L.A Clippers : Et pourquoi pas Noah ?

Avec cette free agency historique, bon nombre de joueurs NBA ont trouvé leurs futures destinations. Cependant, il semble que certains soient encore sur le marché et représentent une belle opportunité, notamment pour combler les effectifs. C’est le cas de Joakim Noah, que les Los Angeles Clippers surveillent de près. 

Cette free agency nous en fait voir de toutes les couleurs. Etant un peu moins en lumière par rapport aux semaines précédentes, plusieurs joueurs restent encore sur le marché et seraient susceptibles d’intéresser les franchises. Parmi eux Joakim Noah, pivot vétéran. L’ancien All Star n’a toujours pas d’équipe après sa saison avec les Memphis Grizzlies et pourrait venir combler le manque de pivot dans le roster des Clippers.

Après avoir raté la majeure partie de la saison 2017-18 avec les New-York Knicks, Noah s’est retrouvé dans 42 matchs avec les Grizzlies de Memphis en 2018-19. Lors de ces 42 apparitions, il a marqué 7,1 points sur 51,6% des tirs, saisi 5,7 rebonds et distribué 2,1 passes décisives.

Si ses statistiques n’ont rien de mirobolant, Joakim Noah en a encore sous le capot. A 34 ans, robuste et combattant, il exprime encore de belles capacités défensives notamment en dernière ligne dans le secteur intérieur.

Le jeu défensif de Noah se fondrait bien dans le collectif des Clippers et il pourrait être un bon mentor pour aider Ivan Zubac à développer son jeu intérieur.

S’il a eu plusieurs offres venant de l’étranger, notamment en Australie, Noah privilégie un contrat qui lui permettrait de rester en NBA. Mais pas à n’importe quel prix. Tout dépendra de ce que recherche vraiment le pivot français, entre gros challenge ou gros salaire.

Quoi qu’il en soit, les Clippers n’offriraient probablement que le minimum requis pour l’ancien meilleur défenseur de la ligue. Malgré cela, Noah semble bénéficier d’une attention particulière de la part des Clippers de Los Angeles. 

(Source : ClipperHolics)

Poster un commentaire

leo. Praesent elit. lectus sed dolor. nunc non