Cyclisme

Les 5 favoris du Tour de France 2024

À l'occasion de la 111e édition du Tour de France, de nombreux coureurs faisant office de favoris potentiels sont engagés sur la Grande Boucle. Alors à quelques jours du départ depuis la ville italienne de Florence, retrouvez ci-dessous les têtes de série du peloton qui sillonneront les plus belles routes du pays. Pour ce qui est du reste de la compétition, du 29 juin au 21 juillet, vous pourrez suivre l'actualité du Tour 2024 sur We Sport. Toutes les dernières informations sont à lire sur notre site.

Comme à l'accoutumée, le Tour de France 2024 s'élancera une nouvelle fois depuis l'étranger. Si l'an dernier les organisateurs avaient opté pour le Pays basque et Bilbao, cette année le peloton démarrera son long périple depuis l'Italie. C'est plus précisément de Toscane et de Florence que la première des 21 étapes partira, au plus grand bonheur des tifosi. En plus du Giro en mai, ces derniers ont donc la chance d'assister à la Grande Boucle sans bouger de la Botte. D'autant qu'avec une première arrivée après 206 km de course et 3 600 mètres de dénivelé positif, il est fort probable de vivre le lancement des hostilités entre les favoris.

En effet, tout le monde connaît trop bien Tadej Pogacar (UAE Team), pour penser à autre chose qu'une attaque de sa part dans le final de Rimini. À l'instar de ce qu'il a fait sur le Giro avant que Jhonatan Narvaez ne le prive du premier maillot rose de l'édition 2024. Le Slovène est joueur, mais ses adversaires le sont aussi. Au vu du gratin qui se rend sur la 111e édition du Tour de France, le spectacle est d'ores et déjà garanti ! Mais alors qui sont les grands favoris pour ramener le maillot jaune à Paris ?

Les 5 favoris du Tour de France 2024 pour le maillot jaune

1. Tadej Pogacar (UAE Team) : l'ultime favori parmi les favoris du Tour de France 2024

Contrairement à ce qu'on aurait pu penser en début de saison, il est sans aucun doute le favori numéro un pour remporter son troisième Tour de France. En effet, lorsqu'il a annoncé qu'il comptait réaliser le doublé Giro-Tour, beaucoup ont souligné la difficulté de cet enchaînement. Mais les cartes ont été rebattues après la grave chute de son adversaire principal, Jonas Vingegaard (nous allons y venir). En attendant, Tadej Pogacar a compté ses jours de course minutieusement avant le Tour d'Italie. Il n'en avait que dix avant de s'élancer sur un Giro qu'il a surclassé de la tête et des épaules. Il est reparti d'Italie avec six étapes et le maillot rose. Dès samedi, il fera tout pour continuer sa moisson sur des routes italiennes qui n'ont plus aucun secret pour lui.

2. Jonas Vingegaard (Team Visma / Lease a bike) : l'incertitude

Il est le grand point d'interrogation de cette édition 2024. Dans quel état se trouve Jonas Vingegaard depuis sa lourde chute sur le Tour du Pays basque ? Les derniers indicateurs sont positifs à en croire son staff mais qu'en sera-t-il réellement en haute altitude contre un Tadej Pogacar enragé ? Il y aura sûrement des éléments de réponse sur l'étape inaugurale de Florence. Or c'est sur la durée que l'on verra vraiment si le Danois, double vainqueur du Tour, est en mesure de défendre sa couronne. Après, s'il n'a pas couru depuis sa chute, il est impossible de penser qu'il prendrait le risque de venir s'il n'était pas un minimum rassuré sur ses sensations.

3. Primoz Roglic (Bora-hansgrohe) : la dernière chance

À 34 ans, Primoz Roglic vit sûrement sa dernière chance de remporter le maillot jaune. Et avec les incertitudes concernant les états de forme de ses principaux concurrents, il a de quoi croire en ses chances. Pour cela, il sera accompagné de valeureux soldats à l'image de Jai Hindley et Aleksandr Vlasov. Enfin, il surfera surtout sur sa récente lancée. En effet, après sa victoire sur le Critérium du Dauphiné, au cours duquel il a remporté deux étapes, Primoz Roglic a montré qu'il ne fallait pas l'enterrer trop vite. Toujours est-il qu'il peut vivre des moments de moins de bien, en témoigne l'étape 8 où il manque de perdre le jaune pour sept petites secondes.

4. Remco Evenepoel (Soudal Quick-Step) : le baptême du feu

Remco Evenepoel a repris le chemin de la compétition sur les routes du Critérium du Dauphiné. S'il a impressionné sur le chrono (vainqueur de l'étape et porteur du maillot jaune), il a aussi montré qu'il n'était pas encore remis à 100 % de sa blessure. Lui aussi était tombé sur le Tour du Pays basque en compagnie de Jonas Vingegaard. Or, à la différence du Danois, Remco Evenepoel a au moins pu se tester sur une course World Tour avant le début de la Grande Boucle. À 24 ans, il découvre enfin les routes du Tour du France. Cependant, performer pendant trois semaines à haute intensité face à des énergumènes de la trempe de Tadej Pogacar ne sera pas de tout repos et ce n'est pas dit qu'il soit en capacité de rivaliser sur le long terme.

5. Carlos Rodriguez (Ineos Grenadiers) : l'outsider

Cinquième du dernier Tour de France et deuxième meilleur jeune, Carlos Rodriguez vient jouer les trouble-fête. Du haut de ses 23 ans, il fait partie de ceux qui progressent chaque année à force de se battre aux côtés des meilleurs. Dans l'ombre des Pogacar et compagnie, Carlos Rodriguez s'est d'ores et déjà offert des succès de référence, notamment en s'imposant à Morzine l'an dernier lors de la 14e étape du Tour 2023. Cette saison, il a remporté le Tour de Romandie et vient de terminer le Critérium du Dauphiné à la 4e position, en s'octroyant au passage la dernière étape de la semaine. Il faudra donc suivre attentivement l'Espagnol dès que la pente s'élèvera.

Actuellement en Master à l'ESJ Lille, je m'avère être un adepte du groundhopping à la recherche de grosses ambiances qui ambitionne de parcourir le globe à travers ses stades de foot. Côté maillot, je fus biberonné au chardon nancéien et au coaching de Pablo Correa. J'ai aussi grandi avec le calme d'Arsène Wenger et les tacles de Laurent Koscielny sur Canal. Mais parce qu'il n'y a pas que le football dans la vie, je vibre tout autant à encourager Thibaut Pinot dans son virage, Julia Simon devant L'Equipe, mais aussi Arthur Fils sur Eurosport.

Dernières publications

En haut