Championnats Etranger

Le football dans le métavers : La Serie A, le modèle à suivre ?

L'AC Milan, en quête d'un premier titre de Serie A en 11 ans, a suscité beaucoup de suspense et d'émotions pour les spectateurs présents à San Siro cette saison. Mais qu'en est-il de ceux qui regardent dans le métavers ?

Le 1er mai, les amateurs de football de la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord ont eu l'occasion de profiter d'une première mondiale lorsque le match de championnat de Milan contre la Fiorentina a été diffusé dans ce monde virtuel – une innovation qui n'a encore été tentée par aucune autre grande ligue européenne.

Le terme “Metaverse” est devenu un mot populaire dans le monde virtuel, mais qu'est-ce qu'il signifie ? Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, qui a rebaptisé sa société Meta l'année dernière, l'a qualifiée d'”Internet incarné”, où l'on vit l'expérience, sans se contenter de la regarder.

Il a ajouté : “Dans le métavers, vous serez en mesure de faire presque tout ce que vous pouvez imaginer – vous réunir avec vos amis et votre famille, travailler, apprendre, jouer, faire du shopping, créer. Pensez au nombre de choses physiques que vous possédez aujourd'hui et qui pourraient n'être que des hologrammes dans le futur. Votre télévision, votre configuration de travail parfaite avec plusieurs moniteurs, vos jeux de société et bien d'autres choses encore.”

Le métavers, un nouveau canal de diffusion ?

C'est ce qu'espèrent les responsables de la Serie A, qui s'efforcent d'accroître l'attrait du championnat. La Serie A a donné à 10 000 fans de la région Afrique du Nord / Moyen-Orient la possibilité d'accéder à sa salle virtuelle sur le métavers, équipée de fonctionnalités telles qu'un chat pour interagir avec les autres utilisateurs, un quiz à jouer et un écran de télévision pour regarder le match, via des jetons numériques uniques et gratuits.

Sayed Hassan Al Mousawi, 26 ans, originaire de Bahreïn, faisait partie des plus de 7 000 fans qui se sont connectés virtuellement pour le match Milan-Fiorentina. Il est entré dans le métavers chez lui à l'aide d'un appareil connecté (il peut s'agir d'un téléphone, d'une tablette, d'un ordinateur portable ou d'un PC) et s'est déplacé (enfin, son avatar) via un écran tactile.

Dans la pièce virtuelle dans laquelle il est entré, il y avait un écran de télévision virtuel et sur cet écran de télévision, le match pouvait être regardé comme sur une télévision standard (voir image ci-dessous).

Des possibilités d'interactions nombreuses

Il peut également choisir des statistiques générales ou relatives au match via ces deux zones du monde virtuel… Vous pouvez aussi discuter avec les gens et “aimer” les commentaires via ces boutons…

“Je pouvais regarder le match, courir partout et lire les statistiques avec mon avatar”, explique Al Mousawi sur le site de la Série A. “J'ai également enfilé le nouveau kit de la campagne antiraciste de la Serie A. Je suis un développeur de logiciels, donc pour moi, il était très facile d'accéder au jeu. J'ai téléchargé une application, utilisé le lien fourni sur les médias sociaux et suis entré dans le métavers avec mon téléphone. La connexion était stable, pas de retard du tout. Une chose est, je ne pouvais pas passer en plein écran ou zoomer, et c'était ennuyeux. La ligue italienne de football s'adresse à ce qu'on appelle la génération Z, un public jeune, supposé inattentif, qui veut interagir avec ses pairs tout en regardant un match.” a ajouté le fan de football.

L'idée est qu'ils puissent faire tout cela sans quitter leur monde numérique. La Serie A revendique environ 520 millions de fans dans le monde, mais la plupart ont plus de 35 ans et comme presque tous les grands noms du football jouent en Angleterre ou en Espagne, un pas dans une direction différente était peut-être inévitable.

Dynamiser la Serie A

Après un projet pilote visant à comprendre le potentiel de cette nouvelle façon de diffuser le jeu, l'objectif est maintenant de l'utiliser pour générer des revenus. Cet essai dans la région n'a été possible que parce qu'il n'y a pas de diffuseur officiel de la Serie A dans cette région. Il n'aurait pas été possible en Italie à l'heure actuelle, où Sky et DAZN ont les droits de diffusion des matches. À l'heure du renouvellement des contrats, la Serie A pourrait toutefois se partager les droits de diffusion des matchs sur le métavers et les vendre à qui veut les acheter.

Cette initiative est la dernière mesure prise par la ligue pour tenter de se moderniser. Elle a commencé il y a deux ans avec le lancement de l'eSerie A, une compétition officielle d'eSports. La Serie A s'est également lancée dans le monde controversé des crypto-monnaies – elle a signé le premier programme de parrainage entre une ligue de football et une plateforme de crypto-monnaies en mai de l'année dernière.

La Serie A a également développé son infrastructure de diffusion, en ouvrant son nouveau centre international de diffusion en octobre dernier à Milan. Dans ce centre, tous les matchs de première division italienne sont produits, montés, envoyés aux diffuseurs et commentés en italien, arabe et anglais. Cinq flux publicitaires virtuels, affichés sur des panneaux LED localisés dans différents pays du monde, sont créés pour chaque match. Les personnes qui regardent le match aux États-Unis voient des publicités différentes de celles qui regardent le même match en Italie.

La Serie A, une révolution technologique en cours ?

Cette attitude pionnière ouvre-t-elle la voie à des possibilités de diffusion révolutionnaires ? La Serie A semble le croire. À l'avenir, il se pourrait que vous puissiez porter des lunettes de réalité virtuelle et être transporté à San Siro ou dans tout autre stade, ce qui porterait l'expérience à un tout autre niveau.

“Nous avons choisi d'être les premiers à diffuser un match de football dans le métavers parce que nous pensons que la frontière de l'innovation technologique est extrêmement importante pour un championnat moderne comme la Serie A”, a déclaré Luigi de Siervo, directeur général de l'organisation.

Al Mousawi regarderait-il à nouveau un match dans le métavers ? “Dans l'ensemble, c'était une expérience agréable, mais si je devais le faire, je préférerais payer pour regarder un match sur un ordinateur ou une télévision, car la petite taille de l'écran était un problème. Dans l'ensemble, c'était une expérience agréable, mais si je devais le faire, je préférerais payer pour regarder un match sur un ordinateur ou une télévision, car la petite taille de l'écran était un problème. Je suis un fan de l'Inter, donc quand les Nerazzurri jouent, je suis assez concentré.

Les avis sont encore partagés, ce qui est typique d'une période de transition. Il est difficile de prévoir comment les choses vont évoluer, car ce que nous voyons dans le football n'est que le reflet de changements sociaux plus importants.

Mais il est bon de rappeler qu'il n'y a pas si longtemps, un modèle de télévision payante était controversé et semblait avoir peu de chances de réussir. Il y a quelques années, la diffusion en continu de matchs sur l'internet relevait du fantasme technologique. Puis sont apparus les deuxième et troisième écrans, et maintenant le métavers. Tout est possible.

À lire aussi – Une dernière journée de Ligue 1 explosive

Dernières publications

En haut