Le Top/Flop de la Draft NFL 2019

Après vous avoir présenté les bonnes affaires de cette Draft 2019 et une analyse du 1er tour, WeSport revient pour vous sur les équipes qui ont réalisé des sélections prometteuses et celles qui, a contrario, ont effectué un repêchage assez douteux lors de cette Draft NFL.

CONFÉRENCE NFC

C’est tout bon :

Arizona Cardinals :

Kyler Murray (N°1, QB Oklahoma) ; Byron Murphy (N°33, CB Washington) ; Andy Isabella (N°62, WR Massachusetts) ; Zach Allen (N°65, DE Boston College) ; Hakeem Butler (N°103, WR Iowa State) ; Deionte Thompson (N°139, S Alabama); Keesean Johnson (N°174, WR Fresno State) ; Lamont Gaillard (N°179, C Georgia) ; Joshua Miles (N°248, OT Morgan State) ; Michael Dogbe (N°249, DT Temple) ; Caleb Wilson (N°254, TE UCLA)

Oui, choisir en première position lors de chaque tour facilite forcément la tâche. Oui, avoir un nombre de trous important dans son effectif donne plus facilement l’impression de les combler et de réussir sa Draft. Et pourtant, souvenez vous des Browns il y a encore peu de temps. Les Cardinals ont non-seulement drafté sur des postes à besoin, mais ils l’ont très bien fait.

Besoin d’un cornerback ? Byron Murphy était un des meilleurs CB cette année et sera un solide starter aux côtés de Patrick Peterson (s’il reste). Draft ausi intelligente chez les receveurs, avec les sélections du speedster Andy Isabella ou du grand et costaud Hakeem Butler qu’on attendait plus haut. Bonne opération aussi avec la sélection de Zach Allen au 3ème tour, un joueur qui colle parfaitement à la défense de Vance Joseph et qu’on attendait là encore bien plus haut.

Dans les autres choix, on ne remarque aucune fausse note et on voit même de futurs bons joueurs de rotation (Gaillard, Wilson) voir plus. Si on devait miser sur une équipe pour succéder aux Saints 2017 et aux Colts 2018 pour le titre officieux de ”meilleure draft”, ce serait la franchise de Glendale.

Philadelphia Eagles :

Andre Dillard (N° 22, OT Washington State) ; Miles Sanders (N°53, RB Penn State) ; J.J. Arcega-Whiteside (N°57, WR Stanford) ; Shareef Miller (N°138, DE Penn State) ; Clayton Thorson (N°167, QB Northwestern)

Avoir peu de choix de Draft ne rime pas forcément avec sélections catastrophiques. Les Eagles en sont l’exemple parfait avec seulement 5 joueurs sélectionnés mais de bons choix partout. D’abord Philadelphie a comblé des besoins pressants. Monter de 3 places pour passer devant les Texans et aller chercher Andre Dillard, un des meilleurs OT de cette classe 2019, c’est finiment joué. Surtout quand on sait que leur tackle gauche titulaire a 37 ans, plus qu’un an de contrat et est sujet aux blessures. Autre besoin, le poste de running back. La sélection de Miles Sanders, un des coureurs les plus côtés, est parfaite pour aider Jordan Howard cette saison puis le remplacer l’an prochain.

Pour le reste, cela ne touche pas forcément des postes à besoin mais les choix sont intelligents. Arcega Whiteside complètera un groupe de receveurs fourni (Jackson, Jeffery, Agholor) et sera une vraie menace dans la red zone, et Miller est un jeune à potentiel qui sera utile dans la rotation sur la ligne défensive. De plus, la sélection d’un QB en fin de Draft quand on sait qu’il n’y avait pas vraiment de remplaçants derrière Carson Wentz après le départ de Nick Foles est plutôt logique. Félicitations !

Washington Redskins :

Il rêvait des Giants mais Dwayne Haskins jouera pour les Redskins (Crédits : Bleacher Report)

Dwayne Haskins (N°15, QB Ohio State) ; Montez Sweat (N°26, OLB Mississippi State) ; Terry McLaurin (N°76, WR Ohio State) ; Bryce Love (N°112, RB Stanford) ; Wes Martin (N°131, OG Indiana) ; Ross Pierschbacher (N°153, C Alabama) ; Cole Holcomb (N°173, LB North Carolina) ; Kelvin Harmon (N°206, WR NC State) ; Jimmy Moreland (N°227, CB James Madison) ; Jordan Brailford (N°253, EDGE Oklahoma State)

Coup de maître réalisé par les hommes de la capitale ! On savait que Washington voulait Dwayne Haskins, et bien les Redskins l’ont eu sans monter d’échange. Alex Smtih blessé pour une durée indéterminée et Case Keenum n’étant pas une solution à long terme, c’est le futur qui est préparé avec ce choix.

