La fin d’une ère : Merci les Spurs, merci Manu

On a appris la nouvelle il y a seulement quelques heures, mais elle a résonné comme une bombe sur l’ensemble de la planète NBA. Manu Ginobili, arrière remplaçant des Spurs et membre du légendaire quatuor qui a régné sur la ligue pendant 20 ans, a décidé de prendre sa retraite. Nostalgiques et fans de basket, sortez vos mouchoirs, séquence émotion. 

La naissance de la légende 

S’il y a un bien un joueur qui faisait l’unanimité en NBA, c’était lui. Pas de haters (à part peut-être certains jeunes fans des Rockets), que des fans et des joueurs reconnaissant sa légende et son héritage. Du Big Three originel des Spurs, il ne restait plus que lui à la maison, après le départ de Tony Parker à Charlotte et la retraite de Tim Duncan à l’été 2016. 2 ans après, c’est donc El Manu qui s’en va, après près de 15 ans de bons et loyaux services dans le Texas, et 4 bagues de champion. Pour bien se rendre compte de l’impact qu’aura eu cette équipe pendant près de 20 ans, faisons, à travers une rétrospective de l’immense carrière du plus grand génie argentin de notre temps, un simple rappel.  

Ginobili, c’est l’histoire d’un futur Hall of Famer drafté en 57ème position (!!!) par les Spurs de San Antonio en 1999. Dans sa famille, le basket tient une place importante. Son père était entraîneur dans son Argentine natale, son frère jouait dans la ligue argentine de basket. En admiration devant Jordan et entouré d’une famille imprégnée de ce sport, Emanuel Davíd Ginobili, dit Manu, voit son amour pour le jeu grandir, et apprend à le jouer à Bahia Blanca. Descendant d’immigrés italiens, Manu ira, après sa draft, jouer à Bologne deux saisons avant de rejoindre des Spurs en 2002. En Europe, il gagnera 2 fois le trophée de MVP en remportant une Euroligue, une coupe et le championnat. Avec sa sélection argentine, il ne sera pas en reste puisqu’il gagne avec elle la médaille olympique en 2004, avec plus de 19 points de moyenne. Mais si sa carrière en Argentine puis en Italie est passionnante, c’est son histoire en NBA qui rend le personnage légendaire.

Manu chez les Spurs, acteur d’une dynastie 

Manu rejoint donc le Texas pour la saison 2002 – 2003. Aux Spurs, Manu rejoint Tim Duncan, Tony Parker et Greg Popovich, coach mythique de la franchise texane. Lors de cette première saison, Manu joue essentiellement en sortie de banc, avec un peu moins de 8 points par match. Il aide les Spurs à remporter le titre en Finales face aux New Jersey Nets de Jason Kidd, après avoir notamment mis un terme à la domination des Lakers de Shaq et Kobe en Finales de Conférence. Lors de la saison 2003 – 2004, El Manu reste en sortie de banc mais augmente sensiblement sa production statistique, la doublant presque (12,3 points). C’est lors de la saison 2004 – 2005 qu’il devient titulaire et participe à son premier All-Star Game, notamment grâce au vote des coachs. Il finit l’exercice avec 16 points de moyenne, second marqueur de son équipe, mais surtout remporte son deuxième titre après une série face aux Pistons, et marquera plus de 20 points de moyenne lors des Playoffs.

 

Manu et Duncan, All-Star à l’Ouest en 2005

 

Deux saisons plus tard (2006 – 2007), c’est cette fois-ci son coéquipier frenchie Tony Parker qui est mis à l’honneur puisqu’élu MVP des Finales lors de la victoire des Spurs face aux Cavaliers trop faibles d’un LeBron James trop esseulé. 4ème titre pour Duncan, 3ème pour Parker et Ginobili. Sous les ordres du sévère mais génial Popovich, c’est tout le collectif huilé des Spurs qui tourne autour du trio dominant que représentent Tony, Timmy et Manu. Avec un tel quatuor, les Spurs restent dans les hauteurs de l’Ouest pendant les deux décennies qui les ont vus jouer, participant à chaque Playoffs, avec un Manu toujours décisif. La saison 2007 – 2008 verra Manu être élu 6ème Homme de l’année, après une saison en 19,5 pts – 4,5 ast – 4,8 rbds en sortie de banc. Bien que les Spurs ne manquent plus les Playoffs, on ne les reverra en Finales qu’en 2013 face au Heat de LeBron, Wade and co. Ces Finales s’achèvent sur une victoire de la franchise floridienne au Game 7, après un shoot miraculeux de Ray Allen lors du Game 6. 

Lors de la saison suivante, les Spurs auront l’occasion de prendre leur revanche sur LeBron et sa bande. 1ers à l’Ouest avec le meilleur bilan de la ligue, les Spurs atteignent les Finales et y retrouvent le Heat, qu’ils battront en 5 matchs. Kawhi Leonard, qui représente alors la relève des Spurs, obtient le trophée de MVP des Finales. Manu est encore très utile lors de l’obtention de ce titre, puisqu’il inscrit près de 15 points de moyenne sur l’ensemble des Playoffs. 

 

“Et toi, ça te fait combien de bagues ?”

Il s’agit du dernier titre que remportera le quatuor ensemble, puisque deux saisons plus tard (2016), un Tim Duncan quarantenaire prendra sa retraite. Malgré le départ du plus grand joueur de leur histoire, les Spurs restent de sérieux contenders, et s’assurent des places de Playoffs. L’été 2018 sonnera véritablement la fin de l’ère Spurs telle qu’on la connait, puisqu’après le départ de Tony Parker vers Charlotte et la retraite de Manu, il ne reste plus que Popovich pour assurer la suite. 

5ème meilleur marqueur, 5ème meilleur passeur, meilleur intercepteur des Spurs, 6MOY en 2008, All-Star en 2005 et 2011 et champion en 2003, 2005, 2007 et 2014. Manu restera ce magicien, cet artiste capable de tout, ce gaucher fabuleux, cet athlète, véritable cauchemar pour les défenses adverses, aussi bien capable de scorer que de passer à ses coéquipiers. Manu aura marqué l’histoire de la NBA et du basket international en général, par son esprit de compétition imperturbable et ses exploits sur le parquet. Manu et ses Spurs nous auront fait rêver pendant des années, et si lui part, sa légende restera inaltérée. Merci les Spurs, et surtout merci à toi Manu. 

A propos de l'auteur

Actuellement étudiant en école de commerce, fan de sport, surtout d'une certaine ligue qui me fait me réveiller à 2h pour regarder un Atlanta@Detroit. #ThunderUp #DajeRoma

Poster un commentaire

quis adipiscing efficitur. risus commodo Aenean odio