No Way Out

Jour pour jour : No Way Out 2012

Nous sommes le 17 juin 2016. Il y a 7 ans, jour pour jour, se déroulait le PPV « No Way Out 2012 » depuis le IZOD Center de East Rutherford, New Jersey.

Voici le résumé de Pay Per View :

 

1. Dolph Ziggler se mesure à Sheamus pour son World Heavyweight Title (15:08)

Sheamus Ziggler

wwe.com

– On démarre ce combat tout feu tout flamme avec un Show-Off déterminé et un Sheamus confiant, champion depuis WrestleMania. La rencontre est disputée et remplit agréablement sa place d’opener. En dépit des efforts de Ziggler, c’est toutefois le Celtic Warrior qui conserve son or avec son Brogue Kick, sous les cris de Vickie Guerrero. Jouissif.

2. Santino Marella et Ricardo Rodriguez se font face dans un Tuxedo match (04:24)

– Aïe. Je le dis d’avance, aïe. Bon, c’est sûr que c’est plus léger et que cela permet au public de souffler un peu. C’est difficile à regarder sans se sentir embarrassé, honnêtement. Marella s’en sort de peu parce que son Cobra… lui sert de chaussette. Rodriguez finit en slip et humilié.

3. Christian défend son Intercontinental Title contre Cody Rhodes (11:31)

Christian No Way Out

wwe.com

– Dans ce re-match de Over the Limit, Rhodes entend bien récupérer son titre. La rencontre est plutôt compétitive, et l’action nous tient parfois en haleine. Rhodes passe tout près de l’emporter mais c’est Christian qui tire son épingle de jeu avec un Spear. Edge est fier.

4. Epico et Primo contre Jimmy et Jey Uso contre Justin Gabriel et Tyson Kidd et Darren Young et Titus O’Neil (09:42)

– On prend toutes les équipes et on les fait se battre un peu aléatoirement. Un schéma qui a eu son lot de répétitions à la WWE.. L’affiche est loin d’être mauvaise et l’action proposée tient la route. C’est le manager des Prime Times Players, Abraham Washington, qui est à l’origine de la victoire de ses poulains. On a déjà vu fin plus originale…

5. Layla défend son Divas Title contre Beth Phoenix (06:57)

– Phoenix domine les débats et Layla a du mal à se reprendre. On est face à du typique match de « Divas » du début des années 2010. C’est globalement inintéressant, malgré quelques phases « sympathiques » Étonnement, Layla l’emporte de manière clean avec un brise nuque. On est loin de la Beth Phoenix dominante de ses débuts…

6. Sin Cara contre Hunico (05:47)

– In-ring, c’est du bon. Après, l’intérêt du match est plus dérisoire. La rivalité n’avait alors pas décollé et on est face à un petit match de seulement six minutes. Sin Cara l’emporte logiquement avec sa Mistica. Et quel éclairage de m*rde !

7. CM Punk défend son WWE Title face à Kane et Daniel Bryan (18:14)

Punk Bryan Kane

wwe.com

– On nous fait croire que le titre de la WWE est l’enjeu de ce match.. Mais non c’est AJ Lee ! Plus sérieusement, c’est une rencontre plutôt solide. La lenteur plus prononcée de Kane est compensée par le talent déployé par Punk et Bryan. AJ Lee intervient (forcément) et se prend un coup de Kane (évidemment…) Punk capitalise là dessus et conserve son titre avec son GTS.

8. Ryback face à Dan Delaney et Rob Grymes en Handicap match (01:36)

– La nouvelle sensation de SmackDown, la machine de guerre, Ryback nous propose ce soir son spectacle de démolition. Deux jobbers tiennent un peu moins d’une minute trente et se font écraser avec un Double Shellshock.

9. John Cena affronte le Big Show en Steel Cage match (19:24)

Big Show Cena

wwe.com

– Si Cena gagne, John Laurinatis est viré. Si Cena perd, il est viré. C’est aussi simple que ça. La rivalité dure alors depuis la débâcle de Over the Limit, qui avait vu Laurinatis l’emporter sur Cena. Outre les conditions particulières, le match est plus que moyen. Kofi Kingston et Brodus Clay (…) viennent aider Cena qui peut l’emporter. Un Laurinatis pâle comme un linge se voit subir le fameux « You’re Fired » de McMahon, avec de passer à travers la table des commentateurs avec un Double-A !

Cena Laurinatis

wwe.com

Le reboot de No Way Out aura été intéressant sur le papier. À une époque où la WWE faisait apparaître des pépites telles que Capitol Punishment où encore Over the Limit, ce PPV est tout juste moyen, avec une carte maladroite et un Main Event dont tout le monde se fout. Donnez nous du Punk contre Bryan !

Poster un commentaire

dapibus justo quis fringilla mattis sed vulputate, mattis Curabitur