Athlétisme

JO 2024 : “Je ne prends pas de plaisir”, le cri du coeur de Kévin Mayer

Cette semaine, Kévin Mayer s'est fixé un objectif : atteindre les minima aux Championnats d'Europe d'athlétisme pour pouvoir décrocher son billet pour les JO 2024. Bien parti pour y arriver, le champion du monde de décathlon n'a toutefois pas caché sa frustration de n'avoir pas de plus grandes ambitions.

JO Paris 2024 : “faire un décathlon en contrôle”, Kévin Mayer sur la réserve

Hier, Kévin Mayer s'était montré très optimiste quant à ses chances de participer aux JO de Paris 2024. Après une première journée sur la piste olympique de Rome, on peut observer que le Français a progressé. Non pas dans ses performances, en deçà de ce qu'il est capable de faire. Non. Kévin Mayer a progressé dans la gestion de l'effort, et dans sa capacité à ne pas toujours viser l'or, mais se contenter du service minimum. C'est en tout cas la consigne que le champion du monde de décathlon doit appliquer à la lettre s'il ne souhaite pas exploser en plein vol. Son corps ne le laissant pas vraiment tranquille, Kévin Mayer est obligé de ne pas tout donner s'il souhaite atteindre les minima sans se blesser. Un jeu d'équilibriste qui ne plait pas du tout à l'athlète. Je dois vous avouer qu'on ne voit pas le Kiki la braise de d'habitude. Tout ce qu'il me faut, c'est finir ce décathlon et vous donner rendez-vous à Paris pour que ce soit beaucoup mieux” a déclaré Kévin Mayer, frustré par sa première journée aux Championnats d'Europe d'athlétisme. Ce matin, Mayer va pouvoir continuer de se rapprocher des JO de Paris 2024 en disputant le 110m haies, le lancer du disque, le saut à la perche, le lancer de javelot et le 1500m. Des disciplines auxquelles il participera sans trop d'excitation, mais avec un objectif en tête : être présent aux Jeux olympiques de Paris 2024. Je ne prends pas de plaisir car c'est quand la transe arrive que je parviens à me sublimer. Et là, elle n'arrive pas. Mais c'est normal quand on veut faire un décathlon en contrôle” a assumé Kévin Mayer, impatient de pouvoir tout donner au Stade de France dans quelques semaines. A condition d'obtenir les minima.

Nostalgique des Verts, je m'en remets aux Reds de Klopp pour garder le sourire. À la recherche de sensations fortes grâce aux sports de haute montagne, je vibre devant ma TV à travers le tennis, le basket, le football et les sports d'hiver. Hâte d'être derrière l'Equipe de France lors des Jeux Olympiques de Paris !

Dernières publications

En haut