Championnats Etranger

Joaquin, un dernier titre pour la route ?

Joaquin

Le football n'offre pas souvent des finales de contes de fées, mais la finale de la Copa del Rey de samedi entre le Real Betis et Valence pourrait se terminer par l'une des plus belles histoires de cette saison ou d'une autre. Joaquin, un dernier titre pour la route ?

Le capitaine du Betis, Joaquin, aujourd'hui âgé de 40 ans et l'une des personnalités les plus populaires d'Espagne, a l'occasion de couronner sa carrière en menant son équipe bien-aimée à son premier trophée en 17 ans, avec en prime le fait que la finale se joue dans sa ville natale, Séville. C'est ce qui rend Joaquin si spécial.

De l'adolescent talentueux à l'institution nationale

Joaquin est le joueur le plus âgé de la Liga et une institution nationale. Il a offert plus de deux décennies de spectacle sur le terrain depuis ses débuts avec le Betis, à 19 ans, en septembre 2000.

Ailier traditionnel, doté d'une merveilleuse maîtrise du ballon, d'un changement de rythme fascinant et d'une frappe puissante dans la surface de réparation, il a tout de suite été évident qu'il avait un talent particulier. Il est resté dans le club de son enfance, le Betis, pendant six saisons, remportant la Copa del Rey en 2005 et devenant un titulaire de l'équipe d'Espagne.

Le talent constant de l'ailier lui vaut d'être transféré à Valence pour 20 millions de livres sterling en 2006. Un autre triomphe en Copa del Rey a suivi deux ans plus tard, mais il est devenu progressivement moins important pour Los Che et a rejoint Malaga en 2011.

Son passage sur la côte sud est un succès inattendu, Manuel Pellegrini menant une équipe passionnante à une quatrième place et à un quart de finale de la Ligue des champions. Joaquin a ensuite quitté l'Espagne pour la première fois pour passer quelques saisons à la Fiorentina, avant de faire un retour romantique au Betis, son club d'origine, en 2015.

Il avait alors 34 ans et tout le monde pensait que son deuxième passage au club de Séville serait un adieu bref et chaleureux. Mais sept ans plus tard, il est toujours là, performant à un niveau suffisamment élevé pour faire 31 apparitions dans toutes les compétitions cette saison sous la direction de Pellegrini, son ancien entraîneur à Malaga.

La longévité de Joaquin est illustrée par le fait que, malgré ses deux années passées en Italie, il a disputé plus de matches de Liga que n'importe quel autre joueur de champ (595), dépassant la légende du Real Madrid Raul (550) et se rapprochant de l'ancien gardien de but de Barcelone Andoni Zubizarreta (621).

Il deviendra également le plus vieux buteur du championnat s'il trouve le chemin des filets d'ici la fin de la saison.

Une reconversion à la télévision ?

Joaquin est un trésor national, tant pour sa personnalité que pour ses talents de footballeur. Avec un sourire qui illumine n'importe quelle pièce, son charisme naturel et son sens de l'humour ont longtemps charmé la nation.

Qu'il fasse des blagues sur les réseaux sociaux au petit matin pendant une crise d'insomnie, qu'il se déguise en toutes sortes de costumes pour exécuter des routines de danse bizarres ou qu'il se moque de tout et de tous (surtout de lui-même) pendant une interview télévisée, les rires ne sont jamais loin quand Joaquin est là.

Le plus célèbre, c'est lorsqu'il a remporté la Copa del Rey avec Valence en 2008, qu'il a fêté l'événement en posant totalement nu pour une photo avec le trophée. Il a ensuite affirmé, de manière peu convaincante, qu'il portait un caleçon et que l'image avait été photoshopée.

Le même trophée avait fait l'objet de photos plus familiales trois ans auparavant, lorsqu'il l'avait remporté avec le Betis et que, quelques semaines plus tard, il l'avait apporté à son mariage, le plaçant fièrement sur l'autel et au centre des photos de cérémonie.

Il est tout simplement très sympathique, et sa popularité à l'échelle nationale a été démontrée l'année dernière lorsqu'une multinationale du rasage, qui a déjà engagé des mégastars glamour telles que David Beckham, Jennifer Lopez et Roger Federer pour jouer dans ses campagnes publicitaires, a cherché la bonne personne pour séduire le marché espagnol. Leur choix ne s'est pas porté sur l'une des stars du FC Barcelone ou du Real Madrid, mais sur Joaquin.

Un dernier coup d'éclat ?

La personnalité terre-à-terre et le sens de l'humour de Joaquin font de lui un naturel devant une caméra, et il a été suggéré qu'il a déjà accepté un contrat pour présenter son propre talk-show sur la télévision nationale lorsqu'il prendra sa retraite.

Au cours des derniers mois, on s'attendait à ce qu'il prenne sa retraite cet été. Au début de la campagne, Pellegrini l'a utilisé avec parcimonie, et il a déclaré : “Je veux profiter du football, mais je ne peux pas m'en passer : “Je veux profiter du football, mais aussi jouer.”

Ces dernières semaines, son souhait de passer plus de temps sur le terrain a été exaucé, puisqu'il a fait 14 apparitions depuis le début du mois de février, dont quatre titularisations. Il s'est bien comporté, rappelant à tous quel professionnel dévoué il est.

Le Betis étant susceptible de se qualifier à nouveau pour l'Europe la saison prochaine, les matchs supplémentaires que cela apporterait au club signifieraient certainement que Joaquin serait régulièrement sur le terrain la saison prochaine et qu'il serait difficile pour l'éternel capitaine de décider que le moment est venu de s'éloigner du football.

D'un autre côté, il pourrait conclure qu'il n'y a pas de meilleure façon de partir en beauté, avec un autre triomphe en Copa del Rey – remporté dans sa propre ville – à savourer. Dans toute l'Espagne, les neutres espèrent que la finale de samedi lui permettra de faire ce choix.

 

Dernières publications

En haut