Basketball

Le débat de la semaine : faut-il continuer à reporter les matchs NBA ?

Depuis que la saison a repris le 22 Décembre dernier, ce sont pas loin de 23 matchs qui ont été reportés à cause de la pandémie de coronavirus. Cette dernière touche durement les USA, et frappe de plein fouet les sportifs, ainsi que leurs staffs et dirigeants. Le 23 Décembre, un premier match était reporté, les Rockets n'ayant pu affronter le Thunder. Depuis, ce sont 24 des 30 équipes qui ont subi au moins un report. Les Grizzlies et les Wizards sont au triste tableau d'honneur, avec déjà 6 matchs non joués. Une question se pose, bien que la NBA revoit toutes les semaines son “health & safety protocol” : faut-il continuer à reporter les matchs NBA ? 

Cascade de forfaits

Pour qu'une équipe puisse jouer, il lui faut au moins 8 joueurs déclarés comme aptes. Bien souvent en cas de contagion ou même de suspicion, les franchises ne réunissent pas le nombre requis, et le match est reporté à une date ultérieure. Comme dit plus haut, cela dure depuis le début de la saison, et touche quasiment tout le monde. Très peu ont été épargnées, tandis que plusieurs franchises ont été touchées durement. C'est le cas par exemple des Grizzlies, qui n'ont plus joué depuis le 18 Janvier. 6 de leurs matchs ont été annulés et reportés à une date ultérieure. En y regardant de plus près, on peut y desceller des problèmes. Memphis revenait bien dans la course, avec 5 victoires de suite. Ja Morant, remis d'une blessure à la cheville, participait aux efforts défensifs, faisant de Memphis l'une des meilleurs en la matière. Les deux matchs annulés contre Portland devaient se jouer sans McCollum et Nurkic en face, de retour depuis. Pour l'équité sportive, on repassera.

Même cas de figure du côté des Wizards, qui ont également vu 6 matchs être reportés. Tout comme les Grizzlies, ces matchs seront reportés en deuxième partie de saison. Les deux équipes pourraient donc avoir à jouer 41 matchs en à peine 67 jours. Un casse-tête fou, le coach de Washington voyant lui ça comme un challenge. Il déclarait il y a peu que “ce n'est pas la place qu'ils aimeraient occuper, mais nous avons rejoué (dimanche contre les Spurs, défaite 121-101, ndlr) et c'est le principal. Cela faisait longtemps, cela nous a manqué. J'espère juste que nous n'aurons plus à faire face à ce genre de situation.” 

Quelles solutions ?

Le porte parole de la NBA a été très clair, il n'y aura pas d'arrêt de la saison, en tout cas pas maintenant. Mike Bass déclarait récemment que “nous avions prévu qu'il y aurait des reports de matches et avons planifié le calendrier en conséquence. Il n'est pas prévu d'interrompre le championnat et nous continuerons à être guidés par nos experts médicaux.” Pour l'instant, le Health & safety protocol a plus ou moins tenu la route. Sur les 30 franchises NBA, 24 ont au moins un match reporté, seules 6 ont été épargnées. Les deux franchises de New York, les deux franchises de Los Angeles, les Nuggets et Toronto, qui joue toujours à Tampa Bay en Floride. Parmi les joueurs de NBA, de grosses stars ont été testées positives, comme Butler ou encore Tatum. Brown, son coéquipier aux C's, a lui aussi été touché. Contraits à l'isolement pendant 14 jours, cela créé des déséquilibres entre les équipes, et prive certaines franchises de leur franchise player pendant un sacré laps de temps. Le contexte est d'autant plus tendu lorsque le virus circule activement dans une équipe, rendant chacun tour à tour cas contact de son voisin.

Reculer pour mieux sauter

La NBA a annoncé d'ailleurs qu'elle avait reculé l'heure de début de 20 matchs, afin de pouvoir réaliser des tests PCR le jour même, et avoir plus de temps pour analyser les résultats et laisser les joueurs participer au match, plutôt que d'annuler en cas de doute. Pas une finalité en soi, cette décision permet juste d'éviter des reports arbitraires, sans vraie décision médicale fondée. Cependant, cela ne créé pas une vraie issue, comme l'était la bulle d'Orlando cet été. Impossible à reproduire avec 30 franchises, cette solution avait pourtant été une bénédiction. La saison, déjà tronquée de 10 matchs, ne devrait pour l'instant pas s'arrêter donc, sauf retournement important. Les matchs devraient donc continuer à être annulés au fil de l'eau, rendant l'équité des chances impossible. Si le titre des Lakers avait été critiqué l'année passée pour son contexte, alors que dire de cette saison régulière…

Pas de consensus donc, la NBA s'en remet toujours à ses experts médicaux pour lui dicter la bonne parole. Il faudra sûrement, à un moment ou un autre, prendre des décisions plus musclées et sévères. Les récentes frasques de Harden ou Irving sont à bannir, rendant la vie de certains sportifs dangereuse. Le pauvre Towns, qui a lui aussi contracté le covid19 après que 7 de ses proches en soient décédé, doit sûrement voir tous ces comportements d'un très mauvais oeil… 


Antoine Pecchia

Gone de Gerland en exil à Roazhon. Oviedo est ma ville préférée d'Espagne. Il est grand temps de rallumer les étoiles.

Dernières publications

En haut