La rétro basket : La bagarre du Palace d’Auburn Hills

0
Ligue 1

Depuis maintenant deux mois, le sport et plus précisément le basket mondial est à l’arrêt. Chez We Sport, hors de question de se tourner les pouces. Ainsi, nous avons décidé de faire un voyage dans le temps pour revenir sur les matchs qui nous ont marqué. De la joie, de la tristesse, de la colère, le basket nous fait passer par toutes les émotions et c’est aussi pour ça qu’on aime ce sport. Aujourd’hui, nous remontons 16 années en arrière pour revivre la bagarre la plus célèbre de la NBA

LE CONTEXTE :

Nous sommes le 19 Novembre 2004, le jour de la rencontre entre les Pacers d’Indiana et les Pistons de Detroit. Champion NBA en titre, les Pistons sont vus comme l’une des équipes les plus défensives de tout les temps avec les frères Wallace, Thayshaun Prince et Chauncey Billups. Face à eux, les Pacers d’Indiana amenés par Jermaine O’Neal et Ron Artest. On s’attend à un gros duel entre Ron Artest et Ben Wallace qui sont connus pour faire parti des tout meilleurs défenseurs de la Ligue. Les deux équipes se sont déjà affrontés en finale de conférence la saison dernière. Et avant cette rencontre, les Pacers avaient un bilan de 6 victoires pour 2 défaites contre 4 victoires pour 3 défaites pour les Pistons.

LE FILM DU MATCH :

Le match est mené de long en large par les Pacers qui auront déjà 20 points d’avance après 24 minutes de jeu. Ce match est un match banal finalement entre deux équipes qui se connaissent bien pour jouer dans la même division. Mais le match va réellement basculé et changé de dimension à quelques secondes de la fin. Il restait exactement 46 secondes quand Ben Wallace file au lay-up et qu’il se fait violemment poussé dans les airs par Ron Artest. Le numéro 3 ne va pas se laisser faire et va bousculer Artest contre la table de marque. Mais le calme revenu jusqu’au moment où Artest reçu un verre en plastique lancé des tribunes. À ce moment, il devient complètement fou et il monte dans les tribunes pour frapper un supporter innocent. Il est suivi de Stephen Jackson et Jamaal Tinsley et s’en suit une bagarre géante entre des supporters des Pistons ainsi que les joueurs des Pacers. Les cris et les pleurs résonnent dans la salle tant le spectacle est d’une rare violence. L’adjoint des Pacers Chuck Person ira même jusqu’à comparer la scène « à une scène d’affrontements entre des gladiateurs et des lions où les fans étaient les lions à qui nous devions échapper pendant un combat »

LE MVP DE LA RENCONTRE :

Meilleur marqueur de la rencontre avec 24 points, Ron Artest aurait pu être le MVP du match mais son rôle dans la bagarre est énorme et il aura davantage brillé par sa stupidité que son beau basket. Sur 9 joueurs qui ont été punis par la ligue, 5 venaient de l’équipe des Pacers. Le MVP pourrait donc être Austin Croshere qui n’aurait pas eu un rôle important dans cette bagarre. L’ailier fort de 2,06m va compiler 15 points à 57% de réussite aux tirs, 6 rebonds et 3 interceptions, le tout en 37,5 minutes de jeu.

ET APRÈS ?

Les suspensions vont tomber avec 9 joueurs suspendus. Du côté des Pacers, Ron Artest va être suspendu pendant une saison complète, c’est-à-dire 86 matchs, play-offs compris. Stephen Jackson prendra 30 matchs et Jermaine O’Neal moitié moins. Anthony Johnson en prendra 5 et pour finir Reggie Miller en prendra un. De l’autre côté, Ben Wallace écopera de 6 matchs, Derrick Coleman, Chauncey Billups et Elden Campbell en écoperont d’un seul.

Malgré ce remou dans la saison, les Pistons iront jusqu’en Finals mais perdront leur titre au profit des Spurs de San Antonio et d’un certain Tim Duncan. Les Pacers eux s’arrêteront en demi-finale de conférence après une défaite 4-2 face aux Pistons dans une série très tendue.

Pour que ce genre de faits ne se reproduisent plus, David Stern va intensifier la présence policière tout autour du terrain et le supporter des Pistons qui avait jeté le verre sera exclut à vie de la salle et écopera d’un mois de prison.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here