Le bilan du Jazz d’Utah

0
Ligue 1

Tout a changé pour les Utah Jazz le 5 Juillet 2017. Gordon Hayward, meilleur joueur du Jazz annonce son intention de rejoindre son mentor Brad Stevens aux Celtics de Boston. A partir de là, Quinn Snyder et le Front Office du Jazz vont donc se creuser la tête pour faire du Jazz un prétendant aux PO. Rien de plus dur lorsque l’on perd son meilleur joueur. L’heure de faire le bilan du Jazz a sonné !

La Draft : Oh le joli steal..

With the 13th pick of the 2017 NBA Draft, the Utah Jazz select Donovan Mitchell from Louisville University. Et voilà comment la destinée de la franchise mormonne a changé lors de la saison. Bien sur, on ne peut pas savoir ce que le Jazz aurait fait sans Donovan Mitchell. Alors focalisons nous sur l’extraordinaire saison du Jazz.

La saison

Utah Jazz
Source : Thedailydunk

On avait prédit l’enfer au Jazz : départ de Gordon Hayward et George Hill, arrivée de Ricky Rubio. Wesportfr, comme de nombreux autres observateurs avaient bouté les Jazzmen hors des PO. La claque était rude pour le dernier demi-finaliste de la conférence Ouest, mais pendant que d’autres se renforçaient, le Jazz lui, avait perdu son meilleur joueur scoreur créateur.

Et si on faisait fermer sa gueule taire tous les observateurs. Voilà comment on pourrait titrer la saison du Jazz. Après plusieurs semaines en sortie de banc, Mitchell saisit sa chance, intègre le 5 majeur pour ne plus jamais le quitter. 20,5 points, 3,8 rebonds et 3,7 assists de moyenne / rencontre. Aux portes du trophée de Rookie de l’année.

A ses côtés, le meilleur défenseur de l’année, Rudy Gobert. Le Frenchy du Jazz a tapé du poing sur la table. Et toute la défense du Jazz a suivi son patron pour devenir redoutable. Gobzilla a été tout simplement impressionnant. 2,3 contres / Match accompagnés d’un double double de moyenne 13,5 pts et 10,7 rbds.

Pour accompagner tout ça une flopée de joueurs qui ont su élever leur niveau de jeu pour permettre au Jazz de réussir une incroyable série de 21 victoires en 23 matchs début Janvier. Tout cela a été saupoudré par le talent de l’incroyable Joe Ingles. Excellent Shooteur à 3pts, bon défenseur avec un QI basket au-dessus de la moyenne, Joe Ingles a régalé l’Utah de superbes performances.

La fin de saison, une défense de fer à tous les instants qui fait du Jazz la 2nde meilleure de la ligue en ratings défensifs. Une magnifique 5ème place avec un total de 48 Victoires pour 34 défaites et un superbe majeur levé à tous ceux qui, comme moi, avait fait dégringoler le Jazz au-delà de la dixième place de la conf Ouest.

Playoff : La cerise sur le gateau

Finir 5ème de la conférence Ouest et devoir se taper le Big 3 du Thunder + Adams. Sympa le cadeau pour récompenser la saison, mais voilà c’est les Playoffs et à ce niveau là tout le monde est difficile à jouer.

Et là encore le Jazz déroule, en 6 matchs, Utah écarte OKC d’une main de maître et renvoie Westbrook à ses statistiques, PlayOff P (PG13) à Los Angeles, C.Anthony à son avenir de basketteur… Gobert à même fait passer Steven Adams pour un petit Kiwi tout sucré qu’on garde dans sa poche quand on a un petit creux. Quinn Snyder à, quand à lui a complétement OutCoach Billy Donovan.

Du coup direction la demi de conférence face aux Rockets du M.V.P. James Harden et du chat noir Chris Paul. Si le Jazz réussit à reprendre l’avantage du terrain en remportant le match 2, Houston est bien trop fort et appuie fort sur l’accélérateur pour mettre un terme à la superbe aventure des Jazzmen. Score finale 4-1, bonne vacances Utah et à la saison prochaine.

Le M.V.P. du Jazz

Donovan Mitchell
Photo by : Gene Sweeney Jr.

Comment ne pas citer Donovan Mitchell ??? Le jeune joueur du Jazz a ébloui tous les observateurs tant son basket a transforme l’avenir à court terme du Jazz. Le possible Rookie de l’année nous a régalé tout du long. Avec à seulement 20 ans toute la panoplie d’un attaquant complet. Le plus, il remporte le concours de Dunk du ASG, et dans une carrière ça compte. n’est-ce pas Vince Carter ?

Mais pour moi, un joueur a également su élever son niveau de jeu. Enfin, ai-je envie de dire. Quel saison pour Ricky Rubio ! Si statistiquement il n’y a rien d’impressionnant, Rubio est le chef d’orchestre de cet effectif du Jazz. Un relais serein et intelligent pour Coach Snyder. Une complémentarité Franco-espagnol qui pique les yeux, mais qui a permis au Jazz de régaler toute la saison. Le chef d’oeuvre du meneur de poche espagnol, réduire Russel Westbrook au rang de spectateur dans leur série de Playoff.

La saucisse de la rédac’
Rodney Hood
Source : Sports Illustrated

Ce joueur aurait du être le leading scoreur du Jazz, il a fini remplaçant du concierge chez les Cavs. Bravo à Rodney Hood. Se faire piquer sa place de starter par Donovan Mitchell passe encore, mais alors traverser la saison comme une ombre alors que le joueur a du talent : Carton Rouge

L’avis de la rédac
Quin Snyder
Source : 2for1hoops.com

Toutes nos excuses au Jazz d’Utah. Non content de vous avoir critiqué la saison passée pour votre jeu pas très fun, je vous avais enterré cette saison après les pertes de Hayward et Hill. Merci de m’avoir gentiment renvoyé à mes études de basketteur. Surtout merci de nous avoir régalé tout au long de la saison grâce à un basket plaisant, rythmé, défensif. Tout ce que l’on aime dans la rédac de wesportfr. En espérant un été serein et un retour en forme à l’automne. Merci Utah, rendez-vous en Octobre.

PS : Dans l’Utah la Free Agency pourrait bouleverser beaucoup de choses… A surveiller !

Peace…

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here