Vuelta

Jai Hindley : le podium de la Vuelta s’éloigne

Hindley

Il y a déjà des prétendants potentiels qui attendaient plus des neuf premiers jours de la Vuelta a España. Pour le vainqueur du Giro Jai Hindley, il n'y a pas eu de perte de temps abominable, mais un flux régulier de pertes graduelles.

Les arrivées en montagne consécutives des étapes 8 et 9 ont été particulièrement dommageables. Le leader de l'équipe Bora-Hansgrohe avait 54 secondes de retard sur Evenepoel à Colláu Fancuaya – une performance solide. Cependant, sur les pentes mortelles de Les Praeres, il a terminé avec 2:45 de retard sur le Belge, derrière une douzaine d'autres concurrents du classement général.

Lors de la deuxième journée de repos de la course, Hindley est positionné en neuvième position au classement général, à 5:36 de la tête. “J'espérais que mes jambes allaient bien se porter, je pensais que la préparation que j'avais faite avant n'était pas trop minable”, a-t-il déclaré à Cyclingnews lundi.

“J'espérais faire un peu mieux que ce que je fais actuellement, pour être honnête, mais ça arrive parfois. Parfois, quand tout va bien avant, ça ne va pas bien dans la course et vice versa.  Donc je ne suis pas trop sûr de ce qui se passe, mais j'apprécie toujours les courses. Il y a encore beaucoup de jours difficiles à venir et j'espère toujours que les jambes vont se retourner.”

Hndley estime que le top 3 au classement général n'est plus en jeu pour lui à la Vuelta. “Je pense que le podium est peut-être un peu hors de portée, les cinq premiers ont montré qu'ils sont vraiment constants et qu'ils sont là chaque jour. Ils ont l'air assez forts… mais on ne sait jamais”, a-t-il déclaré.

Qu'en est-il du plus fort du lot jusqu'à présent ? Hindley n'était “pas du tout surpris” de voir le niveau élevé d'Evenepoel. “Et je ne serais pas surpris qu'il gagne la Vuelta”, a-t-il dit. “Il est en train de voler et il faut lui rendre justice. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir, on ne sait jamais comment il va se comporter dans cette dernière semaine, mais il a fait tout ce qu'il fallait jusqu'à présent.”

Une course difficile depuis le départ des Pays-Bas

Hindley a réfléchi sur une première moitié de course difficile. “En commençant par les jours aux Pays-Bas, ils n'étaient peut-être pas les plus durs sur le papier, mais la troisième étape était en fait très dure. Si vous demandiez à beaucoup de coureurs comment ils se sentaient, ils vous diraient qu'ils étaient assez mal en point.

“Cela a donné le ton pour les jours à venir. La première étape en Espagne était également très dure et assez chaude. Il n'y a pas eu beaucoup de jours où nous nous sommes contentés de rouler : l'échappée a toujours mis du temps à partir et les courses ont été assez agressives au départ la plupart du temps.

“Le style classique de la Vuelta, c'est juste très imprévisible. Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, beaucoup de jours difficiles à venir, et encore beaucoup d'opportunités pour nous en tant qu'équipe.”

Outre les chances de victoires d'étape pour lui, Sergio Higuita ou Wilco Kelderman, il y a aussi le sprinter Sam Bennett en bonne forme, qui tente de remporter le maillot vert à points.

S'il se rapproche de son rival Mads Pedersen (Trek-Segafredo), verra-t-on Hindley en tête de course ? “Peut-être”, a-t-il répondu en riant. “Je ne sais pas s'ils peuvent tenir ma roue dedans, je ne sais pas s'ils le voudraient. Je veux vraiment aider là où je peux. Sam a eu un peu de hauts et de bas cette année, mais il est ici en très bonne forme, il l'a montré avec ses deux victoires d'étape déjà à son actif.”

Malgré sa performance sous-optimale au classement général, Hindley était décontracté et de bonne humeur, sans doute aidé par les tons doux de son colocataire Higuita, un grand fan de reggaeton.

“C'est un gars avec qui il est très agréable de partager sa chambre, il est très détendu. Il aime chanter un peu, ce que j'apprécie”, dit-il.

Viser les gains en contre-la-montre

Lors de la journée de repos, Hindley a passé une heure et demie sur le parcours contre la montre de l'épreuve de la 10ème étape entre Elche et Alicante. L'homme de Perth va probablement perdre plus de temps que des coureurs comme Evenepoel et Roglič sur un parcours fait pour les spécialistes.

Depuis le Giro d'Italia, il fait des efforts sur son vélo TT deux jours par semaine. “Pas quelque chose de trop fou, je ne dirais pas que je vivais dessus“, a-t-il ajouté.

C'est un domaine sur lequel Hindley aimerait travailler. “Cela vous aide également à grimper en termes d'effort long et soutenu, mais dans une position différente. Ce n'est pas mon point fort, mais ce serait bien de m'améliorer, car on peut toujours être meilleur.”

C'est la première fois que Hindley se lance dans deux Grands Tours en une saison, trois mois après sa victoire au Giro d'Italia.

“Je ne savais pas à quoi m'attendre physiquement, comment serait la charge”, a-t-il déclaré. “Je n'ai pas vraiment fait les choses à moitié, j'étais en altitude pendant trois semaines pour être prêt à vraiment donner un bon coup. La préparation s'est plutôt bien passée, je pense. Je n'ai juste pas été capable d'enlever le couvercle d'un yaourt ces deux derniers jours, malheureusement. Pour l'année prochaine, j'espère que cela me donnera quelques bases pour les grands objectifs. J'ai juste besoin de traverser ça du mieux que je peux et voir ce que je peux faire dans la dernière semaine.”

Cap sur les championnats du monde pour Hindley

Après la Vuelta a España, sa prochaine étape est un championnat du monde historique à Wollongong. Hindley pourrait jouer un rôle de premier plan aux côtés de Michael Matthews sur un parcours roulant comportant près de 4 000 mètres de dénivelé. “C'est un grand honneur de porter le vert et l'or, mais être capable de faire des championnats du monde à domicile est une opportunité unique dans une carrière, si c'est le cas, surtout en Australie. C'est super spécial.”

Hindley n'est pas retourné chez lui depuis le début de l'année 2020. “Ça va être sympa de revenir sur le continent d'où je viens. Je pense que ça va faire des merveilles pour le sport du cyclisme en Australie. La course va également être très difficile. Compte tenu du cyclisme moderne, elle sera probablement très agressive et s'ouvrira assez tôt, comme l'année dernière en Belgique. Je pense que ce sera une course très intéressante à regarder.”

Que pense-t-il de l'absence du sprinter de Lotto Soudal, Caleb Ewan ? “C'est comme ça. Je ne choisis pas l'équipe, c'est aux sélectionneurs de décider et ils ont choisi l'équipe qu'ils pensaient être la meilleure pour le parcours et la course. Tout le monde doit respecter cette décision, je suppose. Mais Caleb est un coureur phénoménal et un sprinter talentueux, donc je peux comprendre sa déception, c'est sûr.”

Après les Championnats du monde, Hindley devrait profiter d'un certain temps d'arrêt. Le coureur de 26 ans aurait dû organiser une fête pour sa victoire au Giro d'Italia, et une fête est en cours d'organisation. “Peut-être que travailler avec le gouvernement de l'État pour organiser un événement serait vraiment bien. Une bonne exposition pour le cyclisme en Australie et surtout pour le cyclisme en Australie occidentale”, a déclaré Hindley.

“J'ai très envie de passer quelques heures sur la plage de Perth quand j'y serai à l'intersaison”, a-t-il ajouté, rayonnant. “Je rentrerai et je retrouverai mes amis et ma famille, j'en profiterai vraiment, je m'en imprégnerai et j'espère repartir de plus belle l'année prochaine.”

Vuelta a España 2022 – Guide complet équipe par équipe (Partie 1)

Vuelta a España 2022 – Guide complet équipe par équipe (Partie 2)

Vuelta a España 2022 – Guide complet équipe par équipe (Partie 3)

Vuelta a España 2022 – Guide complet équipe par équipe (Partie 4)


Dernières publications

En haut