Les 30 moments qui ont fait 2018 : le Mayer du monde

Des cris de joie ou de rage. Nos larmes de bonheur ou de tristesse. Des heures passées devant des matchs. C’est ça le sport. La rédaction de WeSportFr revient pour vous sur les 30 événements sportifs qui ont fait l’année 2018. A consommer avec deux étoiles dans les yeux (et sur le maillot). Aujourd’hui, le record du monde de Kévin Mayer.

Il est un peu plus de 18h00, ce 16 septembre 2018, quand Kévin Mayer franchit la ligne d’arrivée du 1500m, ultime épreuve de ce Décastar de Talence. Un dernier effort qui vient officialiser ce que tout le monde pressentait depuis le début de l’après-midi : le record d’Ashton Eaton allait tomber. En effet, après neufs premières levées maîtrisées, le natif d’Argenteuil se devait de finir sa course en moins de 4’49’’, soit 31 secondes au-dessus de sa meilleure performance. Et c’est finalement au bout d’un dernier effort de 4’36’’ que le décathlonien a détrôné Eaton et explosé le record. Avec 9126 points, il dépasse l’Américain de 81 unités, et est devenu le troisième athlète au dessus de la barre des 9000 points (avec Eaton et Roman Sebrle).
Un record mondial forcément accompagné d’autres records, personnels cette fois-ci. Ainsi, en Gironde, Mayer a amélioré sa marque au saut en longueur (7,80m) au lancer de poids (16.00 m) et au javelot (71.90m) mais il a également signé son meilleur temps sur 100m en 10’’55. Porté par ses “concurrents”, dont Jérémy Lelièvre, son partenaire d’entraînement à Montpellier, le décathlonien finit dans la liesse générale.

Un record en forme de revanche

Cette performance exceptionnelle vient à point pour effacer la cruelle désillusion de Kévin Mayer lors des Championnats d’Europe de Berlin, un mois auparavant. Le Français avait en effet mordu trois fois lors du saut en longueur, et s’était donc vu disqualifié de l’épreuve, ne remportant aucun point. Une terrible contre-performance qui l’obligeait à dire adieu à ses espoirs de titre, et même de médaille. Mayer avait par la suite annoncé son abandon des Championnats d’Europe, préférant partir se ressourcer pour mieux revenir, plutôt que de trimer pour finir un décathlon déjà perdu d’avance. L’avenir lui a donc donné raison.
Peut-être a-t-il d’ailleurs payé cet échec au moment d’être devancé par le marathonien Eliud Kipchoge lors de la désignation de l’athlète de l’année par l’IAAF. Le Kényan a lui aussi battu le record du monde de sa discipline, neuf jours après Mayer, lors du marathon de Berlin, en 2h 01’39’’.

Déjà champion du monde en 2017, Kévin Mayer tentera donc de décrocher l’or olympique dans un an et demi à Tokyo, lui qui avait dû se contenter de l’argent à Rio en 2016 derrière un certain…. Ashton Eaton. 

A propos de l'auteur

Diplômé ESJ Paris, journaliste foot, passé par le Paris Normandie. L'important n'est pas d'avoir raison, mais de l'argumenter. Rabiot est surcôté

Poster un commentaire

eget quis, adipiscing fringilla leo. tristique vulputate, venenatis, sit consectetur