Ligue 1

La Ligue 1 peut-elle vraiment être relancée?

Fort d'une première partie de saison pré Coupe du Monde ébouriffante où il est resté invaincu, le Paris Saint Germain semblait parti pour tout écraser sur son passage cette saison sur le plan national. Oui mais voilà, le mondial Qatari est passé par là entre temps et les stars du PSG, autrement dit la MNM ont connu des fortunes diverses. Leo Messi a enfin réalisé l'ultime objectif de sa carrière en décrochant le sacre mondial, Neymar a une nouvelle fois connu un échec alors que Kylian Mbappé, surmené, a été sujet à quelques pépins physiques. Résultat? Paris voit l'OM et Monaco revenir à vitesse grand V,  plus en forme que jamais. L'état footballistique comme psychologique des hommes de Christophe Galtier inquiète, d'autant que les deux poursuivants carburent. Paris peut-il une nouvelle fois perdre le titre, pour la 4ème fois de l'ère Qatari? 

Le Classico, le vrai révélateur 

Le premier élément de réponse interviendra pas plus tard que ce dimanche. En effet, pour la troisième fois de la saison, la deuxième du mois de février, Marseillais et Parisiens croiseront le fer dans un classique qui fait saliver les puristes. Tout simplement parce que le deuxième reçoit le leader qui le devance de cinq points. Vous l'aurez compris, si la bande à Tudor s'impose au Vélodrome, elle reviendra tout tout proche de son ennemi de toujours. Est-ce envisageable? Totalement, au vue des formes actuelles. L'OM n'a perdu qu'un seul de ses 14 derniers matchs, reste sur un probant succès face au PSG en Coupe de France il y a 10 jours et semble plus complet que jamais, avec un effectif taillé sur mesure pour le jeu que demande le coach Croate.

Désormais, on veut y croire du coté du Vieux-Port. Et on en parle haut et fort, comme l'a déclaré Chancel Mbemba au micro d'Amazon Prime après le succès à Toulouse ce week-end :  “Le feu dimanche prochain ? Obligé. C’est dommage que je ne joue pas mais je crois en tous mes gars. On va mouiller le maillot. On joue à la maison, c’est très important pour nous. Ça va être le feu. On sait que ce ne sera pas facile, mais on joue chez nous, on est obligés. Comme en Coupe de France (2-1), on s’est donné à fond. Et oui, c’est le Classique. Est-ce qu’on pense au titre ? Bien sûr. Mais c’est match après match. On parle à la fin.”

Car oui, seul bémol, la défense Olympienne sera affaiblie, puisque le Congolais est suspendu, alors que Samuel Gigot est toujours blessé. Mais devant, Alexis Sanchez, l'homme en forme, guidera les siens pour tenter de faire rêver tout un peuple, qui attend cela depuis 13 ans maintenant.

Si les Phocéens seront diminués, les Parisiens aussi devraient avoir quelques soucis d'effectif. Nuno Mendes, blessé contre Lille ce dimanche, pourrait manquer à l'appel. Toujours incertain, la décision de le faire jouer ou non ne se prendra que quelques heures avant le match sans doute. Pour Neymar en revanche, c'est acté. La star Auriverde sera absente pour ce choc, lui qui a une nouvelle fois connu une blessure à la cheville. Après les premiers examens qui se sont voulus rassurants, le PSG a communiqué d'autres nouvelles hier, moins bonnes : les ligaments pourraient être touchés. Si sa présence ou non pour le match retour contre le Bayern est en suspend, il est évident qu'il regardera ce Classico depuis sa télé. Dommage, car Paris n'a pas le droit à l'erreur. Battu cinq fois depuis le début de l'année 2023, le PSG n'a plus de marge de manœuvre.

Monaco, doucement mais sûrement 

Car l'OM n'est pas le seul à faire de l'ombre au champion de France en titre. C'est simple, depuis sa défaite contre l'OM juste avant la Coupe du Monde, le club du rocher ne touche plus terre. 7 victoires et 2 nuls en 9 rencontres de championnat (dont une éclatante contre le PSG), un probant succès jeudi dernier à Leverkusen pour se mettre en position de force avant le match retour de Ligue Europa au Stade Louis II, Monaco est l'équipe en forme du moment. Avec un calendrier largement à leur portée d'ici le sprint final mi-mai (Monaco n'affrontera que trois équipes du top 10 sur les dix prochaines journées, seul Lens dans le top 5), les coéquipiers de Wissam Ben Yedder peuvent nourrir de grandes ambitions. D'autant que même si le parcours en coupe d'Europe se poursuit, Philippe Clément semble enfin avoir trouvé la bonne formule pour mettre ses ouailles dans les meilleures dispositions possibles.

Autour d'un Ben Yedder meilleur que jamais, d'un Golovin retrouvé, d'un jeune Ben Seghir prometteur mais déjà acteur de la bonne saison des siens, l'ASM avance, et vite. D'autant plus que sur le banc, Embolo, Minamino et autres Gelson Martins n'apportent que du plus à chaque rentrée. Le champion de France 2017 part de loin, mais tous les rêves sont permis tant le PSG semble fébrile.

Le coach Belge veut tout de même tempérer les ardeurs, bien qu'il garde cet objectif dans un coin de sa tête : “Nous devons rester humbles pour le moment. On est très bien revenus en championnat ces dernières semaines mais il y a encore des points entre le PSG et nous. On verra tout ça à deux ou trois journées de la fin“. Nous n'y sommes pas, mais si Monaco garde la cadence, il est tout à fait envisageable de voir l'ASM encore en course au moment de la réception de Lille, le 14 mai.

Paris en délicatesse, Marseille et Monaco plus forts que jamais. Il n'en fallait pas plus pour que le championnat de France soit relancé. Alors que se profile le Classique ce week-end au Vélodrome, tous les rêves sont permis. Lundi matin, il pourrait y avoir un sacré regroupement en tête de la Ligue 1. Et tant mieux pour le suspens. 

Crédit photo: Onze Mondial

Le cœur meurtri par la fin de carrière de Rodgeur, je m'en remets au stepback de The Beard. Rien de tel qu'un Vélodrome incandescent pour me faire chavirer de bonheur

Dernières publications

En haut