On en parle aussi...

L’ascension exceptionnelle de Jay Vine : De Zwift au cyclisme mondial

Jay Vine

En trois ans, Jay Vine est passé du statut de coureur anonyme à celui de star. Après une grande saison 2022, il est devenu l'une des figures du cyclisme australien. Retour sur son histoire atypique.

“Les watts sont les watts”, dit Jay Vine avec l'air las d'un homme qui sait que tout le monde ne le voit pas tout à fait de la même manière. Son talent de grimpeur était déjà évident lors de sa première course professionnelle au Tour de Turquie en 2021, mais son parcours peu orthodoxe vers le peloton professionnel a créé des préjugés dont il n'a pas été facile de se défaire. Vainqueur de la série d'e-racing Zwift Academy, Vine a eu la chance de décrocher un contrat professionnel chez Alpecin-Deceuninck, mais il a été mis sous pression de devoir reproduire sa puissance du format virtuel encore et encore dans des conditions réelles jusqu'à ce que tout le monde soit pleinement convaincu. Même lorsqu'il s'est défait de Remco Evenepoel pour s'imposer au sommet du Pico Jano par une après-midi détrempée lors de la Vuelta a España l'année dernière les derniers doutes n'ont pas été levés.

Jay Vine en 2020 sur Zwift

Ce n'est que lorsque Vine a réitéré l'exploit deux jours plus tard au sommet de Colláu Fancuaya que des délégations d'équipes WorldTour ont commencé à le chercher lors des départs d'étapes pour évaluer son intérêt pour un transfert, semblant ignorer qu'il avait déjà discrètement négocié un accord pour quitter Alpecin-Deceuninck pour UAE Team Emirates à la fin de la saison.

“Un tas d'équipes sont venues me parler après l'étape 8, mais pas après l'étape 6”, raconte Vine à Eurosport. “Je veux dire que ça aurait pu être juste un coup de chance. Il s'est juste téléporté. Ou a-t-il vraiment franchi la ligne ? Nous n'avons pas de photo…” . Mardi, Vine a remporté une victoire inattendue devant Luke Durbridge (Jayco AlUla) dans le contre-la-montre des hommes élites aux Championnats nationaux australiens, même s'il était probablement moins surpris que quiconque. Les chiffres lui avaient déjà dit ce qui était possible. Ou, comme il le dirait : “C'est absurde pour moi qu'il y ait encore cette chose, que cela doit être fait dans la compétition ‘correcte' : les watts sont les watts.”

Tout a commencé avec une fille. Inspiré par la carrière militaire de son père, l'adolescent Vine était membre de l'organisation de jeunesse des Cadets de l'armée de l'air, où il a rencontré Bre, aujourd'hui sa femme. “Nous sommes tous deux partis en solo en planeur et c'est ainsi que nous nous sommes rencontrés”, explique-t-il. Lorsqu'ils se sont retrouvés dans la même école, ils ont commencé à s'y rendre ensemble à vélo tous les jours. “C'est parti de là”, dit-il.

À l'âge de 18 ans, lorsque le couple a emménagé ensemble, leur intérêt pour le cyclisme était passé timidement des trajets quotidiens à la compétition. Au début, Vine a participé à quelques marathons en VTT, mais la préparation du Tour de France 2014 a éveillé son intérêt pour la route. “J'ai vu que le Tour approchait, alors j'ai acheté mon magazine, et je me suis vraiment intéressé à Mark Cavendish, même si, malheureusement, il a chuté le premier jour”, raconte-t-il. “Mais c'est à partir de là que j'ai commencé à m'y intéresser”.

Des débuts bien loin du World Tour

Après avoir quitté l'école, Vine est allé à l'université pendant deux semestres, bien qu'avec une certaine réticence, combinant ses études avec un travail à temps partiel dans un magasin de fournitures de bureau. D'après ses propres dires, il a plus appris en dehors du campus que sur celui-ci. “J'aime dire que je faisais semblant d'aller à l'université. D'abord, j'ai fait semblant d'étudier l'informatique, puis j'ai fait semblant d'étudier des trucs de physiologie sportive. Pendant tout ce temps, je travaillais dans un endroit appelé Officeworks au salaire minimum et j'avais une énorme dette de carte de crédit”, dit-il.

C'était à l'époque où les banques ne faisaient pas payer d'intérêts pendant les douze premiers mois et je me disais : “Ce n'est que quatre mille dollars, je vais les rembourser en douze mois”. Des années plus tard, j'étais toujours en train de le rembourser, alors ils m'ont probablement escroqué de quatre mille dollars supplémentaires, mais c'est la leçon que l'on apprend.”

Pendant toutes ces années, alors que Vine était un jeune homme qui cherchait encore sa voie dans le monde. Lors de ses premiers marathons en VTT, le sentiment d'accomplissement provenait simplement de la participation, et il s'était contenté d'arriver avec des heures de retard sur le vainqueur, mais à mesure que sa force augmentait, son ambition aussi.

