L' AuGeo-Portrait #1 Ronaldinho - We Sport FR - "Partageons notre passion !"

L’ AuGeo-Portrait #1 Ronaldinho

Salut à tous. Aujourd’hui nouveau concept sur wesportfr.com

Moi, Geoffrey Pollet, vous présenterai chaque semaine un joueur qui a marqué l’histoire du Football. Par son talent, sa personnalité, ses titres. Tout ce qui a fait la légende des footballeurs de mon enfance (et d’autres) vous sera présenté. Retrouvez l’ AuGeo-Portrait tous les Lundis. Pour démarrer cette nouvelle rubrique, attaquons nous à un tout jeune retraité : Ronaldo de Assis Moreira dit Ronaldinho.

L’éclosion : De Gremio au Paris Saint-Germain

Ronaldo de Assis Moreira né le 21 Mars 1980 à Porto Alegre, Brésil. Personne ne s’attend à ce que ce petit bébé deviennent l’un des joueurs de football les plus adulés au monde. Titulaire à 18 ans au sein de son club formateur du Grêmio, Ronaldinho marque 1 but/2 matchs (72 buts/145 matchs), le tout en 3 ans. Une performance qui lui ouvre le chemin de l’Europe et plus particulièrement de l’hexagone ou le football français s’apprête à découvrir un phénomène au talent incroyable.

Le contrat signé le 10 Avril 2001 ne prend effet qu’au 1er Juillet, mais Ronaldinho est enfin un joueur parisien. Cette première étape dans sa carrière sera un vrai tournant. La France découvre un jeune joueur talentueux mais inconstant. Une adaptation de 6 mois au football français, des gestes géniaux, des buts incroyables mais une 4ème place avec le PSG. L’intersaison lui fera le plus grand bien puisque le Brésil remporte la Coupe du Monde et Ronnie son premier titre majeur. L’année suivante, nous sommes en saison 2002-2003, des problèmes extra-sportif (Ronnie était connu pour faire de très très grosses fêtes) vont tendre ses relations avec le coach parisien de l’époque Luis Fernandez. De nombreux matchs remplaçants, une 11ème place au classement, éliminé 16ème de Coupe UEFA face au modeste Boavista FC, et une défaite en finale de Coupe de France face à Auxerre. C’en est trop pour Ronaldinho qui a suffisamment montré son talent pour être la cible de tous les plus grands clubs du monde. Barcelone rafle la mise à l’orée de la saison 2003. S’il n’a pas rempli son armoire à trophée au PSG, Ronnie a rempli le cœur des supporters parisiens d’amour, de dribbles incroyables, de buts somptueux et surtout de ce légendaire sourire. Peu importe la pluie, le vent, le terrain, Ronaldinho était toujours heureux de faire ce qu’il aimait le plus au monde à savoir jouer au Football. Et aucun fan parisien ne pourra dire le contraire.

La Consécration : Le FC Barcelone

Ronaldinho, meilleur joueur du monde en 2006

Sa première saison au FC Barcelone le consacre meilleur joueur du championnat espagnol, avec 15 réalisations dont un bijou face au FC Séville (frappe de 30m après 2 défenseurs passés) pour son premier but sous les couleurs blaugranas. Il est également désigné meilleur joueur FIFA de l’année. Il succède à d’autres brésiliens (Romario, Ronaldo, Rivaldo) dans le cœur des supportes catalans.

Les 2 saisons suivantes, Ronaldinho est le meilleur joueur de la planète. Tout d’abord avec lui le FC Barcelone remporte la Liga, un titre qui lui échappait depuis 1999, mais Ronnie va également offrir son premier but à un certain Lionel Messi. Puis démarre la saison 2005-2006, Ronaldinho confirme son statut de meilleur joueur du monde. En Liga, il crève l’écran. A tel point que lors d’un récital qu’il donne face à l’ennemi madrilène (victoire du Barca 0-3 doublé de Ronnie), le stade Santiago Bernabeu de Madrid lui offre l’une des plus belles standing ovation de sa carrière. Le respect est total, et le talent reconnu outre la rivalité. Cette saison le verra 17 buts en championnat et 7 en Ligue des Champions. Deux compétitions que le FC Barcelone remporte. Ronaldinho est sur le toit du monde et son Ballon d’Or ne fait que le confirmer (a l’époque le ballon d’or signifiait encore quelque chose).