La suite de la Draft est tout aussi bonne. Montez Sweat était un des meilleurs pass rusher disponible, et Washington a profité de sa glissade jusqu’au 26ème rang pour monter un échange et combler un besoin. Quelques interrogations sur sa santé, mais l’opportunité était trop belle. On note aussi la sélection de McLaurin, qui connaît a joué avec Dwayne Haskins, et de la pépite Kelvin Harmon pour renforcer un groupe de receveurs assez médiocre l’an passé.

Pour le reste, Washington a apporté de la profondeur sur la ligne offensive et tenté le pari Bryce Love qui, s’il est en bonne santé et retrouve son niveau de 2017, sera une excellente affaire et formera un très bon duo de coureurs avec Derrius Guice si lui aussi n’est pas blessé. En résumé, Washington avait des besoins et les a brillamment comblé : que demander de plus ?

Dans le doute :

Tampa Bay Buccaneers :

Devin White (N°5, LB LSU) ; Sean Bunting (N°39, CB Central Michigan) ; Jamel Dean (N°94, CB Auburn) ; Mike Edwards (N°99, S Kentucky) ; Anthony Nelson (N°107, OLB Iowa) ; Matt Gay (N°145, K Utah) ; Scott Miller (N°208, WR Bowling Green) ; Terry Beckner Jr (N°215, DT Missouri)

Tampa avait des besoins avant cette Draft, et ils ne sont pas forcément bien comblés. Si le choix de Devin White en 5ème position est excellent pour remplacer Kwon Alexander, le reste est plus douteux. Le poste de CB était un problème, l’équipe a répondu en prenant 2 joueurs, mais ces joueurs ne sont pas forcément ceux que l’on attendait. Bunting colle peut-être au système défensif de Todd Bowles mais il y avait mieux à faire avec ce choix (Greedy Williams ?) et Dean n’est pas forcément le corner le plus rassurant.

On attendait aussi que Bruce Arians, nouveau coach de l’équipe, sélectionne un coureur et des joueurs de ligne offensive, deux secteurs en difficulté l’an passé, mais ce ne fut pas le cas. Espérons que Ronald Jones soit en pleine forme et montre son plein potentiel.

Tout n’est pas à jeter non plus. Edwards pourrait être un titulaire en tant que safety, Gay répond à un besoin sur le poste de kicker et Miller et Nelson sont deux hoix intéressants sur leurs positions respectives. Toutefois, ces sélections interviennent tard dans la Draft et ne peuvent pas compenser les choix ”moyens” fait plus haut. Espérons que le futur nous fasse mentir.

New York Giants :

Daniel Jones est-il le QB du futur pour les Giants ? (Crédits : USA Today)

Daniel Jones (N° 6, QB Duke) ; Dexter Lawrence (N°17, DT Clemson) ; Deandre Baker (N°30, CB Georgia) ; Oshane Ximines (N°95, DE Old Dominion) ; Julian Love (N°108, CB Notre Dame) ; Ryan Connelly (N°143, LB Wisconsin) ; Darius Slayton (N°171, WR Auburn) ; Corey Ballentine (N°180, CB Washburn) ; George Asafo-Adjei (N°232, OL Kentucky) ; Chris Slayton (N°245, DT Syracuse)

Peut-être l’équipe qui ressort de la Draft avec le plus de questions autour de ses sélections. Premier point délicat, la sélection de Daniel Jones en 6ème position. Si le choix du QB est discutable, sa sélection aussi haut l’est encore plus. Nombreux sont les observateurs à dire que Jones aurait été disponible pour le second choix des Giants (choix 17) voire même pour le troisième choix (choix 30) ! Les Giants ont eu peur de ne pas l’avoir, une peur qui leur coûte Josh Allen qui aurait fait un grand bien à leur défense.

Second cas épineux, Dexter Lawrence. Là encore le talent du joueur n’est pas remis en cause, mais ce n’était pas le besoin le plus urgent pour les Giants. On remarque aussi qu’aucun OL n’a été sélectionné avant le 7ème tour, un besoin qui aurait sûrement dû être fixé beaucoup plus tôt.

Le point positif est quand même la sélection de deux bons CB, Deandre Baker qui était un des meilleurs joueurs sur la position et futur titulaire, et Julian Love, très bonne opération à ce niveau.

