Jeux olympiques

Jeux Olympiques d’hiver : quelles sont les chances de médailles de la délégation française ?

Les Jeux Olympiques d’hiver 2022 ouvrent leurs portes le 04 février prochain. A moins d’un mois du début des hostilités, l’occasion est propice pour s’épancher sur les meilleures chances de médailles des sportifs français qui feront le déplacement de la Chine. En ligne de mire, le biathlon, le ski de fond, le ski alpin ou encore le freestyle…

Le ski alpin, Pinturault en force…

A l’aune des prestations de l’équipe de France de ski alpin sur ce début de saison, il va sans dire que l’optimisme n’est à son paroxysme. Toutefois, une vue panoramique des différents compétiteurs qui composent la délégation française de cette épreuve a de quoi permettre d’entrevoir l’horizon éclairci et de croire sans pour autant dompter dans le déni en de probantes chances de médailles. Evidemment au sein de cette Team, la figure la plus attendue et qui en même temps, fait office de figure emblématique, de tête de gondole, de force de locomotion protubérante, c’est bien Alexis Pinturault. Tenant du titre du gros globe de cristal, ce dernier reste indubitablement une véritable chance de titre(s) olympique(s). Pour ce faire, le natif de Moûtiers se lancera sur trois épreuves tout au moins. Il s’agit au prime abord du combiné alpin dont il est vice-champion olympique en titre, champion du monde en 2019 et médaillé d’argent en 2021. On notera également le slalom géant, épreuve sur laquelle Pinturault est détenteur du globe de cristal 2021, a composté une double médaille de bronze olympique sans oublier ces 18 fois victoires en Coupe du monde. Enfin, le slalom, l’épreuve sur laquelle l’athlète français est moins à l’aise et a moins de références et de certitudes. Il n’en demeure pas moins qu’il sera dans les starting-blocks et ne compétira pas pour faire de la figuration. Pour preuve, après de nombreux soubresauts, parcours sinueux, prestations mitigées sur l’épreuve, il revient en force dans la discipline avec 4 podiums en 2021. On n’oubliera pas sa 2e place de la première manche ce samedi 08 janvier au géant d’Adelboden malgré les conditions compliquées sur la piste.
Lui par contre est un pur slalomeur et aura à cœur d’effacer sa 4ème place de Pyeongchang. Clément Noël puisque c’est de lui qu’il s’agit sera sans doute le grand favori de l’épreuve entre les piquets. Il lui faudra cependant faire attention à l’excès d’engagement par des DNF en seconde manche et rationnaliser ses efforts pour ne pas être victime de son énergie débordante qui pourrait in fine pourfendre ses performances.
Au niveau des dames, pour Tessa Worley, ce sera probablement la der. Comme le dit le dicton : soit ça passe, soit ça casse. Pour la française, ces JO seront sans doute l’occasion ultime de se réconcilier avec l’âme de l’Olympisme, elle qui y est encore orpheline de titres. Soit, à 32 ans, elle est tout de même présente parmi les trois meilleures géantistes du monde et sort de deux podiums consécutifs de quoi faire objectivement le lit à l’optimisme. Après sa victoire le 28 décembre dernier à Lienz en Autriche, Worley, 2e ce samedi sur le géant de Kranjska Gora en Slovénie, a dû buter sur la suédoise Sara Hector ; intouchable et victorieuse avec 96/100 d'avance sur la française. L'italienne Marta Bassino a complété le podium à 1 sec 32/100 de la gagnante. C'est en effet le 4e podium de T.W. dans la station slovène, dix ans après avoir remporté la course.
“Je suis très contente de cette course et des deux manches, j'ai fait mon ski. Sara (Hector, la vainqueure) a été incroyable, il faut savoir reconnaître quand ses concurrentes sont au-dessus”, a-t-elle indiqué après la course. Double championne du monde de la discipline, Worley n'a jamais brillé aux Jeux olympiques (16e en 2010, blessée en 2014, 7e en 2018). Elle se présentera en sérieuse candidate au podium le 7 février sur le géant à Yanqing. Pour finir, même si on n’est pas à l’abri d’une bonne surprise qui sera bien évidemment accueillie avec verve, les épreuves de vitesse ne seront certainement pas favorables aux Tricolores. Au pied du podium en 2018, la France sera parmi les grandes nations à suivre lors de l’épreuve mixte par équipes.

Le biathlon, la tanière à médailles ?

Parmi les sports d’hiver populaires, le biathlon est un incontournable, une référence absolue. Pour des premiers JO sans Martin Fourcade, paradoxalement, l’équipe de France de biathlon n’a jamais paru aussi forte qu’aujourd’hui. En effet, c’est la toute première fois que deux Français occupent les deux premières places du général masculin à ce stade de la saison. Aussi bien au niveau des dames (7) ou chez les hommes (9) les Bleu(e) se sont hissés à 16 reprises sur les podiums en 18 courses individuelles. Impressionnant ! Des résultats qui attestent d’une homogénéité avérée au sein du groupe tricolore et qui se traduit en l’occurrence sur les relais, puisqu’après 4 épreuves, les femmes signent une victoire et une troisième place, les hommes eux, deux fois la 2e place. Leader au nombre de podiums total, l’équipe de France de biathlon aura au moins une chance de médaille sur les 11 épreuves olympiques. Les noms à suivre seront Émilien Jacquelin et  Quentin Fillon Maillet (qui alternent les deux premières places au classement général des championnats du monde de la discipline), Simon Desthieux, Anaïs Bescond, Anaïs Chevalier-Bouchet, Julia Simon et Justine Braisaz-Bouchet.

Le ski freestyle, un bonus qui vaudra le détour…

C’est en 1992 que le ski freestyle encore appelé ski acrobatique a fait son entrée dans le giron de l’olympisme. Depuis lors, il a toujours rapporté au moins une médaille au clan français. Ombre avérée tout de même au tableau, les épreuves comme le saut ou le halfpipe sur les dernières joutes ne réussissent pas à la France. Néanmoins, la délégation française a bien des raisons de viser une médaille sur les 4 autres épreuves, que ce soit chez les hommes ou chez les femmes. Dans cet ordre d’idées, pour la première fois, le Big Air sera aux JO, et ce n’est pas pour déplaire à Antoine Adelisse et surtout l’esthète Tess Ledeux !
Vainqueure des X-Games et championne du monde, Tess Ledeux compte aussi deux podiums dont une victoire en Coupe du monde. Mais c’est en Slopestyle que la française a davantage crevé l’écran et convaincu tout son monde de son incroyable talent. Elle y est en effet détentrice du globe de cristal, compte un titre mondial et pas moins de 7 victoires. Autant dire qu’elle sera toutes délégations confondues, l’une des grandes favorites du tournoi.

Pour rappel, les Olympiades d’hiver cuvée 2022 s’ouvrent ce 04 Février à Pékin et fermeront leurs portes le 20 février prochain.

Dernières publications

En haut