 

Pourtant la Coupe du Monde en Allemagne ne lui réussit pas, et c’est peut être cette compétition qui va marquer le déclin de l’idole brésilienne. Ses deux dernières saisons au Barca sont mon remarquées. La saison 2006-2007 le voit marquer 21 buts et réaliser de sublimes gestes, mais la magie semble s’évaporer. Son influence est moins importante au sein du collectif, ses pépins physiques et surtout son hygiène de vie le rattrape. Qui plus est, Ronnie fait face à l’émergence du phénoménal Léo Messi. A l’été 2008 Ronnie file découvrir un autre grand d’Europe : Le Milan AC.

Le début de la fin : Du Milan AC à Fluminense

Le Milan AC de Ronaldinho

Bien sur au Milan AC Ronaldinho âgé d’à peine 28 ans a continué à régaler les fans. Que ce soit face au Real Madrid ou Manchester United en Champions League, ou bien lors d’un superbe triplé face à Sienne, Ronnie finit même la saison 2009-2010 avec 14 passes décisives, mais la régularité n’est pus là. Mario Menezes sélectionneur du Brésil ne le convoque pas pour le Mondial Sud-africain. Pourtant, Ronnie est toujours la poule aux œufs d’or des publicitaires. Nike se l’arrache avec un contrat mirobolant et pour Silvio Berlusconi propriétaire du Milan AC, hors de question de vendre ce joueur. Ronnie démarre donc la saison 2010-2011 dans la peau d’un titulaire et se voit récompenser de son investissement et de ses prestations par une nouvelle convocation nationale. Mais Ronnie reste Ronnie… Pris en flagrant délit en boîte de nuit, le sélectionneur dénonce son manque d’implication. De plus à partir du mois de décembre, ses prestations incolores le relégueront sur le banc milanais au profit de son compatriote Robinho. Le Milan AC restera comme la dernière aventure européenne du fantasque brésilien.

Le retour au brésil se fait en deux étapes : Flamengo puis l’Atletico Mineiro. La encore Ronnie reste un joueur capable de gestes invraisemblables, mais le Ronaldinho barcelonais n’existe plus. Il agrandit tout de même son armoire à trophée avec une victoire en Copa Libertadores avec l’Atletico. Ses récurrentes blessures l’éloignent peu à peu des terrains. Ronnie file à Queretaro puis à Fluminense avant de prendre sa retraite le 16 Janvier 2018 après 20 années passées sur les prés. Merci l’artiste.

Liga,Champions League, Serie A, Coupe du monde des clubs, Copa Libertadores, Coupe du Monde 2002, Ballon d’Or… Voilà les titres majeurs qui fleurissent dans la vitrine de ce joueur unique (sans compter les nombreuses soirées, danses, fêtes, bouteilles)… Si Ronaldinho n’a pas brillé au haut niveau aussi longtemps que d’autre, il a le mérite de nous avoir fait aimer un football festif, un football réjouissant, un football Samba. La parfaite image du footballeur brésilien. Ronaldinho est un joueur avec lequel on ne s’ennuyait jamais. Merci Ronnie pour ces années de régal.

Peace…

En Bonus : Son sublime coup-franc face à l’Angleterre en 1/4 de finale du mondial 2002.

http://https://www.youtube.com/watch?v=0oq974EmpBo

 

A propos de l'auteur

Fan de sports de ballons. Mais pas seulement... Surtout n'oubliez pas que : "C'est pas moi qui explique mal, c'est les autres qui sont cons". Peace...

Poster un commentaire

Aliquam ipsum vel, et, consectetur elit. Phasellus justo consequat.