“Au début, je n'étais qu'un participant réaliste, et arriver une heure derrière le vainqueur de la course était un exploit, mais j'essayais toujours d'aller plus vite et de m'améliorer”, dit-il. “Mais comme je savais que je n'allais pas pouvoir gagner la course directement, j'ai commencé à faire des courses de sept heures avec ma femme, en équipe mixte, pour essayer de gagner une catégorie. Ma femme et moi étions tous deux très compétitifs. Nous avons roulé et couru ensemble dès le début. C'est à partir de là que nous nous sommes développés. Au moment où le couple s'est tourné plus définitivement vers la route, Vine avait trouvé un emploi temporaire dans le service public, même s'il considérait ce rôle comme un simple moyen d'arriver à ses fins. “Je travaillais avec le gouvernement au traitement des données, mais c'était chiant comme tout, alors je n'aurais certainement pas continué à le faire“, dit-il. “Mais c'était le meilleur job pour rester assis sur mon cul et sortir ensuite et s'entraîner”.

Ce travail après les heures de travail allait porter ses fruits sur le circuit australien. Une bonne performance sur l'arrivée au sommet de Poatina lors du Tour de Tasmanie fin 2018, où il est arrivé juste derrière Chris Harper, l'a encouragé, tout comme ses débuts aux Championnats nationaux quelques semaines plus tard. Après s'être classé troisième au classement général de la New Zealand Cycle Classic début 2019, Vine, désormais trop âgé pour les rangs des moins de 23 ans, a décidé de se lancer à fond.

” Pendant cette course, je me suis dit : ” Vous savez quoi, j'aime vraiment ça, et je veux vraiment poursuivre dans cette voie “, raconte Vine. Il courait pour la formation amateur Nero, qui ne passerait au niveau Continental que l'année suivante, ce qui signifie que sa saison 2019 s'est terminée avec l'été de l'hémisphère sud, mais cela ne l'a pas découragé de devenir un coureur à temps plein lorsque son contrat gouvernemental a expiré en avril de cette année-là. “Ma femme m'a simplement dit : “Tu ne veux pas mourir en pensant que tu aurais peut-être pu aller plus loin“, alors nous avons décidé de jeter par la fenêtre l'idée de chercher un autre emploi.”

Le propre talent de Bre Vine en tant que coureuse aurait pu éventuellement la porter vers une carrière cycliste à plein temps aussi, mais après quelques discussions, le couple a choisi de se concentrer sur l'optimisation des perspectives de Jay. L'écart de rémunération entre les sexes, sinistrement présent dans toutes les facettes de la société mais particulièrement prononcé dans le sport professionnel, a joué un rôle dans cette décision. Même dans le sport le plus romantique, le pragmatisme a tendance à prévaloir.

“Elle ne voulait pas passer la moitié de son année blessée pour 20 000 dollars”, explique Vine. “Nous nous sommes essentiellement engagés à… ‘Jay tu as le potentiel pour gagner dix fois ce que serait mon salaire, concentrons-nous entièrement sur toi'”.

À première vue, le saut de Vine à travers le cyberespace jusqu'à un contrat professionnel se lit comme une histoire purement du 21e siècle, ou même simplement comme une aberration provoquée par la pandémie. “Sans COVID, je n'aurais peut-être pas eu cette opportunité”, admet-il.

Le temps joue contre lui, mais Vine est totalement déterminé à atteindre le sommet, d'une manière ou d'une autre. Plutôt que de se fixer des objectifs lointains et flous, il s'est donné une date limite qui donne à réfléchir, une fois qu'il sera devenu un cycliste à plein temps au milieu de l'année 2019. “Je n'avais pas vraiment de plan, c'était plutôt que si je n'avais pas commencé à gagner un chèque à un certain moment, j'allais devoir jeter l'éponge”, raconte Vine. “Je pense que cela allait être la fin de 2021 au plus tard, et c'était seulement si 2020 avait très bien marché mais n'avait pas eu tout à fait l'impact que nous recherchions.”

Des portes fermées mais une fenêtre ouverte

La pandémie de COVID-19 a fait que 2020 n'a pratiquement pas eu lieu. Frustrant, Vine venait de livrer une autre bonne performance au Herald Sun Tour lorsque le premier confinement a éclaté. Après avoir attaqué trop tôt à Falls Creek lors de la deuxième étape – “J'ai fait une énorme erreur parce que la calibration de mon compteur de puissance était erronée de 30 watts” – Vine s'est racheté avec une troisième place assurée deux jours plus tard à Mount Buller.

Son compatriote et vainqueur Jai Hindley, a réussi à monter sur le podium du Giro d'Italia 2020, propulsant sa carrière sur un autre plan. Vine, quant à lui, a passé ces mois à se demander si sa chance ne lui avait pas échappé. Le plan initial était de concourir en Asie avec Nero avant de s'attaquer à quelques courses européennes pendant l'été de l'hémisphère nord. Il pensait que les équipes professionnelles seraient peut-être plus enclines à miser sur ses services si elles pouvaient mettre un visage sur sa puissance.

Au lieu de cela, Vine a passé la majeure partie de l'année 2020 à se maintenir en forme et à se divertir en achetant un vélo de contre-la-montre et en repérant les KoM de Strava autour de Canberra. Bien qu'il nourrisse toujours l'espoir d'essayer de nouveau en 2021 pour courir en Asie et en Europe, les règles strictes de quarantaine de l'Australie signifient qu'aucun plan concret ne peut être fait. Il était dans les limbes.

À sa grande surprise, il a également remporté une série Zwift australienne – ” Il n'y avait pas de véritables contrôles, c'était juste ‘s'il vous plaît, ne mentez pas' ” – tandis que Bre est arrivé troisième dans l'épreuve féminine. Lorsqu'il a été annoncé que l'épreuve de la Zwift Academy 2020 ne serait plus limitée aux coureurs de moins de 23 ans, il a soudainement repéré une voie. ” Je me suis dit : ” C'est mon contrat : je suis l'un des meilleurs grimpeurs d'Australie, et je suis probablement le meilleur grimpeur d'Australie qui n'a pas déjà été signé par une équipe WorldTour “, raconte Vine. “Je me suis préparé à fond, il n'y avait rien d'autre à faire”.

Même lorsque Vine était sur le point de remporter la Zwift Academy, il se demandait si les restrictions du COVID n'allaient pas l'empêcher d'obtenir son contrat. “Je n'étais pas sûr qu'ils allaient tenter leur chance avec un gars qui ne serait peut-être pas en mesure de se présenter “, dit-il.

Comme tout néophyte, il a connu des difficultés initiales, et elles ne se limitaient pas à la course. Vivre hors d'Australie pour la première fois de sa vie a été un défi, même si les pires difficultés ont été aplanies lorsque Bre a obtenu un visa pour le rejoindre à Gérone. Au XXIe siècle, la ville catalane a remplacé Paris ou Gand comme lieu d'atterrissage pour les cyclistes australiens arrivant en Europe, mais elle peut tout de même être un endroit solitaire. Vine, solitaire par nature, s'est senti plus à l'aise depuis qu'il a décampé en Andorre.

“Nous étions littéralement dans une bulle où nous n'avions pas d'amis – même si nous n'en avions pas vraiment à Canberra non plus”, explique Vine. “Nous avons maintenant un certain nombre d'amis en Andorre, mais je crois que j'ai fait quatre randonnées avec d'autres personnes que ma femme pendant les neuf mois que j'ai passés à Gérone. Je ne suis pas une personne très sociable, alors sans elle, j'aurais été très seul, mais c'est un peu comme ça que j'ai toujours fait les choses. J'aime faire mes propres affaires et accomplir mon travail”.

Le travail n'a commencé pour de bon que lorsque Vine a fait ses débuts professionnels au Tour de Turquie en avril 2021 et il a eu un impact immédiat avec une deuxième place à l'arrivée du sommet d'Elmali. Plus tard, il a attiré l'attention à Lagunas de Neila lors de la Vuelta a Burgos, mais le fait de monter rapidement les côtes n'a jamais été un problème. Les déficiences étaient ailleurs.

“En Australie, dans un peloton de disons 60 gars maximum, il n'y a vraiment que cinq gars qui sont sur le point de devenir pro, et ils peuvent faire ce qu'ils veulent dans le peloton, ils peuvent passer de la dernière roue à la première, sans problème. C'est comme mettre Cancellara dans une course junior, il peut faire ce qu'il veut”, dit-il. “Puis vous arrivez ici, et vous avez 70 Cancellara, donc vous ne pouvez pas faire ce que vous voulez. Vous devez travailler la course de manière tactique et utiliser vos coéquipiers. Rouler dans le peloton sans utiliser des quantités massives d'énergie, c'est la chose la plus importante. Je savais que j'avais beaucoup à apprendre”.

2022, l'année de la consécration pour Vine

Jay Vine

25-08-2022 Vuelta A Espana; Tappa 06 Bilbao – Pico Jano; 2022, Alpecin – Deceuninck; Vine, Jai; Pico Jano; – Photo by Icon sport

Vine a couru avec parcimonie en 2021, mais ses performances lui ont valu un nouveau contrat de deux ans de la part d'Alpecin. La sélection pour la Vuelta lors de sa première saison était une marque de confiance de son équipe, et il aurait pu la couronner par une victoire au Pico Villuercas lors de la 14e étape s'il n'avait pas chuté en récupérant une bouteille dans la voiture de son équipe. Néanmoins, sa troisième place derrière Romain Bardet cet après-midi-là a souligné sa promesse, et il la confirmera lors de son retour à la Vuelta douze mois plus tard.

Sa victoire à Pico Jano avait déjà été annoncée par une joute précédente avec Evenepoel au Tour de Norvège en mai. À Gaustatoppen, où Evenepoel a enregistré des chiffres qui, selon son manager Patrick Lefevere, étaient de l'ordre de Pogacar, Vine a été le seul coureur à terminer à moins d'une demi-minute du Belge. “J'avais déjà fait des chiffres comme ça à l'entraînement, mais j'ai réuni tout le paquet là-bas. Il y avait un vent de travers massif où Ineos a divisé la course en sept morceaux, et j'étais en tête. Je n'ai pas fait d'erreur”, dit-il. “Les watts ne m'ont jamais effleuré l'esprit. Je n'ai jamais pensé que je n'allais pas être capable de faire ces watts. Remco m'a lâché de la roue, mais c'était aussi parce que je n'étais pas là où je devais être. J'aurais dû être dans sa roue, pas dans celle de Luke Plapp”.

Lors de la Vuelta, Vine s'est vengé en premier à Pico Jano, en accélérant hors du groupe maillot rouge au pied de l'ascension et en cédant à peine un mètre à Evenepoel lorsqu'il a commencé sa propre attaque dans le final. Ce matin-là, Vine avait prévu de faire partie de l'échappée matinale, mais une crevaison l'a forcé à changer de stratégie, tandis que la pluie abondante n'a guère aidé son moral. En fin de compte, il a fait preuve d'une intensité étonnante. “Cela a confirmé pour l'avenir qu'il y a des choses plus importantes que de gagner des étapes”, dit-il.

Deux jours plus tard, Vine s'est de nouveau imposé à Colláu Fancuaya, cette fois en suivant le scénario en entrant dans la cassure et en semblant presque se défaire de ses compagnons du calibre de Thibaut Pinot sur un terrain qu'il avait intensément étudié au préalable. “Je connaissais toutes les côtes parce que j'avais passé une heure à cliquer sur Google Street View avec ma femme”, explique-t-il.

Une troisième victoire aurait pu suivre à Sierra Nevada une semaine plus tard si Vine n'avait pas dépensé autant d'énergie à la recherche de points de roi de la montagne. Il a eu des raisons de regretter cet effort lorsqu'il a chuté lors de la 18ème étape, mais il insiste sur le fait que cette déception a été de courte durée. “J'étais ennuyé parce que je voulais gagner une autre étape”, dit-il. “Mais le point positif de la perte du maillot est que je vais apprendre à vivre avec”.

Vine commence l'année 2023 dans un tout autre maillot. “Je peux dire que cela s'est passé avant la Vuelta, donc cela n'avait rien à voir avec les étapes de la Vuelta”, dit maintenant Vine. “Mais à part ça, je suis sous accord de non-divulgation pour une durée indéterminée”.

04-09-2022 Vuelta A Espana; Tappa 15 Martos – Sierra Nevada; 2022, Alpecin – Deceuninck; Vine, Jai; Sierra Nevada; – Photo by Icon sport

Tadej Pogačar est, bien sûr, l'alpha et l'oméga de la nouvelle équipe de Vine, mais cela ne signifie pas que le Canberran n'aura pas d'opportunités. Bien que Vine n'ait pas divulgué son programme complet de courses, João Almeida a laissé entendre le mois dernier que l'Australien serait à ses côtés au Giro d'Italia. Lors des Championnats d'Australie, Vine a également expliqué qu'il n'était pas au mieux de sa forme et qu'il se retenait de s'entraîner car “mes objectifs sont fixés en mai et juin – vous pouvez prendre ce que vous voulez de ces dates”.

Au Tour Down Under, la semaine prochaine, Vine visera les honneurs du classement général et, grâce à son surprenant titre national en contre-la-montre, le prologue ne devrait pas être un obstacle.

À plus long terme, cette performance dans le contre-la-montre est de bon augure pour les chances de Vine de viser le classement général d'un Grand Tour, même si le coureur de 27 ans est circonspect à l'idée de courir pour le classement général plutôt que pour les victoires d'étapes. “Je n'aime pas minimiser les gens qui arrivent dans le top 10”, dit-il. “Mais je ne me souviens pas de qui est arrivé septième en Suisse en 2015, alors qu'il y a une photo du gars qui a gagné la 6e étape.” L'homme dont les watts parlaient d'eux-mêmes n'a pas fait le transfert juste pour faire du chiffre. “Il est clair que l'équipe ne m'a pas engagé pour être un simple équipe”, déclare Vine. “Ça va être passionnant”.


Dernières publications

En haut