Basketball

Les Clippers et les Hawks réalisent une belle opération

Deux matchs de NBA se sont déroulés cette nuit. Les Hawks affrontaient les Sixers et les Clippers jouaient contre les Jazz. 

Tout est à refaire pour le Jazz

La franchise avait pourtant bien démarré cette demi-finale de la Conférence Ouest puisqu’elle menait 2-0. C’était sans compter l’abnégation des Clippers qui, après une victoire écrasante chez eux, ont réussi à s’imposer une nouvelle fois au Game 4. Les joueurs de Tyronn Lue ont dominé tout le match grâce à un duo d’ailiers Kawhi Leonard-Paul George en feu (31 points chacun). Le score à la fin du premier quart-temps était sans appel, le Jazz a pris une rouste (30-13).

À la mi-temps, les Clippers comptaient 24 points d’avance (68-44) avec un Marcus Morris qui était à ce moment-là à 5/5 à trois points. Les joueurs de Quin Snyder montrent de quoi ils sont capables et remportent le troisième et le quatrième quart-temps notamment grâce à Donovan Mitchell qui a réalisé un très gros match (37 pts, 5 rebonds et 5 passes décisives). Ce n’a pas suffit pour autant au Jazz qui avait trop de retard. Les Clippers s’imposent 118 à 104 et sont donc à égalité avec leurs adversaires.

Les Hawks égalisent de justesse

Les Hawks ont eu chaud lors de ce Game 4 dans la demi-finale de la Conférence Est. En effet, le match n’avait pas très bien commencé pour eux. Les Sixers ont largement dominé les deux premiers quart-temps avec une avance de 13 points à la pause (49-62).

Au retour des vestiaires, les joueurs de Nate McMillan étaient métamorphosés. Ils ont remporté les deux derniers quart-temps notamment grâce à Trae Young qui a inscrit 25 points et délivré 18 passes décisives. Il fait aussi bien Doc Rivers, l’actuel coach des Sixers, qui avait lui aussi réalisé 18 passes décisives lors d’un match de playoffs, le 22 mai 1988. Trae Young a permis à son équipe de passer devant les Sixers en marquant les six derniers points et par conséquent les Hawks se sont imposés 103 à 100.

Crédit photo une : ©B.Davis/USA Today/Reuters
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire