahoma City Thunder)

Si on devait résumer l’intersaison des Rockets en deux mots, je dirais : osé et maligne. Osé car en échangeant Chris Paul contre Russell Westbrook, Daryl Morey a pris un risque monumental. On le sait, ces deux joueurs qui sont d’ailleurs amis adorent avec la gonfle sur la plupart des possessions. Alors Mike d’Antoni a du pain sur la planche pour que ce duo “matche”. Et Mike d’Antoni n’a jamais vraiment été un bon conseiller Tinder puisque le duo Paul-Harden n’a pas été un long fleuve tranquille. Ajouté à cette grosse opération, Morey a passé quelques coups de fil pour voir débarquer Sefolosha, Chandler et McLemore dans le Texas. Les deux premiers ont montré qu’ils étaient des vétérans bons à tout faire dans leurs équipes précédentes. Le dernier lui est au bust, ce que Cyril Lignac est à la pâtisserie. Mais on ne sait jamais, celui-ci pourrait quand même exploser cette saison, les miracles existent comme retrouver Xavier Dupont de Ligonnès le retour prématuré de Caris Levert sur les parquets.

Dans la peinture, les Rockets font toujours confiance à Clint Capela et Néné qui a résigné. Le suisse devra d’avantager s’affirmer cette saison, ce qu’il avait fait l’année dernière avant d’être coupé par une blessure. Dans un système de pick and roll, Capela pourrait jouer le même rôle que Adams avec Westbrook la saison passée. On observera aussi les performances de PJ Tucker et Eric Gordon qui sont là depuis quelques années et qui sont toujours aussi à leur général Harden. Ils auront pour rôle d’étirer le bloc défensif en étant des menaces derrière la ligne à 3 points.

Résultat de recherche d'images pour "clint capela"

(Source : The Dream Shake)

Le 5 Majeur des Houston Rockets :

Russell Westbrook : Avec trois saisons consécutives en triple-double, Mister « Why not ? » a banalisé l’exceptionnel. Double tenant du titre du trophée de meilleur passeur, cette année, RW0 sera au côté de James Harden. La cohabitation peut s’avérer car le style de jeu de Westbrook n’est pas le plus adapté à celui des Rockets. Avec Eric Gordon et PJ Tucker sur les ailes qui ne sont pas connus pour être des sprinteurs. Par conséquent Russell Westbrook aura sûrement des difficultés en début de saison, mais l’intelligence qui est parfois sous-estimé de ce joueur sur et en dehors du terrain devrait l’amener à réussir de grandes chances au côté de son ancien coéquipier à OKC.

James Harden : Roi de Houston et franchise player incontesté, Harden va devoir partager l’affiche avec son pote à la compote Russ West. Lui qui adore avoir le ballon va devoir le partager avec son compère. Mais le problème est que la plupart des points marqués l’année dernière par James étaient des paniers à la suite de système d’isolation. Il était très rare de le voir marquer à la suite d’une passe d’un coéquipier. Mais comme ce qui est dit au-dessus, il sera faire la part des choses et collaborer pour afin offrir un titre à la ville du Texas.

Eric Gordon : Tantôt sixième homme, tantôt titulaire, Eric Gordon sera désormais un titulaire à part entière pour cette nouvelle saison. C’est Mike d’Antoni qui l’a annoncé et c’est une bonne nouvelle pour ce super shooteur à 3 points. « The Hobbit » comme certains l’appellent, devra éviter les blessures et surtout répondre aux attentes de son GM qui l’a prolongé cet été pour trois ans et un bon paquet de pognon.

PJ Tucker : Pierre-Jean Tucker est un peu le tonton de cette équipe, le vieux roublard. Installé dans le Texas depuis deux ans, il est comme à la maison dans le Toyota Center comme à l’époque des Suns par le passé. Apportant un peu plus de 7 points par match en moins de 35 minutes, il sera désormais décalé en ailier fort pour faire jouer le duo de stars. Son poids, 111kg, ne lui permet pas de jouer à l’aile dans un système où le meneur est le cousin germain de Sonic. Cette idée est donc pour moi une bonne idée et s’il arrive à régler encore un peu la mire, son pourcentage de shoots primés devrait augmenter pour apporter encore un plus

Clint Capela : Le suisse arrive déjà 6ème saison de NBA, celle qui pourrait être la première avec une participation au All-Star Game. Alors évidemment, ce pari est osé mais Clint est en constante progression depuis ces dernières saisons. Daryl Morey lui fait confiance et malgré sa blessure en milieu de saison, il a réalisé sa meilleure saison. Augmentant sa moyenne aux rebonds de deux unités, il devra aussi améliorer son rendement offensif pour voir Chicago en Février prochain. Sa précision au shoot ne fait aucun doute mais il pourrait encore se créer plus d’opportunités de shooter en fiabilisant son shoot à mi-distance ou en tout cas plus éloigné du panier.

Le joueur à suivre : Danuel House Junior

Cette rubrique aurait pu permettre de mettre en lumière les performances de Gerald Green, mais le #14 s’est malheureusement blessé gravement et ne verra peut-être pas les terrains de la saison. Mais pour moi, le joueur à suivre du côté du Texas est Danuel House Jr. Ce choix est surprenant me direz-vous étant donné la qualité de certains joueurs dans l’effectif. Mais la conférence Ouest étant tellement compétitive, chaque match va être une bataille et dans cette bataille, la présence d’un facteur X va être primordiale. Et ce facteur X sera pour moi Danuel House Junior. En 39 matchs joués la saison passée, il a déjà montré certains de ses atouts, mais nul doute que ce n’est que le début. Et cette saison 2019-2020 pourrait être celle de l’explosion pour le joueur non-drafté en 2016. Apportant 9 points de moyenne la saison passée, l’absence de Green et Gordon va l’obliger à prendre des responsabilités et pourrait nous permettre de voir de très belles choses.

Résultat de recherche d'images pour "danuel house jr"

(Source : Basket USA)

Le prono de la rédac :

Dans une conférence Ouest ultra-compétitive comme dit auparavant, chaque victoire sera importante. Faisant parti des favoris avec les Clippers, les Lakers ou encore le Jazz et les Warriors, les Rockets seront clairement dépendant de l’entente du duo Westbrook-Harden. Soit ça passe et tout roule pour les Rockets, soit ça casse et Mike d’Antoni sera très vite débarqué. Mais derrière les équipes précédemment citées, nous avons aussi des Nuggets en plein boom, Lillard et ces Blazers en mission donc, rien ne sera facile cette saison et accéder à la finale de la NBA devra passer par des oppositions en 7 matchs face à des équipes de grand talent. Je vois donc pour ma part une 5ème place de conf’ pour les Rockets dû surtout à un début de saison compliqué. Bilan : 52V-30D

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here