Volley

La palmarès du championnat du monde de volley-ball

Créés en 1949, les championnats du monde de volleyball se déroulent tous les quatre ans entre chaque olympiade. Avec la vingtième édition qui va s'ouvrir très bientôt, retour sur le palmarès complet de ces championnats du monde depuis leur création. 

Le palmarès des championnats du monde de volley-ball

1949, à Prague (République Tchèque) – URSS

1952, à Moscou (URSS) – URSS

1956, à Paris (France) – Tchécoslovaquie

1960, à Rio de Janeiro (Brésil) – URSS

1962, à Moscou (URSS) – URSS

1966, à Prague (République Tchèque) – Tchécoslovaquie

1970, à Sofia (Bulgarie) – Allemagne de l'Est (RDA)

1974, à Mexico (Mexique) – Pologne

1978, à Rome (Italie) – URSS

1982, à Buenos Aires (Argentine) – URSS

1986, à Paris (France) – Etats-Unis

1990, à Rio de Janeiro (Brésil) – Italie

1994, en Grèce – Italie

1998, au Japon – Italie

2002, en Argentine – Brésil

2006, au Japon – Brésil

2010, en Italie – Brésil

2014, en Pologne – Pologne

2018, en Italie et Bulgarie – Pologne

L'évolution totale des forces en présence du volleyball mondial, en passant d'un sport largement dominé par les nations de l'Est de l'Europe à une situation très diversifiée pour les favoris, est le symbole de l'internationalisation que vit ce sport.

Avec le premier succès d'une équipe non-européenne en 1986 et l'équipe étatsunienne à Paris, le Brésil est la seconde nation à avoir remporté le championnat du monde en venant d'un autre continent. Après un décennie de domination dans les années 2000, le Brésil a laissé la place à une nation historiquement présente depuis des décennies : la Pologne, vainqueur des deux dernières éditions.

L'émergence de nouvelles nations dans le dernier carré (demi-finales) confirme bien cette tendance avec notamment une place de finaliste pour Cuba en 1990 et 2010, et l'arrivée de la France sur le podium depuis le début des années 2000 qui montre bien la compétition accrue dans ce sport.

Rendez-vous donc dès la fin du mois d'août pour l'édition 2022 de ces championnats du monde qui se disputera en Pologne et en Slovénie.

Les nations les plus sacrées au palmarès du championnat du monde de volley-ball

Le classement des titres de champions du monde de volley-ball :

Russie (en incluant l'URSS) : 6 titres

Brésil, Italie, Pologne : 3 titres

Tchécoslovaquie : 2 titres

Etats-Unis, Allemagne de l'Est : 1 titre

Avec une domination assez nette depuis la fin de la seconde guerre mondiale jusqu'au début des années 1980, l'URSS domine assez largement le classement des nations dans l'histoire des championnats du monde. La chute (sans jeu de mot) de l'URSS en 1986 lors du championnat du monde à Paris, défaite par les Etats-Unis semble avoir ouvert une nouvelle ère dans le volley-ball mondial avec la fin d'un règne des équipes d'Europe de l'Ouest pour laisser la place à un sport plus internationalisé.

Les titres de meilleurs joueurs lors des championnats du monde de volley-ball

1970 – Rudi Schumann (Allemagne de l'Est, RDA)

1974 – Stanislaw Gosciniak (Pologne)

1982 – Vyacheslav Zaytsev (URSS)

1986 – Philippe Blain (France)

1990 – Andrea Lucchetta (Italie)

1994 – Lorenzo Bernardi (Italie)

1998 – Rafael Pascual (Espagne)

2002 – Marcos Milinkovic (Argentine)

2006 – Gilberto Godoy Filho (Brésil)

2010 – Murilo Endres (Brésil)

2014 – Mariusz Wlazly (Pologne)

2018 – Bartosz Kurek (Pologne)

Le palmarès de l'équipe de France en championnat du monde de volley-ball

Historiquement bien placés depuis la première édition en 1949 où les Bleus avaient terminé 6ème, l'équipe de France a connu des années plus compliquée entre les années 1960 et 1980 jusqu'au championnat du monde en France en 1986.

L'éclosion au plus haut niveau des Tricolores interviendra en 2002 en Argentine avec une belle médaille de bronze qui reste jusqu'à aujourd'hui le meilleur résultat des Bleus en championnat du monde.

Malgré les très belles performances des Français, vainqueurs de la Ligue mondiale en 2015 et 2017 notamment, les deux derniers championnats n'ont pas permis aux Bleus de décrocher une breloque, qu'ils tenteront enfin d'atteindre pour la seconde fois de leur histoire dans quelques semaines.


Maxime Labrot

Grand amateur de sports en tous genres, l'Olympique de Marseille fait battre mon coeur, Benoît Paire me prend la tête et Tiger Woods me fait vibrer.

Dernières publications

En haut