Les 30 moments marquants de 2019 : quand l’Ajax a terrassé le champion

0

Il y a 19 ans maintenant, Nelson Mandela disait « Sport has the power to change the world ! » Impossible de le contredire après ce que tous les amateurs de sport et de sensations fortes ont vécu cette année. À l’instant même où vous êtes en train de lire cette phrase, Trent Alexander-Arnold s’apprête sans doute à tirer un corner et Julian Alaphilippe a sûrement eu le temps de se glisser dans une échappée. Mais qu’importe votre sport de prédilection, la rédaction de WeSportFr a fait de la place à tous, et revient sur les 30 événements sportifs qui ont fait 2019.

Aujourd’hui retour sur le Real Madrid – Ajax Amsterdam version 2019, qui restera assurément dans la légende de la Ligue des Champions. L’histoire d’une double confrontation, où le triple champion en titre a essuyé un revers historique et une élimination à domicile, face à un club qui a ce soir-là renaît de ses cendres grâce à une génération dorée…

 

Un Real miraculeusement en ballotage favorable

Dès le match aller, le Real est bousculé par une équipe de l’Ajax décidée à jouer son coup à fond. Les Ajacides exercent un pressing de tous les instants qui déstabilisent les coéquipiers de Karim Benzema. Ces derniers subissent les assauts hollandais, et semblent payer l’absence de Raphaël Varane en charnière centrale. Quant à elle, la formation de Ten Hag est généreuse, et ne compte pas ses efforts. Elle domine, et se voit même refuser un but de Tagliafico pour une position de hors-jeu à la suite à un coup de pied arrêté (37’). Preuve de la domination amstellodamoise, l’Ajax porte deux fois plus le ballon dans les 30 derniers mètres adverse que le Real. Néanmoins, les Madrilènes tiennent l’intensité mise par les locaux, et rentrent aux vestiaires à égalité au tableau d’affichage (0-0).

C’est en deuxième période que les triples champions d’Europe en titre vont se remettre la tête à l’endroit. L’inévitable Karim Benzema sonne tout d’abord la révolte en ouvrant le score à l’heure de jeu. Malgré l’égalisation d’un Ziyech enfin efficace à un quart d’heure de la fin, c’est bien le Real Madrid qui va finalement s’imposer à Amsterdam. Sur un centre venu du flanc droit, Marco Asensio s’arrache pour inscrire le deuxième but de son équipe (87′). Une réalisation qui permettra à son équipe d’aborder le match retour en ballotage favorable. Les joueurs de Solari s’en sortent (très) bien. Ils peuvent remercier leurs hommes forts, tels que Karim Benzema ou encore Sergio Ramos, qui ont ce soir d’octobre 2018 permis au bateau blanc de se maintenir (provisoirement) à flot.

 

Puis la terre trembla au Bernabéu

05 mars 2019. Le Real Madrid reçoit donc l’Ajax Amsterdam au Bernabéu pour valider sa qualification pour les quarts de finale de la Ligue des Champions. Oui mais voilà, alors qu’on s’attend à une rencontre maîtrisée de la part du champion, la terre va trembler. Alors que les joueurs de l’Ajax sont novices à ce stade de la compétition (premier huitième de finale pour le club depuis 13 ans), ce sont pourtant eux qui vont prendre à la gorge ceux du Real. Deux premiers buts de Ziyech (7′) et Neres (18′) mettent très tôt l’Ajax en position de qualifié. Sonnés, les joueurs madrilènes se regardent, interrogatifs, comme s’ils ne savaient plus sur qui s’appuyer pour remettre de l’ordre dans la Maison Blanche depuis le départ de Cristiano Ronaldo.

Côté hollandais, un homme va particulièrement marquer les esprits : Dusan Tadic. Très actif dans l’entre-jeu amstellodamois et impressionnant techniquement, le Serbe va rendre une copie  parfaite (il sera crédité d’un 10/10 dans L’Equipe), portant presque à lui seul son équipe dans le secteur offensif. C’est d’ailleurs lui qui va, à l’heure de jeu, tripler la mise d’une frappe enroulée dans la lucarne, pour permettre à son équipe de faire le break (0-3).

Malgré la réduction de l’écart par Marco Asensio (70′), le Real Madrid ne se relèvera pas. Le roi est déchu de sa couronne. Un dernier coup franc venu d’ailleurs de Schone (72′) vient clôturer le soir de gloire de l’Ajax. Une victoire 4 buts à 1 au Santiago Bernabéu, et une qualification pour les quarts de finale de la plus belle des compétitions européennes : plus qu’une surprise, on a assisté à la renaissance d’un club historique de ce sport, mais aussi et surtout à la naissance d’une équipe.

 

Roi déchu et Ajax florissante 

Plusieurs enseignements sont à tirer de cette double confrontation. Tout d’abord, celle d’un Real destitué, qui n’a jamais su se remettre du départ de sa légende portugaise, Cristiano Ronaldo. La difficile période des Merengue peut également s’expliquer par la régression de certains de ses cadres qui avaient eu un rôle prépondérant lors des trois titres consécutifs. On peut notamment citer les noms de Marcelo, Carvajal ou encore des trois du milieu à savoir Casemiro, Modric et Kroos, pourtant si forts lors des succès madrilènes, et qui ne semblent désormais plus que l’ombre d’eux-même.

Mais cet exploit, il est aussi et surtout à mettre au crédit de l’équipe hollandaise, dont les jeunes talents ont éclos aux yeux de la planète football. En effet, l’équipe de l’Ajax possède en son sein une multitude de talents divers et variés, qui peut rappeler ses plus grandes heures. Véritable patron de la défense malgré son jeune âge, Matthijs De Ligt est assurément l’une des tête de gondole de cette génération dorée. Impressionnant de maturité, il dispose d’une bonne lecture du jeu, ce qui lui permet (très) souvent d’être dans le bon timing pour contre-carrer les attaques adverses. Son association avec Virgil Van Dijk sélection ne peut évidemment que lui permettre de progresser encore davantage. De même, au milieu de terrain, on peut retrouver de Jong et Van de Beek (d’ailleurs convoité par le Real Madrid l’été dernier), les deux sentinelles, dont Erik Ten Hag vante les capacités de projection vers l’avant et les qualités techniques qui leur permet de régner sur l’entre-jeu. Enfin, en attaque, des joueurs comme Ziyech ou Tadic dynamisent l’animation offensive de l’équipe et font souvent preuve d’une réalisme intéressant, qui permet à l’Ajax d’être une des meilleures attaques d’Europe.

Résultat de recherche d'images pour "ajax de ligt de jong van de beek madrid"
Crédit photo : Marca

 

En ce printemps 2019, cette équipe de l’Ajax continue donc son ascension, après avoir déjà atteint la finale de la dernière Ligue Europa, ne chutant que face à Manchester United (0-2). Avec son football “champagne” fait de technique et de vitesse, l’équipe hollandaise a de quoi faire peur aux plus grands noms du football européen. Néanmoins, quelques aspects de son jeu comme par exemple son bloc vulnérable en transition défensive font encore d’elle une équipe friable au plus haut niveau (on le verra d’ailleurs par la suite lors du match retour face à Tottenham en demi-finale).

Rendez-vous demain pour revivre la finale du tournoi de Wimbledon entre Novak Djokovic et Roger Federer !

 

Grégoire Allain

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here