Basketball

Le Débat de la semaine : le Jazz enfin crédible ?

C’est la belle histoire de cette saison en NBA. Utah est en tête de la conférence Ouest et la bonne surprise semble partie pour durer. Alors, le Jazz est-il enfin devenu un candidat crédible au titre NBA ? C’est la question à laquelle nous allons tenter de répondre.

La stabilité comme maître-mot

Très peu actifs durant l’intersaison, le Jazz a fait confiance à l’équipe qui avait échoué l’an dernier au premier tour des plays-offs. Pourtant, cet effectif semble enfin avoir passé un cap et profité de cette stabilité pour mettre en place un collectif à toute épreuve. Oubliée la petite brouille entre Donovan Mitchell et Rudy Gobert, les vraies-fausses rumeurs de départ du pivot français, Utah est un rouleau-compresseur, un peu à l’image des Raptors lors de la saison 2018-2019, année de leur titre NBA. Peut-on pousser la comparaison et imaginer Utah remporter également son premier titre ? Le parallèle n’est pas si évident. Car en face, la concurrence semble beaucoup plus forte, et surtout beaucoup plus nombreuse qu’en 2019. Outre le Jazz, Philadelphie, les deux franchises de L.A, Brooklyn ou même Boston et Milwaukee semble destinés à lutter pour la victoire finale.

Source : @NBA Twitter

Un collectif  (trop) homogène ?

Certes le Jazz s’appuie en grande partie sur son duo Gobert-Mitchell mais surtout, ces deux joueurs sont formidablement bien entourés et le cinq majeur ne semble pas avoir de faille particulière là où les concurrents ont tous un petit point faible (à l’image de Brooklyn qui manque d’un big man d’envergure). Car à Salt Lake City, c’est chaque jour un nouveau joueur qui sort de sa boîte pour venir prêter main forte aux deux superstars. Mike Conley un jour, Bojan Bogdanovic un autre, Jo Ingles un troisième jour. Rajoutez à cela un sixième homme en feu, candidat à la distinction de 6th Man of The Year, en la personne de Jordan Clarkson, des role players bien dans leur peau (Royce O’Neale) et vous obtenez une équipe cabale de tenir la dragée haute à ses concurrents sur la durée.

Quelques stats individuelles (moyennes sur la saison) :

Rudy Gobert : 13.4 pts / 13.5 rebonds
Donovan Mitchell : 24 pts / 4.3 rebonds / 5.1 assists
Joe Ingles : 10.7 pts / 3.6 rebonds/ 4.6 assists
Bojan Bogdanovic : 15.9 points / 4 rebonds
Mike Conley : 16.5 points / 5.8 assists
Jordan Clarkson : 17.4 points, 4.3 rebonds

L’absence d’une superstar préjudiciable ?

On le sait, les équipes championnes possédaient toujours (ou presque) l’un des tous meilleurs joueurs du monde dans leur roster. Et c’est peut-être là que le bas blesse pour le Jazz. Malgré la présence des All-Stars Gobert et Mitchell, Utah ne semble pas posséder LE joueur capable de mener son équipe vers le titre. Alors que Brooklyn a KD, que LeBron et Davis ont prouvé l’an dernier pouvoir hisser leur niveau en postseason, que Kawhi a déjà porté à lui seul une équipe vers sa première bague NBA, les incertitudes concernant le Jazz sont nombreuses lorsque se présenteront les matchs à élimination.

2020 encore dans les mémoires ?

Petit rappel des faits : premier tour des play-offs 2020. Utah mène 3-1 face à Denver et semble bien parti pour éliminer le 3eme de la conférence Ouest. Problème ? le Jazz va choke comme jamais, perdre les trois derniers matchs de la série et terminer sa saison sur cette contre-performance.

Un traumatisme qui peut rester plusieurs années dans les têtes des joueurs qui devront faire l’impasse sur ce souvenir et forcer leur mental s’ils veulent écarter les grosses cylindrées de leur passage. Mais pour une fois, les hommes de Quin Snyder devraient faire office de favoris au moins lors du premier tour s’ils continuent leur razzia sur les matchs de saison régulière et parviennent à garder leur place dans le trio de tête jusqu’à la fin. Un avantage qui pourrait faire pousser des ailes aux joueurs du Jazz.

Alors oui, Utah est en tête de la conférence Ouest avec le meilleur bilan de la Ligue. Oui le Jazz reste sur 15 victoires lors des seize derniers matchs, mais la tâche sera rude pour atteindre les Finales NBA et remporter le titre suprême. Si les coéquipiers de Rudy Gobert veulent enfin arborer une bague à leur doigt, ils n’auront le droit à aucun faux-pas et devront espérer que la chance vienne leur donner un coup de main…

Credits image : theathletic.com

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire