Ça roule…

Le top 100 des meilleurs cyclistes (du 90è au 81è)

Entre le Giro et le Tour de France, la rédaction cyclisme de WeSportFr a décidé de classer les 100 meilleurs cyclistes de la deuxième moitié du XXè siècle à nos jours. Aujourd’hui, place aux coureurs classés entre la 90è et la 81è place.

Après les 10 derniers de ce classement, remettons un peu le classement pour passer de la 90e à la 81e place entre coureurs très anciens et d’autres plus modernes.

89e – Rudi Altig (Allemagne)

Né à Mannheim, haut lieu de la piste Allemande, et petit frère du bon pistard Willi, Rudi Altig a commencé à glaner ses premiers bouquets et ses premières médailles sur la piste Outre-Rhin. Ensuite, Rudi a conquérait le monde de la poursuite avec deux titres en poursuite en 1960 et 1962. Mais, c’est en 1962 que le puissant Germanique devient imbattable sur la route. Cette même année, il a remporté le Tour d’Espagne avec trois succès d’étape. Par la suite, sa puissance lui a permis de s’imposer sur de nombreuses courses d’un jour avec notamment des monuments. Il a remporté le Tour des Flandres en 1964 et Milan-San Remo 1968. Sans oublier, il a continué à briller sur les routes du Tour avec cinq nouveaux succès d’étape et sur le goudron du Giro avec 4 bouquets. Enfin, le plus grand moment de sa carrière restera son titre mondial à domicile, au Nürburgring en 1966. Malheureusement ce titre est entaché de polémique comme le refus de donner son urine pour un contrôle antidopage. Enfin, 66, c’est également son nombre de succès professionnel.

89e ( à égalité) Eric Leman (Belgique)

Éric Leman est un des noms importants des courses Flandriennes au début des années 70. Éric a inscrit son nom sur la course pour l’importance pour un Flamand : le Tour des Flandres. Vainqueur en 1970, 1972 et 1973, Éric est toujours un des codétenteurs du record de succès sur cette classique. Mais, il ne faut surtout pas oublier que Leman a été un chasseur d’étape sur les Grands Tours avec cinq étapes sur le Tour de France, dix sur Paris-Nice, huit sur le Tour d’Andalousie et deux étapes sur le Tour d’Espagne.

88e – Denis Menchov (Russie)

Denis Nikolaïevitch Menchov était un spécialiste des courses par étapes dans les années 2000. Très prometteur chez les jeunes, le Russe a été formé à l’école Eusebio Unzué chez Banesto. Parti chez Rabobbank, Denis a eu l’honneur de gagner deux Grands tours : le Tour d’Espagne en 2007 et le Tour d’Italie en 2009. Cependant, le Tour de France a toujours résisté à ce coureur endurant. Mais The Silent Assassin (c’est son surnom) est tout de même monté sur le podium en 2008 à la troisième place. En plus d’un succès sur le Tour du Pays basque en 2004, Menchov a eu de nombreuses places d’honneur sur les courses d’une semaine ainsi que quelques succès d’étape.

87e – Michele Bartoli (Italie)

Michele Bartoli est un spécialiste des courses d’un jour en remportant 6 Classiques : le Tour des Flandres en 1996, Liège-Bastogne-Liège en 1997 et 1998, le Tour de Lombardie en 2002 et 2003 et la Flèche wallonne en 1999. Son physique longiligne lui a permis de briller sur les courses vallonnées. Néanmoins, il était très à l’aise aussi dans les Flandriennes. Deux autres belles courses d’un jour figurent à son palmarès Championnat de Zurich 1998 et l’Amstel Gold Race 2002. Malheureusement, le Champion d’Italie sur route 2000 n’a jamais été un coureur de courses par étapes avec deux succès d’étape tout de même sur son Tour d’Italie. Personnellement, l’image que je garderai de lui, c’est son duel avec VDB dans La Redoute.

86e – Andreï Tchmil (Moldavie – Ukraine – Belgique)

Même si on a peu d’informations sur sa carrière amateur dans le bloc soviétique, Andrei était sans aucun doute un des plus doués avec des succès sur le Grand Prix International La Farola à Cuba et une étape de la Vuelta a Colombia. C’est à seulement 26 ans que Tchmil débarque dans le monde professionnel mais un statut d’équipier. C’est surtout en arrivant chez Lotto qu’il va devenir un excellent coureur de course d’un jour en remportant d’abord l’Enfer du Nord. De plus, le Belgo-Moldave a inscrit son nom à Paris-Tours en 1997, à Milan-San Remo en 1999 et à Tour des Flandres en 2000. Enfin, Andrei a un nombre incroyable de places d’honneur sur les courses d’un jour. Il est aujourd’hui très engagé dans le sport Moldave. D’ailleurs, un des meilleurs souvenirs d’enfance sur la Primavera est ce démarrage à 600 mètres de la ligne pour s’imposer.

85e – Fiorenzo Magni (Italie)

Voici l’un des champions Italien des années 1940 et 1950 avec Fausto Coppi et Gino Bartali ! Ce légendaire coureur est le premier à inscrire son nom sur une étape des trois Grands Tours mais il a aussi remporté trois fois à la suite le Tour des Flandres ainsi que trois Tours d’Italie (1948, 1951 et 1955). Excellent rouleur, il a détenu les records du monde des 30 miles, du 50 km et du 100 km. Sinon, on peut citer des nombreuses courses d’un jour à son palmarès comme ses trois titres nationaux sur route, trois Tours du Piémont, deux Tours du Latium ou encore deux fois Milan-Modène. Beaucoup de très anciens l’auraient placé bien plus haut ainsi que de nombreux tifosi.

84e – Charly Mottet (France)

Charly Mottet fera dès ses débuts des ravages dans le peloton professionnel en étant meilleur jeune du Tour de France et en remportant le Tour de l’Avenir. Gros rouleur (avec trois victoires au Grand Prix des Nations), il est capable d’être performant sur les courses d’un jour accidenté, ce qui lui a permis de lever les bras sur le Tour de Lombardie en 1988 et le Grand Prix de Zurich en 1990. Charly est le codétenteur du record du victoire sur le Critérium du Dauphiné libéré avec trois succès. Malheureusement pour Mottet, il n’a jamais réussi à monter sur le podium du Tour de France (4e en 1987 et 1991) alors qu’il a fini deuxième d’un Giro en 1990.

83e – Stuart O’Grady (Australie)

Né dans une famille de cyclistes et comme tous les Australiens, il a commencé sa carrière sur la piste en y remportant une médaille d’argent en poursuite par équipes en 1992 aux Jeux olympiques de Barcelone et deux médailles de bronze, à la course aux points et en poursuite par équipes à Atlanta en 1996. Roger Legeay décide alors de le faire passer pro sur la route en 95 avec succès. Rapide au sprint et très résistant, il réussit à briller au sprint et sur les Classiques. Stuart a remporté Paris-Roubaix en 2007 et HEW Cyclassics en 2004 et a levé les bras deux fois sur le Tour. Après un titre olympique sur l’Américaine en 2004, il deviendra un équipier important en participant à 17 Tours de France consécutif.


82e – Hennie Kuiper (Pays-Bas)

Kuiper a été un des coureurs les plus complets du milieu des années 70 au milieu des années 80. Après une carrière amateur des plus prometteuses avec un titre olympique de la course en ligne, il a brillé aussi bien dans les classiques en glanant Paris-Roubaix, le Tour des Flandres, Milan-San Remo et le Tour de Lombardie ainsi que dans le Tour de France qu’il termine deux fois à la deuxième place. Sur cette course, a notamment réussi l’exploit de s’imposer deux fois consécutivement (1977 et 1978) à l’Alpe d’Huez pour ce gros moteur. Après la fin de sa carrière, il est devenu manager d’équipe dans les équipes Telekom en 1991 et Motorola de 1992 à 1996. Aujourd’hui, il est toujours assez engagé dans le cyclisme Néerlandais.

81e – Gianbatista Baronchelli (Italie)

Grand espoir du cyclisme Italien au début des années 70, Gianbatista n’a pas tardé à se montrer à l’aise chez les pros. Dès sa première année, il est monté sur la boîte du Giro 1974 à la deuxième place à seulement 12 secondes du Grand Merckx. Même si ne remporta jamais la course au maillot rose, Baronchelli a continué à briller sur cette course : deuxième en 1978, troisième en 1977, cinquième en 1976, 1980 et 1982, sixième en 1984 et 1985 et dixième en 1975 et 1981. Cependant, le Tour de France n’a jamais été sa tasse de thé. A la fin de sa carrière, et 15 saisons dans le peloton pro, il a totalisé 94 victoires professionnelles dont six succès consécutifs sur le Tour des Apennins et deux Tours de Lombardie (1977 et 1986).

Demain, c’est au tour des coureurs classés entre la 80è et la 71è place dans ce classement du GOAT de la “Petite Reine”.

Photo : ProCyclingStats et RTBF.be



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
porta. efficitur. eget justo suscipit Praesent