Football

Interview : “Comment gagner un match de foot” par Philippe Gargov et Christophe Kuchly

C’était l’un des événements de la rentrée littéraire sportive pour les passionnés de football, “Comment gagner un match de foot”. Derrière un titre qui peut surprendre par ses allures de livre de recette miracle, le collectif des Dé-Managers, composé pour l’occasion de Julien Momont, Raphaël Cosmidis, Philippe Gargov et Christophe Kuchly. We Sport a eu l’occasion d’échanger un moment avec les deux derniers nommés pour parler de cet ouvrage.

C’est quoi “Comment gagner un match de foot” ?

We Sport : Bonjour Philippe, bonjour Christophe, pour commencer, est-ce que vous pouvez vous présenter ?

Philippe Gargov : Nous sommes issus du collectif des Dé-Managers, un collectif qui s’est constitué autour de la tactique sachant que l’on n’a pas tous des approches de praticiens, on a plutôt une passion pour la tactique. On avait commencé à blogger sur Les Cahiers du foot il y a de cela déjà quelques années. […] Chemin faisant, il y a eu ensuite des livres avec “Comment regarder un match de foot”, “Les entraîneurs révolutionnaires du football”, “l’Odyssée du 10” et maintenant “Comment gagner un match de foot”.

Christophe Kuchly : Je ne saurais pas dire comment nous avons eu l’idée. Au final, on a fait beaucoup de brainstormings assez longs qui nous font émerger des idées parfois au bout de deux trois heures. Le titre rappelle le premier avec le passage de “regarder un match de foot” à “gagner un match de foot”. Même s’il y a ce côté tactique, on voulait envisager le football comme un tout avec pas mal de spécialités à l’intérieur. On voulait s’axer sur la performances et toutes les composantes d’un club comme la psychologie, la préparation physique. 

PG : Au-delà de cette envie, c’est aussi quelque chose que l’on observe dans le football depuis 5 à 10 ans comme il y a eu cette tendance à la tactique en amont et le premier livre répondait à cette demande en tactique. On s’intéresse notamment beaucoup à la data, mais pas que. On sortait de deux livres historiques avec “Les entraîneurs révolutionnaires du football”, “l’Odyssée du 10” et on avait envie de se remettre dans le présent et de voir dans le futur puisque le livre interroge sur ce qui va se passer. 

WS : Est-ce que l’on peut qualifier ce livre de vulgarisation footballistique ?

CK : Je ne sais pas. Il y a des moments vraiment très précis, et des interventions qui font 5,6,7 pages où il faut s’accrocher donc ce n’est pas vraiment de la vulgarisation. […] Par contre, concret oui […] c’est la réalité du terrain. 

PG : La vulgarisation implique une simplification, je ne sais pas si on peut parler démocratisation mais on cherchait vraiment à montrer les coulisses d’un club et voir comment les gens travaillent, parfois ceux qu’on n’a pas l’habitude d’entendre et quels sont leurs objectifs, leur travail. On est plus dans la révélation que dans la vulgarisation.

WS : Est-ce qu’à titre personnel vous avez découvert des choses en écrivant ce livre ?

CK : J’ai appris beaucoup de choses mais je ne saurais pas en donner. Je connaissais les principes généraux, mais pas forcément les ressorts et comment les personnes travaillent. Sur l’aspect sommeil, j’ai appris beaucoup de choses, typiquement le moment d’endormissement par rapport à l’heure du coup d’envoi du match. […] Je suis convaincu que les lecteurs vont découvrir beaucoup de ressorts de la performance. 

PG : De mon côté, deux entretiens m’ont marqué : Laurent Bessière à Reims (parti à Lens depuis l’écriture du livre) qui expliquait comment il a créé une cellule de la performance. Quand on est suiveur, on sait qu’elle existe, de quoi elle est composée, mais savoir comment et pourquoi elle a été montée, cela m’a beaucoup marqué. Celui qui m’a le plus marqué, c’est mon entretien avec la cellule performance mentale de l’OL Academy. Quand tu découvres ce qu’ils mettent en place avec le yoga, la sophrologie, les bulles de respiration avant les matchs et que tu te dis que des minots comme Cherki ont fait ça, j’avoue que j’étais presque choqué de le découvrir. 

WS : Pour terminer sur une question piège, selon vous, quel club met en place le mieux les ingrédients pour gagner un match de foot ?

CK : Cela dépend des contextes, chaque club va plutôt mettre l’accent sur un domaine précis, il y a quand même une question financière et de choix de projets. Typiquement, niveau data, je pense que Liverpool est le club le plus staffé. Niveau coup de pieds arrêtés, je pense à Midtjylland au Danemark et Brentford qui ont le même propriétaire et qui font un focus aussi sur la data. En termes de préparation mentale, Lyon, c’est le top du top. Monaco est assez en pointe sur le sommeil. Séville sur le recrutement, ils ont énormément de scouts, trois coups d’avance. Si je dois boucler la boucle, les clubs anglais sont généralement un peu en pointe, notamment grâce à la langue, au budget et potentiellement l’influence du rugby qui est en pointe sur les aspects physiques. 

PG : Cela dépend des intentions et clubs. Les intérêts seront différents et donc la méthode sera différente. Après si on voulait répondre à la question piège, on enregistre ça le 27 septembre (NDLR : l’interview a eu lieu le lendemain de la victoire 3-2 de Lens au Vélodrome). On se rend compte qu’un club comme Lens à son niveau est un club qui travaille bien, il y a une culture club avec le côté sang et or, un vrai projet de jeu porté par Franck Haise. Ils ne sont peut-être pas au top sur la data, mais ils feront avec leurs moyens. Sur la question du recrutement, ils recrutent très bien type Fofana. Sur la question mentale, la psychologue qu’on a interviewé dans le livre travaillait à Lens au moment du livre. Au final, on voit sur le match face à l’OM que malgré le retour à 2-2, ils s’imposent, cela montre ce travail. Le travail dont je parlais tout à l’heure de Laurent Bessière qui est venu de Reims pour la cellule de performance montre également que Lens continue à bien travailler. À leur échelle, ils ne seront pas à 10/10 mais avec leurs moyens ils vont essayer de bien travailler et de façon systémique. 

L’interview en entier est à retrouver ci-dessous sur notre chaîne YouTube : We Sport

Merci à Philippe Gargov et à Christophe Kuchly pour leur disponibilité ainsi qu’à toute l’équipe de “Comment gagner un match de foot” d’avoir pris le temps de répondre à nos questions. Le livre est toujours disponible chez les libraires et plateformes de vente en ligne. Un livre que la rédaction vous conseille chaleureusement pour accompagner vos soirées d’automne et d’hiver, blottis sous vos plaids. 

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire