Ligue 1

La France et la difficile gestion des Supporters

Ce n'est peut-être pas une grande consolation pour les supporters de Liverpool qui ont été agressés, ont reçu des gaz lacrymogènes, ont été frappés arbitrairement avec des matraques, se sont vus cruellement refuser l'accès au stade ou ont été sauvagement agressés le jour de la finale de la Ligue des champions, mais ce qui s'est passé au Stade de France le week-end dernier a suscité autant d'indignation en France qu'au Royaume-Uni.

Quelques heures après le match, des journalistes et des commentateurs de tout l'éventail politique déploraient les graves défaillances organisationnelles qui avaient conduit aux dangereux embouteillages qui s'étaient formés avant le match et dénonçaient avec colère les tentatives du gouvernement français de rejeter la faute sur les supporters de Liverpool.

L'amateurisme du gouvernement français mis sur le devant

“Le fiasco de l'organisation de la 67e finale de la Ligue des champions découle avant tout de graves erreurs dans la gestion des flux de supporters”, peut-on lire dans un éditorial de L'Equipe, qui loue “l'infinie patience” des supporters de Liverpool et affirme qu'il n'y a “pas un gramme de hooliganisme” dans leur comportement. Le Le Monde a déclaré que les supporters britanniques étaient montrés du doigt “contre toute évidence”, tandis que Le Figaro a ridiculisé l'affirmation du ministre de l'intérieur Gérald Darmanin selon laquelle un afflux massif de 30 000 à 40 000 supporters de Liverpool munis de faux billets avait été à l'origine des problèmes d'avant-match, déclarant qu'il y avait “de quoi faire croire que dans chaque Anglais se cache un hooligan endormi”.

Un autre journal, Libération, est allé encore plus loin, publiant en première page une caricature accablante de Darmanin avec un long nez de Pinocchio et l'accusant d'orchestrer un “mensonge d'État”. Pendant ce temps, la ligne officielle du gouvernement était méthodiquement décortiquée dans les talk-shows télévisés et démolie avec férocité sur les réseaux sociaux.

“Le choc a été la prise de conscience que la réponse du gouvernement et de la préfecture de police a été de dire : ‘C'est la faute des Anglais'”, explique à The Athletic Daniel Riolo, un ponte de la radio sur RMC Sport. “Et puis il y a les chiffres sur les faux billets, tous les calculs. J'ai été choqué. C'est la première fois que je me suis dit : ‘Wow. Putain de merde, un gouvernement peut mentir comme ça ?'. Ce n'est pas possible”.

Pour beaucoup en France, les défaillances organisationnelles qui ont précédé et suivi le match ont démontré qu'aux yeux des autorités françaises, les supporters de football qui assistent aux matchs sont coupables jusqu'à preuve du contraire.

“Le problème, c'est que dès le début, les supporters de Liverpool ont été perçus comme dangereux”, explique Ronan Evain, directeur exécutif de Football Supporters Europe (FSE), qui a assisté à la finale en tant qu'observateur de foule accrédité par l'UEFA et a été témoin de près du chaos d'avant-match. “C'était toute la communication des autorités publiques avant le match. Ils seront trop nombreux, nous devons les canaliser vers un seul point, nous devons nous assurer qu'ils ne tombent pas sur des supporters du Real Madrid. Et cela s'est reflété au stade. Les seuls policiers que les supporters de Liverpool ou du Real Madrid ont pu voir étaient des unités anti-émeutes. La principale raison du déploiement de la police anti-émeute est une démonstration de force, mais ils se sont retrouvés à gérer la foule et ils n'étaient pas équipés pour cela. Ils n'avaient pas de mégaphones, par exemple. Quelque chose d'aussi simple, ils ne l'avaient pas. Ensuite, il y a évidemment la barrière de la langue – une énorme barrière de la langue. Vous savez, quelque chose d'aussi simple que d'avoir des officiers de police non émeutiers, clairement identifiables comme parlant anglais ou espagnol, sur le terrain. C'est désormais une pratique normale partout en Europe, même si nous ne l'avions pas.”

Les autorités françaises ont été enhardies dans leur traitement répressif des supporters de football par la vague de violence sans précédent qui a balayé les stades de football français depuis le début de la saison 2021-22. Il y a eu des invasions massives de terrain, des agressions de joueurs, des protestations violentes de supporters, des abandons très médiatisés et une vague de matchs joués à huis clos. Nice et Lyon se sont vus retirer un point pour comportement violent de la part de leurs supporters. Malgré une baisse des incidents liés aux supporters au cours des six derniers mois, la saison s'est terminée de façon désolante, lors du barrage de relégation de la Ligue 1, lorsque les ultras de Saint-Étienne ont envahi le terrain et lancé des fumigènes après la défaite aux tirs au but contre Auxerre.

Ils ont poussé les supporters effrayés à se mettre à l'abri et ont laissé les joueurs et leurs familles effrayés se recroqueviller dans les vestiaires du Stade Geoffroy-Guichard. Dans ce climat d'insurrection, il est devenu beaucoup plus facile de défendre l'idée de ne pas avoir de pitié pour les supporters de football. “Avec les graves incidents de Saint-Étienne, il y a une sorte d'amalgame autour du football”, explique Riolo.

Le difficile maintient de l'ordre en France

Les grands faits divers de ces dernières années n'ont fait que rendre la police française plus bondissante – et lui donner plus de pouvoir. Les attaques terroristes de novembre 2015 à Paris, qui ont débuté devant le Stade de France et ont fait 130 morts, ont entraîné la déclaration d'un état d'urgence qui finira par durer deux ans. La police a été autorisée à effectuer des perquisitions sans mandat et à assigner des suspects à résidence sans autorisation judiciaire, et lorsque l'état d'urgence a finalement été remplacé par une nouvelle législation antiterroriste mise en place par le président Emmanuel Macron en novembre 2017, bon nombre des nouvelles mesures sont restées en place.

Les manifestations antigouvernementales des “gilets jaunes”, qui ont éclaté en novembre 2018, ont été accueillies par une répression brutale de la part de la police, et les personnes qui manifestaient contre les mesures contre le COVID-19, introduites pour la première fois en mars 2020, ont été traitées de manière tout aussi intransigeante.

“Une chose que nous ne prenons probablement pas assez en considération dans certains débats d'aujourd'hui est le match au Stade de France entre la France et l'Allemagne (qui a été visé par les attaques terroristes) en novembre 2015”, déclare le professeur Pierre Lanfranchi, enseignant-chercheur au Centre international d'histoire et de culture du sport de l'Université De Montfort. “Si vous reconnaissez un stade comme la cible d'une attaque terroriste majeure, alors tout devient acceptable – n'importe quelle attitude de la police”. 

Si la police française semblait mal préparée pour la finale de la Ligue des champions (un événement qui, il ne faut pas l'oublier, n'a été déplacé de Saint-Pétersbourg à Saint-Denis que fin février, après l'invasion de l'Ukraine par la Russie), c'est parce que, au sens propre, elle l'était. La pratique consistant à interdire aux supporters de l'extérieur d'assister à des matches à haut risque pour des raisons de sécurité est devenue un recours courant pour les autorités du football français ces dernières années, avec 63 interdictions totales de supporters itinérants mises en place en Ligue 1 et en Coupe de France cette saison. Les supporters itinérants ne sont pas autorisés à assister aux matchs entre Marseille et le Paris Saint-Germain – le plus grand match de club du calendrier du football français – depuis février 2018.

Le résultat est que lorsqu'il s'agit d'organiser des rencontres très médiatisées entre de grands clubs avec deux grandes bases de supporters présents (comme, par exemple, une finale de la Ligue des champions), la France a très peu d'expérience pratique récente sur laquelle s'appuyer.

La récupération politiques des événements 

Comme c'est souvent le cas en France lorsqu'une grande histoire de football dérive vers le discours dominant (et notamment lorsqu'il y a des élections législatives à l'horizon, comme c'est le cas actuellement), le désordre du Stade de France a rapidement été saisi comme un véhicule pour marquer des points politiques. Une fois de plus, le football a été utilisé comme un ballon politique.

A l'extrême droite, Marine Le Pen et Eric Zemmour, tous deux candidats à la récente élection présidentielle française, ont déclaré que le spectacle des jeunes sans billet des banlieues locales prenant d'assaut le stade et attaquant les supporters était le signe que la France n'avait pas réussi à s'attaquer à “la racaille”.

Le candidat d'extrême gauche à l'élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, a déploré l'“image lamentable” de la France qui a été montrée au monde et a exprimé des inquiétudes quant à la capacité de la France à accueillir la Coupe du monde de rugby de 2023 et les Jeux olympiques de 2024. Anne Hidalgo, la maire socialiste de Paris, a décrit ce qui s'était passé comme “une honte pour notre pays, notre région et notre capitale”.

 

Dernières publications

En haut