Lars Sullivan- Le monstre est (enfin) arrivé en ville

Le 8 avril dernier à RAW, il est venu attaquer Kurt Angle. Après plusieurs mois d’attente, Lars Sullivan a enfin fait ses débuts dans le roster principal. Présenté comme un phénomène physique, récoltant les louanges de nombreuses superstars, il ne laisse personne indifférent. De NXT à ses débuts dans les shows principaux en passant par le Performance Center, retour sur le parcours d’un catcheur qui est une attraction à lui tout seul.

 

 

 

En octobre 2014, une photo se propage sur les réseaux sociaux. On y aperçoit les trois nouvelles recrues de la compagnie de Stamford. Au centre, celui qui se faisait encore appelé Fergal Devitt (Finn Balor aujourd’hui). Sur ses côtés, deux géants. Celui à gauche se nomme Adam Scherr et deviendra Braun Strowman. Le second se fait appelé encore Dylan Miley. Ce dernier n’est encore qu’un rookie, un catcheur en apprentissage. Il se fera appeler par la suite Lars Sullivan.

 

   Finn Balor entouré de deux géants. A gauche, Lars Sullivan (Source: Fox Sport)

 

Comme beaucoup d’actuels superstars, celui qui adoptera le nom de Lars Sullivan est un fan de la première heure de la WWE. Comment le sait-on ? En 2009, le défunt WWE Magazine publie une lettre d’un certain Dylan Miley 20ans. Il nous explique que sa copine de l’époque l’a largué car il a préféré suivre, en priorité, la première édition d’ECW One Night Stand plutôt que de fêter l’anniversaire de sa chère et bien aimée. Par la suite, il assistera à des shows comme fan. A cette époque il n’est pas encore catcheur et pratique la lutte au sein de son université.

 

  Le message de Dylan Miley dans le WWE Magazine en 2009

 

Un physique hors du commun

 

Lorsqu’il signe un contrat avec la WWE en 2013, le natif de Westminster dans le Colorado n’est encore qu’un physique qui ne demande qu’à être exploité. Ces mensurations sont impressionnantes. Mesurant 1m92 pour 150kg, il lève à l’épaulé jeté des poids de 165kg. Par ailleurs, ses mains sont gigantesques. Selon certains employés de la WWE, elles feraient la taille de celles d’André le Géant.

C’est d’ailleurs grâce à ce physique et à ses compétences athlétiques que Bobby Lashley le repère lors d’une formation au catch. Il propose son nom à la WWE qui accepte de lui faire passer un tryout (un essai) en vue d’un potentiel contrat. Il tapera dans les yeux des officiels en effectuant un saut vertical de 97cm ce qui n’est pas rien pour un homme de son poids. Car en plus de détruire ses adversaires de par sa puissance, il n’hésite pas à monter sur la troisième corde afin d’effectuer des manœuvres aériennes (le Diving Headbutt en est la parfaite illustration).

Au Performance Center, le jeune homme va apprendre le métier et s’endurcir. Après près de deux ans à s’entraîner, il fait ses débuts au sein de NXT dans des shows non télévisés. Parmi ces derniers, le Wrestlemania Axcess. Parmi les fans se trouvent Brock Lesnar, champion de la WWE à l’époque. Il repère alors celui qui catche encore sous son vrai nom. Même si il est décrit comme encore très green, en manque expérience, il impressionne Lesnar. A tel point que “The Beast”, connu pour ses apparitions mesurées à la WWE, va prendre sous son ailes celui qui se fera appeler « The Freak ». Il va organiser des sessions entraînements afin de polir celui que la WWE voit comme son prochain géant.

 

  Lars Sullivan au show NXT au Cirque d’Hiver à Paris en juin dernier

 

 

Lars Sullivan impressionne des grands noms de la compagnie mais pas que. Dave Meltzer du Wrestling Observer Newsletter, présent lors de ses premières apparitions, nous décrit la réaction des fans lors de ses entrées : « Lorsqu’il venait et notamment à Axcess, tout le monde a stoppé ce qu’il faisait et a prêté attention à cet homme ».

Une progression constante va l’amener à faire ses débuts lors des shows télévisés de NXT. Impliqué dans des matchs par équipe, il détruira ses partenaires au fil des semaines. Durant son passage dans la brand jaune il réussira des performances majuscules à l’image de ce Ladder Match à TakeOver New-Orléans (7 avril 2018) afin de couronner le premier champion Nord-Américain. Voici la promo de Lars Sullivan pour ce show. Elle permet de mieux cerner le caractère du personnage.

 

 

Des débuts dans le roster principal retardés

 

A NXT, il restera invaincu durant près de deux ans jusqu’à sa défaite à Takeover Chicago II face à celui qui était champion Aleister Black. Ce sera son dernier match lors d’un grand show NXT. A l’heure des bilans, il n’a remporté aucun titre mais a crée un véritable impact. Quelques semaines plus tard, des clips promotionnelles l’annoncent comme prochain membre du roster principal.

Comme première rivalité, la WWE lui aurait préparé John Cena, ce qui lui aurait permis de se mettre en valeur face à un catcheur de ce standing. Cette rivalité ne verra jamais le jour. Des rumeurs font part de crises d’anxiété du côté du géant. Cela aurait rendu Vince McMahon furieux et pensif sur le futur de Lars Sullivan.

Après des semaines de repos, force est de constater que le président ne lui en tient pas rigueur. Lors du Raw suivant Wrestlemania, connu pour ses surprises et son ambiance, il fait enfin ses débuts en attaquant le tout jeune retraité Kurt Angle. Durant les Raw et Smackdown qui suivent, il a continué à attaquer des vétérans du ring comme les Hardy Boyz, Rey Mysterio ou encore R-Truth.

 

 

Envoyé du côté du show bleu lors du Superstar Shake up, il détruira certainement un nouvel adversaire ce mardi. Le but étant de le mettre en valeur et le rendre insubmersible. Reste à savoir si la WWE a un plan sur la durée pour lui et si il représente toujours à ce jour « The Next Big Things ». Les prochaines semaines nous en diront plus.

 

 

 

Poster un commentaire

Sed libero. eget quis, felis Lorem