One Night Stand

Jour pour jour : One Night Stand 2006

Nous sommes le 11 juin 2019. Il y a 13 ans, jour pour jour, se déroulait le PPV « One Night Stand 2006 depuis le Hammerstein Ballroom de New York, NYC.

Voici le résumé de ce Pay Per View :

1. Tazz contre Jerry Lawler (00:35)

– En critique acerbe de l’ECW qu’il est, Jerry Lawler n’est pas vraiment le bienvenue ce soir. C’était sans compter sur l’arrivée de Tazz, qui le défie pour un combat. Lawler n’aura pas tenu une minute et s’endort comme un bébé après une Tazzmission. Le public exulte et ce n’est que le début.

2. Kurt Angle se mesure à Randy Orton (15:07)

One Night Stand

wwe.com

– Sur le papier, c’est du lourd. Angle qui s’est récemment du côté ECW, obtient une solide pop alors qu’Orton subit les chants lourdauds (oblige mais, eh, c’est l’ECW) d’un public en feu. La rencontre est carrément bonne et c’est Angle qui a le dernier mot, en faisant taper Orton avec son Angle Lock.

3. Le FBI (Full Blooded Italians) contre Super Crazy et Tajiri (12:24)

– Match par équipe un peu classique, mais qui réussit toutefois à s’imposer. Les envolées de Super Crazy et le côté imprévisible de Tajiri font mouche. C’est toutefois le FBI, qui dans un moment de confusion, parvient à remporter ce match. Après le match, le Big Show se ramène et démolit le FBI.

4. Rey Mysterio défend son World Heavyweight Title contre Sabu (09:10)

One Night Stand

wwe.com

– L’affiche est splendide, et l’aurait été plus encore 10 ans en arrière. Les chaises claquent et Sabu nous rappelle qu’il est le « Homicial, Suicidal, Genocidal, Death Defying Maniac » ! Il nous gratifie d’un Springboard DDT fou à travers une table à l’extérieur. La fin est toutefois quelque peu controversée. Suite à un Springboard West Coast Pop à travers une autre table, le match est… arrêté. Le public fulmine parce qu’on n’arrête pas un match à l’ECW !

5. Terry Funk, Tommy Dreamer et Beulah McGillicuty affrontent Mick Foley, Edge et Lita (18:45)

One Night Stand

wwe.com

– Réconciliés depuis ce Hardcore match de folie à WrestleMania 22, Edge et Foley font équipe. La cloche n’a même pas sonné qu’on sait déjà que ça va dégénérer. Les échanges entre Funk et Foley sont délectables au possible et un Funk en sang doit être évacué. C’est parfois limite-limite avec Beulah, humiliée par Edge et compagnie. Funk revient avec une batte de baseball entourée de fils de fer barbelés.. et y met le feu. Il envoie un Foley (en feu!) s’écraser à travers une table recouverte de barbelés ! On ne s’entend plus entre tous les « Holy Sh*t ! » et les « E-C-Dub ! » scandés par un public transis. C’est en plus Edge qui aura le dernier mot en coupant Beulah en deux avec un Spear tonitruant. ECW, vous avez dit ?

6. Balls Mahoney se mesure au dément Masato Tanaka (05:03)

One Night Stand

wwe.com

– Un an après son match de folie face à Mike Awesome, Tanaka se frotte ce soir à un autre fou. Mahoney n’a peur de rien et surtout pas des coups de chaise, sa marque de fabrique. Au terme d’un duel de chaises, c’est lui qui a le dernier, en éclatant la sienne sur le crâne de Tanaka. Holy..

7. Rob Van Dam défie John Cena pour son titre WWE en utilisant sa mallette du Money in the Bank (20:41)

One Night Stand

wwe.com

– Jamais une entrée n’aura été aussi sifflée. Le public renvoie même le t-shirt de Cena. Le face à face est quand à lui disputé et même hué comme jamais, Cena réussit à nous pondre un match de qualité. Van Dam passe tout près de l’exploit à plusieurs et on se dit que c’est impossible. Un individu casqué sort de dessous le ring et porte un Spear à Cena à travers une table. C’est… Edge ! Van Dam en profite et nous claque un Five Star Frog Splash du feu de dieu. L’arbitre, au tapis, ne peut compter, mais c’est Paul Heyman qui fera le tombé final. Le public explose, et Rob Van Dam est au sommet du monde.

One Night Stand

wwe.com

Un an après le reboot à succès de l’ECW pour un « One Night Stand », la WWE a remis le couvert et dieu que ce fut bon. Avec un public chaud comme la braise, et une pléthore de bons matches, ce One Night Stand 2006 fait mouche. Le 6 man tag nous aura renvoyé aux grandes heures de l’ECW, mais c’est le sacre de Rob Van Dam qu’on retiendra tous. E-C-Dub pour toujours, et à jamais.

Poster un commentaire

eleifend id vel, elit. mattis suscipit tempus neque.