L’analyse tactique de Juventus – OL

0
Ligue 1

Victorieux 1-0 lors du match aller, les Lyonnais ont décroché leur billet pour les quarts de finale de Ligue des Champions malgré leur défaite 2-1 sur la pelouse de la Juventus Turin. Analyse tactique d’une énième déception turinoise face à des Gones efficaces.

 

L’OL ira à Lisbonne. Pour obtenir cette qualification pour le Final 8, Rudi Garcia opte pour un 3-5-2 déjà mis en place lors de la finale de la Coupe de la Ligue face au PSG. Seule surprise, la titularisation de Karl Toko Ekambi au détriment de Moussa Dembélé.

 

La Juventus se présente quant à elle en 4-3-3. Paulo Dybala étant trop juste physiquement, ce sont Gonzalo Higuain et Federico Bernardeschi qui sont chargés d’animer l’attaque aux côtés de Cristiano Ronaldo.

 

Une Vieille Dame sans âme

Mais très rapidement, l’absence du numéro 10 argentin se ressent. La Juve manque cruellement de mouvement entre les lignes pour dynamiter ses offensives. Rodrigo Bentancur (cercle blanc) s’y essaye mais exprime des difficultés dos au jeu, ne parvenant pas à orienter ses prises de balle vers le bon espace libre.

 

Comme un symbole de cette impuissance turinoise pour exploiter les espaces dans le dos de l’entrejeu lyonnais, c’est parfois Cristiano Ronaldo (cercle blanc) qui sollicite une passe pour casser une ligne.

 

Le Portugais est alors dos au jeu et loin de la zone de finition dans laquelle il excelle. En témoigne la carte de ses ballons touchés tout au long de la rencontre, révélant que CR7 n’a eu le cuir dans la surface de réparation qu’à cinq reprises.

Crédits carte : WhoScored.com

 

Plus globalement, les hommes de Maurizio Sarri sont statiques dans la moitié de terrain adverse. Aucun circuit de balle ne se met en place par manque de déplacement et de solution courte pour le porteur.

 

Un aspect d’autant plus préjudiciable face à un adversaire regroupé comme l’OL. La Juventus n’a alors d’autre choix que d’essayer d’apporter le danger par des centres, avec 32 tentatives qui n’ont trouvé une cible que quatre fois*. 

 

Un manque d’intensité dans les déplacements qui s’est également ressenti lors des phases de transition. Alors que la Vieille Dame aurait pu profiter de ces instants pour prendre à défaut le bloc de l’OL, ses lacunes dans le dynamisme l’ont empêché. Après avoir récupéré le ballon, Rodrigo Bentancur (cercle blanc) ne dispose d’aucune solution courte alors qu’un espace conséquent est laissé dans le dos des Lyonnais.

 

Un OL qui a fait le job…

Venue avec l’ambition de ne pas prendre de but avant celle d’en marquer, renforcée par l’ouverture du score de Memphis Depay, l’équipe de Rudi Garcia évolue en 5-3-2 en phase défensive dans un bloc bas qui couvre toute la largeur du terrain.

 

Mis à part le raid solitaire de Federico Bernardeschi et quelques coups de tête qui fuient le cadre, les Rhodaniens ne sont que très peu mis en danger par leur adversaire. Pourtant, l’OL concède 18 fautes**, symbole d’une certaine fébrilité individuelle parallèlement à une solidité globale due à la faiblesse des mouvements collectifs turinois. Lyon manque toutefois d’être puni de sa mauvaise gestion de la profondeur à plusieurs reprises. Bien que la Juventus pêche dans le timing et la précision, Jason Denayer, Marcelo et Fernando Marçal laissent des espaces dans leur dos. Ici, le Belge (cercle noir) est seul à la course face à Cristiano Ronaldo, tandis que son coéquipier brésilien (cercle rouge) a du retard dans la couverture.

 

Face à une Juve aussi peu dangereuse et dans un plan de jeu défensif, l’essentiel pour Lyon est alors d’assurer la relance afin de ne pas offrir de munition à son adversaire. En cela, Bruno Guimaraes (cercle noir) exploite bien les largesses italiennes dans le quadrillage du terrain pour appeler le ballon et le transmettre à ses partenaires.

 

Lorsqu’il est marqué, ses mouvements sans ballon permettent d’attirer des adversaires (cercles blancs) afin de libérer des coéquipiers. Ici, ce sont Maxwel Cornet (cercle rouge) et Memphis Depay (cercle orange) qui en profitent.

 

Un jeu en une touche de balle permet ensuite à Lyon de profiter des espaces créés et de faire reculer la Juventus balle au pied. Houssem Aouar (cercle bleu) gagne ainsi plusieurs dizaines de mètres.

 

Le meneur de jeu lyonnais est d’ailleurs précieux dans la conservation du ballon afin de préserver la qualification. Sur cette séquence, il parvient à garder le cuir en étant chassé par plusieurs Turinois et obtient une faute quelques secondes plus tard. 

 

Sur les côtés, le placement des pistons permet d’étirer le bloc turinois et de garder la balle sans nécessairement passer par le milieu de terrain. Mordant la ligne en possession du ballon, Maxwel Cornet (cercle bleu) et Léo Dubois (cercle rouge) offrent aux défenseurs centraux des solutions simples.

 

…bien aidé par Maxence Caqueret

Parmi les satisfactions lyonnaises, Maxence Caqueret (cercle noir) se distingue particulièrement par son volume et sa justesse. Des qualités essentielles dans le plan de jeu rhodanien à Turin. Le milieu de terrain achève la rencontre avec 86% de passes réussies pour 28 tentées, dont 18 vers l’avant. Il signe ainsi l’un des plus grands pourcentages à égalité avec Houssem Aouar, derrière Jason Denayer (89%) et Maxwel Cornet (93%)**.

 

Sans ballon, le milieu de terrain formé à l’OL démontre ses qualités athlétiques et sa lecture tactique par une bonne couverture des espaces et des lignes de passe. Tandis que Léo Dubois décide de cadrer Adrien Rabiot, Maxence Caqueret (cercle noir) anticipe le dédoublement d’Alex Sandro (cercle blanc).

 

Alors que le milieu de terrain de la Juve garde finalement le ballon, la qualité d’appui du numéro 25 lyonnais lui permet de rapidement revenir le gêner.

 

Une intelligence dans les déplacements et une intensité qui lui permettent de récupérer sept ballons*** et d’effectuer trois interceptions**, plus hauts totaux de son équipe. Si, en contrepartie, Maxence Caqueret a également commis le plus de fautes parmi tous les joueurs de la rencontre avec six coups de sifflet, ce fut assurément l’homme de la qualification.

 

* Chiffres fournis par le journaliste Julien Momont

** Statistiques fournies par le site WhoScored.com.

*** Statistique fournie par L’Equipe

Crédits images de jeu : CBS Sports et BT Sport

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here