Basketball

Les 30 Moments marquants de 2020 : la NBA Bubble

NBA Bubble

Dans une année où la pandémie mondiale de Covid-19 a chamboulé les programmations sportives et autres évènements planétaires (J.O, Euro, …), chaque sport a dû s’adapter pour survivre. Si 2020 restera une année morose pour bien des personnes, les douze mois qui la composent furent tout de même riches en émotions pour tout fan de sport. Du passage de la NBA à Paris aux records de Lewis Hamilton, en passant par les prouesses de Tadej Pogačar ou le Final 8 de la Ligue des champions, la rédaction de We Sport revient pour vous sur les trente moments marquants de 2020. Aujourd’hui, retour sur la NBA Bubble, un évènement à jamais gravé dans les livres d’histoire du basketball.

La genèse de la NBA Bubble

L’arrêt inopiné de la saison a fait se poser une sérieuse question aux officiels de la NBA : quand, comment et où finir celle-ci dans le contexte de pandémie mondiale qui a paralysé tout déplacement ? Adam Silver a dévoilé début juin que la saison reprendrait bien son cours le 30 juillet à Orlando en Floride, dans l’enceinte de Disney World avec vingt-deux équipes encore candidates pour les Playoffs. Dans cette bulle, chaque équipe jouera huit matchs avant d’attaquer les phases finales. À l’issue de ces rencontres, un possible play-in sera disputé entre le 8e et le 9e de chaque conférence si ces deux équipes ont moins de quatre victoires d’écarts. Ensuite, les Playoffs se dérouleront normalement sous le format traditionnel d’au meilleur des sept matchs.

Des règles sanitaires ultra strictes seront également imposées. Les joueurs qui sortiront de la bulle ne pourront y revenir que s’ils sont testés négatif et après avoir respecté une quarantaine de quatorze jours.

Maintenant les bases posées, revenons sur les moments forts de cette NBA Bubble.

Un contexte social très particulier

Le 25 mai, une information a fait le tour du monde en très peu de temps : un afro-américain du nom de Georges Floyd interpellé par la police de Minneapolis dans le Minnesota est assassiné par étouffement du genou d’un policier. Des dizaines de témoins ont filmé la scène et l’ont alors publié sur les réseaux sociaux. Les vidéos ont tourné à vitesse grand V sur la toile et le mouvement “Black Lives Matter” a refait surface. Ce mouvement social a dénoncé les violences policières abusives aux États-Unis notamment contre les personnes de couleurs. Énormément de personnalités publiques ont exposé leur soutien à ce mouvement dont des basketteurs tels que Lebron James, Kyrie Irving ou encore Giannis Antetokounmpo.

Sous l’impulsion des joueurs, la NBA les a autorisé à inscrire sur leur maillot un message au choix soutenant cette cause. Parmi ces choix, on retrouvait : “Black lives matter”, “Vote”, “Freedom”, “Enough”, “Equality” ou encore “I can’t breathe” (liste non exhaustive). La NBA fit également inscrire sur ses parquets le nom du mouvement, affichant clairement son soutien à cette cause.

Le 23 août, alors que devait se dérouler le Game 4 du premier tour des Playoffs entre le Magic et les Bucks, ces derniers ne sont jamais venus au match. La raison, un autre afro américain nommé Jacob Blake s’était fait tirer dessus à sept reprises dans le dos et s’est retrouvé grièvement blessé. Pour exprimer leur colère, les Bucks ont donc décidé de boycotter leur match ainsi que la fin de la saison. Bien que controversé, cette décision a été soutenue et suivie par d’autres franchises tels que les Lakers et les Clippers qui souhaitaient l’arrêt définitif de la saison. Cette solution n’a pas été retenue puisque la majorité des joueurs NBA voulait finir cette saison une bonne fois pour toute.

Pour résumer, en plus d’un contexte sanitaire inédit, le contexte social n’a pas facilité l’affaire et s’est aussi montré sous haute tension pour les dirigeants de la NBA.