Qu’on se le dise, New York n’a pas réalisé une très bonne Draft. Les joueurs de talent sont là sur le 1er tour mais pas forcément au bon moment et sur les bonnes positions. Le reste est au mieux moyen. Si Daniel Jones devient un très grand QB, le reste sera éclipsé. Peut être un mal pour un bien.

CONFÉRENCE AFC

C’est tout bon :

Denver Broncos :

Noah Fant (N°20, TE Iowa) ; Dalton Risner (N°41, OL Kansas State) ; Drew Lock (N°42, QB Missouri) ; Dre’mont Jones (N°71, DT Ohio State) ; Justin Hollins (N°156, OLB Oregon) ; Juwann Winfree (N°187, WR Colorado)

Les Broncos ont débuté cette draft en montant un échange avec Pittsburgh et ils s’en sont bien sortis. En acceptant de reculer du 10ème au 20ème choix, ils ont récupéré un choix du 2ème tour et ils ont quand même réussi à mettre la main sur l’excellent TE Noah Fant. C’est une très bonne nouvelle pour Joe Flacco qui devrait faire de Fant une de ses cibles privilégiées.

Grâce à l’échange avec les Steelers, les Broncos avaient donc deux choix au 2ème tour. Ils en ont profité pour renforcer leur ligne avec un bon lineman offensif (Dalton Risner) avant de jeter leur dévolu sur le QB Drew Lock. C’est un pari sur le long terme mais l’ancien QB de Missouri a un gros potentiel et il est intéressant de voir son développement au côté de Joe Flacco.

Avec d’autres joueurs intéressants choisis dans les tours suivants (Dre’Mont Jones, Justin Hollins) on peut dire que les dirigeants de Denver ont effectué une draft cohérente. Ils ont réussi à combler beaucoup de leurs besoins et c’est quand même l’objectif principal !

Indianapolis Colts :

Chris Ballard, GM des Colts, a encore réalisé une très bonne Draft (Crédits : Indystar)

Rock Ya-Sin (N°34, CB Temple) ; Ben Banogu (N°49, LB TCU) ; Parris Campbell (N°59, WR Ohio State) ; Bobby Okereke (N°89, LB Stanford) ; Khari Willis (N°109, S Michigan State) ; Marvell Tell (N°144, S USC) ; E.J. Speed (N°164, LB Tarleton State) ; Gerri Green (N°199, LB Mississippi State) ; Jackson Barton (N°240, OT Utah) ; Javon Patterson (N°246, C OleMiss)

Les grands vainqueurs de la draft 2018 ont remis ça. A la suite d’un échange avec Washington, les Colts ont fait l’impasse sur le 1er tour. Misant sur la densité de cette draft, ils ont profité de cet échange pour aborder le 2ème tour avec 3 choix et ils s’en sont très bien sortis !

Ils ont ainsi pu choisir Rock Ya-Sin en début de second tour. C’est un des meilleurs CB de cette draft et il devrait être titulaire dès cette saison. Autre bonne pioche, le linebacker Ben Banogu qui devrait former un joli duo de pass rusher avec Justin Houston. Ils ont également renforcé leur escouade de receveur en sélectionnant le prometteur Parris Campbell. C’est une excellente nouvelle pour Andrew Luck et T.Y Hilton qui auront enfin du renfort.

C’est donc encore une bonne draft pour les Colts. Ils avaient des besoins précis et ils les ont comblés avec des joueurs solides qui devraient être efficace rapidement.

Cleveland Browns :

Greedy Williams (N°46, CB LSU) ; Sione Takitaki (N°80, LB BYU), Sheldrick Redwine (N°119, S Miami), Mack Wilson (N°155, LB Alabama) ; Austin Seibert (N°170, K Oklahoma), Drew Forbes (N°189, G Southeast Missouri State), Donnie Lewis Jr (N°221, CB Tulane)

La hype autour des Browns continue. Non content d’avoir enfin réussi une belle saison et d’avoir recruté Odell Beckham Jr, les Browns semblent avoir également réussi cette draft. Ils n’avaient pourtant pas de choix au 1er tour suite au transfert d’OBJ.

Mayfield/OBJ/Chubb, les armes offensives sont nombreuses du côté de Cleveland et l’objectif était donc de renforcer la défense. Au 2ème tour, ils ont sélectionné l’excellent CB, Greedy Williams, qui était attendu bien plus haut dans cette draft. C’est donc une super affaire pour Cleveland. L’ancien CB de LSU formera un duo alléchant avec Denzel Ward sur la base arrière.

Les Browns ont également renforcé leur ligne de linebacker afin d’améliorer leur défense au sol. Pour aider à fermer les portes de la défense, ils ont sélectionné deux prospects très intéressants : Sione Takitaki (3ème tour) et surtout Mack Wilson (5ème tour) un des possibles ”steal” de cette draft.

L’objectif est donc atteint pour Cleveland avec la draft de 3 ou 4 joueurs à vocation défensive qui pourraient être titulaire très vite ! Ils se sont même payés le luxe de sélectionner le kicker, Austin Seibert, auteur d’une saison quasi parfaite l’année dernière avec Oklahoma!

Dans le doute :

Cincinati Bengals :

Zac Taylor, nouveau coach des Bengals, a-t-il réalisé une Draft alarmante ? (Créditsb : CBS Sports)

Jonah Williams (N°11, OT Alabama) ; Drew Sample (N°52, TE Washington) ; Germaine Pratt (N°72, LB NC State) ; Ryan Finley (N°104, QB NC State) ; Renell Wren (N°125, DT Arizona State) ; Michael Jordan (N°136, OG Ohio State) ; Trayveon Williams (N°182, RB Texas A&M) ; Deshaun Davis (N°210, LB Auburn) ; Rodney Anderson (N°211, RB Oklahoma) ; Jordan Brown (N°223, CB South Dakota State)

Dans la lignée de leur mauvaise saison et contrairement aux Browns, leurs rivaux de division, les Bengals n’ont pas émerveillé les observateurs lors de cette draft. Lors du 1er tour, ils ont choisi le lineman offensif Jonah Williams et vu les besoins sur la ligne offensive, c’est un excellent choix.

C’est après que les choses se gâtent. Le TE, Drew Sample, est surtout un excellent bloqueur et il aurait surement été disponible plus tard dans cette draft. Un choix du second tour parait donc élevé pour ce joueur. Ajouté à cela un QB qui sera le remplaçant de Dalton, deux coureurs qui devraient avoir un apport limité, quelques joueurs de ligne offensive ou défensive et vous avez un aperçu de la draft des Bengals…

Dans le choix de ces différents joueurs, on ne voit aucun playmaker en attaque ou défense qui pourrait avoir un effet immédiat sur l’équipe. C’est pourtant ce qui a fait défaut à Cincinnati la saison dernière !

Houston Texans :

Tytus Howard (N°23, OT Alabama State) ; Lonnie Johnson (N°54, CB Kentucky) ; Max Scharping (N°55, OT Northern Illinois) ; Kahale Warring (N°86, TE San Diego State) ; Charles Omenihu (N°161, DE Texas) ; Xavier Crawford (N°195, CB Central Michigan) ; Cullen Gillaspia (N°220, RB Texas A&M)

Le plus gros chantier pour les Texans était de renforcer la ligne offensive, une des plus faibles de la ligne. C’est chose faite avec Tytus Howard et Max Scharping mais ces choix sont discutables vu la qualité des différents tackles présents lors de cette draft.

Lors du 1er tour, beaucoup de lineman offensif était encore disponible, il est donc très surprenant de voir Miami choisir Tytus Howard (OT), plutôt que Jawaan Taylor par exemple. Il a certes un gros potentiel mais il joue tackle depuis quelques mois seulement et il vient de la petite fac d’Alabama State. C’est donc un pari risqué pour une équipe qui a un besoin immédiat de renfort sur la ligne offensive. C’est un peu le même problème avec Max Scharping qui est un joueur qui devrait avoir besoin de temps pour s’adapter au niveau NFL. Quand on sait que Deshaun Watson a été plus de 60 fois au sol l’année dernière, les Texans ont-ils vraiment le temps de tester ce genre de par ?

Tout n’est pas mauvais dans la draft des Texans. Le cornerback Lonnie Johnson et surtout le DE Charles Omenihu sont des joueurs solides qui pourraient entrer directement dans la rotation défensive. Mais le besoin était ailleurs…

Vous êtes maintenant encore plus au point sur ce qui s’est passé durant cette édition 2019 de la Draft NFL. Évidemment ce ”classement” reste assez subjectif, et il n’est pas impossible qu’une équipe présentée comme un flop soit au final une des grandes vainqueurs de cette année. On vous invite à aller voir la liste de tous les choix de draft de cette année afin d’être fin prêt pour le début de la saison 2019.

Avec la participation de Romain Lanneluc pour la Conférence AFC

A propos de l'auteur

Victime du ''Minnesota Miracle'' et du ''No-Call''. Merci aux Knicks de réhausser le niveau (oups). Je considère Drew Brees comme un dieu, Alvin Kamara et Mitchell Robinson comme des prophètes et le Sport US comme ma religion.

Poster un commentaire

mi, ut Lorem risus Donec mattis ante.