Coupe du monde

La Belgique gaspille-t-elle sa “génération dorée” ?

Belgique

Tout d'abord, il faut dire que ce n'est pas encore fini car la Belgique peut encore se qualifier pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde avec une victoire contre la Croatie jeudi, mais on a quand même l'impression que quelque chose s'est terminé. Indépendamment de ce qui se passe pour la Belgique, on a l'impression que c'est la fin d'un cycle et, avec cela, la fin de leur fameuse “génération dorée”.

Après leur défaite 2-0 contre le Maroc, l'atmosphère à l'intérieur et à l'extérieur du vestiaire de l'équipe au stade Al Thumama dimanche était lourde — presque trop lourde après un résultat choquant qui est arrivé quatre jours après une victoire chanceuse 1-0 contre le Canada dans laquelle leurs adversaires de la CONCACAF ont dominé. Le défenseur Jan Vertonghen venait de s'exprimer à la télévision, avant de révéler qu'il préférait ne pas dire ce qu'il avait sur le cœur. Le défenseur central de 35 ans a tout de même exprimé une pensée. Il s'en est pris à Kevin De Bruyne, qui a déclaré aux médias du monde entier que l'équipe était “trop vieille”, et au capitaine Eden Hazard, qui a affirmé que “nos défenseurs ne sont pas les plus rapides et ils le savent”, avant le match.

Des tensions au sein du vestiaire de la Belgique

Vertonghen n'a pas tardé à répondre : “Je suppose que nous attaquons mal parce que nous sommes aussi trop vieux en attaque. Nous n'avons pas créé assez d'occasions. ” La fouille était si évidente que vous pouviez imaginer l'humeur, et l'impact de ces mots, au sein de ce vestiaire.

Pour expliquer le déclin de l'équipe masculine n°2 au monde (selon le dernier classement mondial de la FIFA), cela commence par ce que Vertonghen a bien voulu dire. Si les joueurs ont démenti toute information faisant état d'un désaccord au sein de l'équipe, il est clair que certains problèmes sur le terrain ont leur origine en dehors.

Pour ne citer que quelques exemples : il y a des tensions entre certains joueurs de l'équipe, des questions sur les raisons pour lesquelles certains ont été amenés au Qatar (notamment les attaquants Michy Batshuayi et Dries Mertens) ou sont dans le onze de départ (Hazard, Axel Witsel), des interrogations sur les choix tactiques de Roberto Martinez, des problèmes de condition physique pour des joueurs clés (comme l'attaquant Romelu Lukaku) et une frustration évidente de la part d'autres joueurs comme le gardien Thibaut Courtois (qui a frappé le côté du banc avec son poing en retournant vers le tunnel) ou De Bruyne.

Une équipe trop vieille ?

Il a été suggéré que la loyauté dont fait preuve Martinez envers certains joueurs lui coûte cher, ainsi qu'à l'équipe. Cette équipe de Belgique est l'une des plus âgées du tournoi – la moyenne d'âge de son onze de départ contre le Maroc était supérieure à 30 ans – alors où sont les jeunes talents ? Des fissures sont apparues lors du camp d'entraînement au Koweït avant l'arrivée de l'équipe à Doha, mais les problèmes sont là depuis l'Euro 2020, lorsqu'ils ont remporté leurs trois matchs de groupe et ont battu le Portugal en huitième de finale, pour ensuite perdre contre les futurs champions italiens en quart de finale.

Après la défaite du Maroc, seule une poignée de joueurs belges — Vertonghen, Courtois, Hazard, Amadou Onana et Timothy Castagne — se sont arrêtés dans la zone mixte pour parler aux journalistes et ils n'ont pas pu se mettre d'accord sur le problème qui freinait l'équipe.

Pour Onana, “il n'y a aucune raison de s'inquiéter, la seule chose qui manquait contre le Maroc, c'était les buts.” Pour Castagne, en revanche, c'était beaucoup plus négatif. “Nous devons nous réveiller. Nous n'avons pas encore vu la vraie Belgique”, a déclaré le défenseur de Leicester City. “Peut-être que nous avons besoin d'une finale à jouer, comme celle contre la Croatie pour donner le coup d'envoi de notre tournoi”. [Sa remarque sur une “finale” fait référence à l'état du groupe F : la Belgique sera définitivement qualifiée avec une victoire contre la Croatie, et sera en tête du groupe si le Maroc fait un match nul/perdu. S'ils font match nul et que le Maroc fait match nul ou gagne, la Belgique est éliminée].

Le problème du Leadership

Malgré tous ses joueurs vétérans, il y a un manque évident de leadership au sein de cette équipe belge. La blessure de Lukaku, qui n'a joué que 10 minutes contre le Maroc dimanche, a été un coup dur sur le terrain et en dehors. Hazard a été un grand leader offensif, mais pas le genre de présence vocale dont ils ont besoin, notamment parce que son niveau de forme physique signifie qu'il peut à peine jouer une heure avant de perdre son influence sur le jeu. De Bruyne est censé être ce leader à sa place, mais le langage corporel du milieu de terrain n'est pas bon et il est clair qu'il est frustré. Il a perdu la possession du ballon 28 fois contre le Maroc, un chiffre incroyable pour un joueur de son talent et de son calibre.

L'ancien capitaine belge Vincent Kompany a récemment déclaré : “[De Bruyne] a besoin d'un plan. Ensuite, il sera le directeur et exécutera le plan à la perfection avec les joueurs qui l'entourent.” Le problème est qu'il n'y a pas de plan, ce qui signifie qu'il n'y a pas de schéma directeur pour De Bruyne. Il ne se lie pas bien avec Batshuayi devant lui, il a du mal à se connecter de manière significative avec Hazard à côté de lui, car ce dernier n'est pas au mieux de sa forme, ou avec Thomas Meunier, qui est une option inférieure au poste d'arrière latéral sur le flanc droit.

Le plus gros problème pour la Belgique est que si De Bruyne est absent, il n'y a pas de créativité ailleurs dans l'équipe et, par conséquent, ils offrent peu de menace dans le tiers offensif. “Nous ne créons presque pas d'occasions offensives, ce n'est pas suffisant. Nous ne créons rien en attaque. Nous avons eu la chance de battre le Canada et [dimanche], nous n'avons pas eu cette chance. Nous avons mérité de perdre”, a ajouté Vertonghen.

Martinez encore sélectionneur de la Belgique après la Coupe du Monde ?

C'est aussi une question de tactique. Martinez est en fin de contrat après la Coupe du monde et l'ambiance actuelle donne l'impression que tout le monde a accepté que ce soit la fin de son mandat, qui a débuté en 2016. Le fait qu'il ait changé de joueurs ou de formation à la mi-temps des deux matchs de groupe jusqu'à présent montre que sa tactique initiale était mauvaise. La Belgique est trop plate et prévisible lorsqu'elle est en position, tandis que Martinez n'arrive pas non plus à se décider entre une forme défensive à trois ou à quatre.

Plusieurs joueurs ne comprennent pas pourquoi Martinez persiste à utiliser une défense à trois, qui nécessite trois défenseurs centraux. Ils la trouvent datée et peu adaptée avec les joueurs que Martinez a amené au Qatar, surtout avec Alderweireld et Vertonghen. La Belgique n'a pas non plus de véritables défenseurs latéraux – une autre exigence de cette formation – surtout à gauche, alors pourquoi Martinez insiste-t-il pour utiliser des joueurs hors position ?

Le fait que Martinez soit également le directeur technique de la fédération rend tout plan de succession plus délicat, et tout départ éventuel laisserait deux grands trous à combler. Cependant, si la Belgique est éliminée jeudi, il n'aura d'autre choix que de partir. Il devra probablement aussi partir si la Belgique est éliminée en huitième de finale, si elle y parvient.

Interrogé directement sur son avenir avec la Belgique, Martinez a évité la question, tandis que des sources ont déclaré à Eurosport  que la fédération allait se pencher sur la question après la Coupe du monde. Mais pour l'instant, il n'y a pas de plan B pour l'équipe, et personne ne sait ce qu'il en est de la configuration actuelle.

Avant la défaite de dimanche, la Belgique n'avait pas perdu un match de groupe de la Coupe du monde depuis 1994, lorsqu'elle avait été battue 1-0 par l'Arabie saoudite. C'est un triste état de fait pour une nation qui a produit certains des meilleurs joueurs individuels de ces 15 dernières années. Mais comment leur histoire va-t-elle se terminer au Qatar ? C'est aux joueurs de se mobiliser et d'obtenir un résultat contre une solide équipe de Croatie au stade Ahmad bin Ali, jeudi.


Dernières publications

En haut