Les perfs des Seeding Games

Revenons dans le sportif pur et reparlons de deux perfs des Seeding Games hallucinantes. La première, le come-back des Blazers. À trois victoires des Grizzlies, l’équipe de Damian Lillard avait un sacré chemin pour parvenir jusqu’au play-in. Mais il faut bien plus que ça pour inquiéter Dame. Le meneur de Portland va enchaîner les performances stratosphériques avec 33 points de moyenne et un pic à 61 points contre Dallas. Comme il nous l’a tant de fois démontré auparavant, il est le meilleur tireur du logo de la ligue et cette bulle n’a pas échappé à la règle. Quasiment à lui seul, il a emmené son équipe jusqu’à la huitième place et pu donc participer au play-in avec l’avantage. Il n’aura besoin que d’un seul match pour écarter Memphis de la course au Playoffs.

Crédit vidéo : Portland Trail Blazers

Bien que cette performance soit incroyable, une autre la dépasse. Un soleil éblouissant a totalement dominé la bulle avec un perfect, un 8 sur 8. Les Suns de Phoenix ont mis toutes leurs chances de leurs côtés pour accrocher les play-in. Mais tous ces efforts n’auront servi à rien pour cette fin de saison, bien qu’elle ait hypé de nombreux spectateurs qui n’ont qu’une envie pour l’année à venir : regarder l’explosion de ces nouveaux Suns ainsi que celle de Devin Booker.

En arrivant à Orlando, les joueurs le savaient, leur qualification pour les phases finales dépendait surtout des résultats de leurs concurrents directs qu’étaient les Spurs, les Blazers et les Grizzlies. Ces résultats n’ont pas été en leur faveur et les ont donc laissé sur le côté. Néanmoins, on retiendra plusieurs matchs mémorables, notamment celui contre les Clippers remporté à l’arraché sur un buzzer beater de l’extrême de Devin “Kobe” Booker.

Crédit vidéo : MLG Highlights

Des Playoffs mémorables

Les premiers Playoffs de Luka Doncic, déjà si grand

S’il y a bien une chose que tout le monde attendait, cétait ni plus ni moins que les premiers pas en Playoffs NBA de Luka Doncic. Le déjà All-Star a confirmé en régulière que sa saison rookie n’était que l’échauffement et qu’il faudrait compter sur lui pour dominer la ligue sur les dix prochaines années. Pour ses premiers Playoffs, le Slovène n’a pas déçu. Le défi était de taille : les Clippers de Los Angeles possédaient l’un des meilleurs rosters de toute la NBA. Mais, plus le défi est grand, plus Doncic impressionne. Auteur d’une série incroyable, le Slovène aura donné du fil à retordre à Kawhi et sa clique.

Dès son premier match, le sophomore a claqué 42 points, 7 rebonds, et 9 passes malgré la défaite. Durant la série, il va réaliser deux triple-doubles dantesques, notamment le deuxième dans le Game 4. Le Slovène a alors envoyé 43 points, 17 rebonds, 13 passes et le buzzer beater en step-back 3 points lors de la prolongation. Les Mavericks se sont inclinés dans la série globale, mais Luka Doncic a déjà prouvé qu’il savait répondre présent dans les grands rendez-vous.

Des Nuggets historiques

Lors de ces Playoffs, les Nuggets de Denver ont marqué les esprits. Dans un premier temps, ils impressionnèrent dans la série contre le Jazz où Donovan Mitchell et Jamal Murray se sont adonnés à enfiler les paniers comme s’ils étaient au training camp. Des matchs à plus de 40 voire 50 points pendant toute la série s’enchaînent. Ces performances ont même éclipsé celles de Nikola Jokic, pourtant star de l’équipe, loin d’être anodines. Par la suite, il poursuivirent leurs exploits contre les Clippers où Murray et Jokic ont continué d’éclabousser leur nonchalance au visage de Kawhi Leonard et Paul George. Le Canadien a même conclu la série avec un gros match à 40 points.

Mais le plus fou, c’est que ces deux séries ont un point commun. Elles ont été remportées par les Nuggets alors qu’ils étaient menés 3-1. Les Nuggets détiennent désormais ce record historique. Avec ce parcours, Denver et surtout Jamal Murray seront attendus au tournant pour la saison à venir.

Crédit vidéo : Bein Sports

Un Heat sensationnel élimine de petits chevreuils 

Durant toute la saison, la conférence Est aura été dominée, matraquée et traumatisée par les Bucks de Milwaukee et son MVP Giannis Antetokounmpo. Le Grec et son équipe faisaient donc partie de la short-list des potentiels vainqueurs du titre NBA. Cependant, une équipe de Floride va venir jouer les troubles fêtes. En effet, le Heat de Miami est sorti d’une saison régulière énorme et est arrivé confiant en demi-finale de conférence.

C’est alors que Miami a totalement baladé Milwaukee en manque cruel de solution. Erik Spoelstra s’est érigé comme maître en matière de stratégie et outcoach complètement Mike Budenholzer. De plus, manque de chance, Antetokounmpo s’est légèrement blessé pendant la série ce qui a encore diminué la force des Bucks. Heureusement pour eux,  Khris Middleton va sauver l’honneur et rapporter un match à la maison verte. Mais Jimmy Butler et son collectif ultra soudé ont terminé le travail dès le Game 5 pour éviter toute mauvaise surprise.

Une nouvelle fois, les Bucks du désormais double MVP en titre ont déçu en Playoffs, là où cela compte vraiment, et sont la cible de moqueries sur Twitter. Néanmoins, on doit tout de même rendre hommage au Heat qui a fait un super boulot. Les hommes de Spoelstra décrocheront même les finales NBA comme récompense de leur saison pleine.

Les Lakers champion NBA, un titre d’une grande symbolique

Pour la 17e fois de leur histoire, les Lakers de Los Angeles ont remporté les finales NBA et sont revenus à hauteur des Celtics dans cette guerre légendaire. Derrière ce titre se cache une grande symbolique bien connue des fans de basket. Tout d’abord, il n’y avait pas de plus bel hommage à rendre à Kobe Bryant, décédé en janvier dernier, que de gagner ce titre, dix ans après le dernier. De plus, Lebron James a gagné sa quatrième bague, la première avec une franchise de l’ouest. Il a également obtenu pour la quatrième fois le titre de MVP des finales. Déjà considéré par certains comme le GOAT du basketball, The King a rajouté deux lignes de plus à son palmarès déjà bien rempli.

Bonus : les mentions honorables de la bulle 

En bonus ce retour sur la NBA Bubble, voici quelques moments mémorables non cités de cette dernière listé en vrac.

Le coup de boule de Giannis Antetokounmpo sur Mo Wagner des Wizards

Crédit vidéo : Bleacher Report

Le block de James Harden sur Luguentz Dort lors du Game 7 du premier tour à l’Ouest contre le Thunder

Crédit vidéo : NBA

Le Buzzer beater d’OG Anunoby contre les Celtics pendant le Game 3 des demi-finales de la Conférence Est

Crédit vidéo : Bleacher Report

Le contre brutal de Bam Adebayo sur Jayson Tatum durant le Game 1 des Finales de Conférence Est

Crédit vidéo : MLG Highlights

Le titre remporté par les Lakers signe la fin des Playoffs 2020 mais également la fin de la NBA Bubble qui aura été une expérience inédite et historique. Cet aménagement a forcément impacté le jeu proposé. Par exemple, les joueurs n’ont pas eu à faire des dizaines de voyages en avions exténuants à cause des décalages horaires. Le fait d’être 24h sur 24 avec ses partenaires renforcent forcément le collectif (sauf pour les Clippers).

Néanmoins, le fait d’être loin de leurs familles a dû être un moment difficile pour les joueurs. On a pu constater l’émotion sur les visages de tout le monde lorsque les femmes et enfants des participants ont pu venir. La vidéo des retrouvailles entre Fred VanVleet, sa fille et son fils est apparue comme une des scènes les plus mignonnes de cette saison. Quoi qu’il en soit, la NBA Bubble est une belle image représentative de 2020 et aura marqué à coup sûr cette année. 

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire