NBA

Les Lakers relèvent la tête

Il était temps ! Après cinq défaites pour commencer la saison, les Los Angeles Lakers viennent de remporter un deuxième match consécutif, cette nuit, à la crypto.com Arena. Face aux Pels, il a fallu un shoot in-extremis dans le corner de Matt Ryan au buzzer pour emmener les Angelinos en prolongation. Un extra time qui a souri aux purple and gold. Si tout est loin d'être parfait, les Lakers s'offrent tout de même un peu de répis. 

Il est donc le sauveur du soir. Menés de trois points à une seconde du buzzer, les Lakers s'en sont tout de même sortis. Grâce à ce shoot très clutch de Matt Ryan. Mais aussi et surtout, grâce à leur big four, qui commence à prendre forme. Avec un rôle enfin accepté pour Westbrook, qui aurait tout intérêt à continuer sur cette lancée. Pour lui, mais également pour sa franchise.

Une équipe ambitieuse, enfin ! 

Moribonds en début de saison, les Lakers paraissaient complètement à coté de la plaque, déconnectés de la réalité. Surtout, sur le parquet, rien n'était fait pour remporter des matchs. Résultat, cinq défaites après cinq matchs, seule franchise sans victoire et des questions à tous les niveaux. Et puis il y a eu ce sursaut, contre les Nuggets, puis hier contre les Pels dans un match pourtant mal embarqué. Il a fallu une grande force de caractère aux coéquipiers de LeBron James pour s'en sortir. Ce dernier affirme d'ailleurs que jamais, les siens n'ont baissé les bras malgré l'adversité : “Nous sommes tous ici pour une seule raison, et c’est de gagner. Que les numéros des gars soient appelés ou non, nous devons comprendre que c’est pour le bien de l’équipe, pas des individus. Et ce soir [contre les Nuggets], c’était un de matchs où les gars sont restés prêts, et les gars qui sont restés prêts et dont le numéro n’a pas été appelé autant qu’avant, étaient quand même concentrés et encourageaient le groupe qui était sur le parquet. C’est ça être une équipe.

Autour d'un King James toujours aussi performant (25pts, 9rbds, 7.4asts par match), et d'un Anthony Davis sur le chemin de la guérison (23.2pts et 11.5rbds), les Lakers ont également trouvé un nouveau larron capable de les accompagner dans la diversité : Lonnie Walker IV. Pourtant loin d'être destiné à jouer les premiers rôles du côté de la cité des Anges, il réalise un début de saison canon (16.1pts, 3.3rbds, 2.3asts). Il soulage surtout les deux franchises players et Ham peut vraiment s'appuyer sur lui.

Après des débuts en demi-teinte, les Lakers ont peut-être enfin trouvé leur rythme de croisière. LeBron n'était d'ailleurs pas spécialement inquiet, lui qui réclamait du temps, depuis le début. “C’est un nouveau système. C’est un nouveau groupe de gars. Nous essayons encore d’apprendre à nous connaître. Cela ne fait que 4 rencontres, et ça craint de perdre, mais nous avons encore 78 rencontres, et beaucoup de temps pour redresser le navire et ça commence maintenant. Ça commence hier.” Pas de quoi s'alarmer, d'autant que l'alchimie commence peut-être à prendre.

Westbrook, le déclic 

Etrangement, ou pas, ces deux succès coïncident avec un choix fort: celui de faire débuter Russell Westbrook sur le banc. L'expérience avait d'ailleurs déjà été tentée en pré-saison, avec plus ou moins de réussite. Surtout, RussWest semblait réticent à l'idée de mener la second unit. Il avait d'ailleurs prétexté cela : “J’ai eu la même routine pendant 14 ans d’affilée. Honnêtement, je ne savais même pas quoi faire avant le match. Pour être honnête, j’essayais de comprendre comment rester chaud et prêt. Surtout vu la façon dont je joue, parce que je vais vite, je pousse, je redémarre. Il se trouve que lorsque je suis entré en jeu, j’ai senti quelque chose. J’ai pensé que c’était… je ne savais pas ce que c’était, mais je n’allais pas prendre de risque dans un match de présaison. Mais ce n’était définitivement pas quelque chose à quoi j’étais habitué. Je n’étais pas assez chaud. Mais c’est une chose à laquelle je n’étais pas habitué”. Pas très enjoué, sa “blessure” du début de saison serait donc la conséquence de sa mise sur le banc au coup d'envoi. Pourquoi pas.

Mais finalement, après un début de saison catastrophique, Darvin Ham a décidé de retenter l'expérience.. Avec beaucoup plus de réussite ! Trois matchs en sortie de banc pour le MVP 2017, deux succès et surtout des stats à la hauteur du marsupilami. 18pts, 8rbds, 8asts et un différentiel de +18 contre les Nuggets, 13pts, 7rbds, 9asts contre les Pelicans hier. Et toujours à plus de 50% au shoot. Même lors de la défaite contre les Wolves, il avait été plutôt à son avantage, avec 18pts, 8rbds et 3asts. Bien loin de son match à 0/11 contre les Clippers en début de saison.

Surtout, il semble avoir retrouvé une certaine énergie, une certaine joie de vivre, communicative au sein du groupe. “J’adore voir mes coéquipiers s’épanouir, honnêtement. J’éprouve de la joie à voir les autres réussir; toute ma carrière, ce qui m’a boosté, c’est de voir les autres réussir. Et ce soir, c’était un soir où les gars mettaient leurs tirs, se battaient et on ne peut pas demander mieux. Quand je suis mis dans les bonnes dispositions pour aider mes coéquipiers, pour les rendre meilleurs, c’est bénéfique pour toute l’équipe. Mon rôle reste de trouver comment rendre cette équipe plus performante, peu importe ce que le jeu demande. Que ce soit mettre des points et faire des passes, prendre des rebonds et défendre, je suis fier de pouvoir tout faire sur un terrain.” Et si l'ancien d'OKC avait trouvé son nouveau rôle?

Toujours est-il que son état d'esprit force le respect, à l'intérieur même du groupe. Anthony Davis déclarait d'ailleurs à ce sujet : “Être un joueur de ce calibre et sortir du banc, cela montre que c’est vraiment un gars qui fait tout ce dont l’équipe a besoin pour gagner. Il a sacrifié sa place de titulaire pour le bien de l’équipe. Il s’épanouit dans ce rôle. C’est tout ce que nous pouvons demander. Je lui ai dit : ‘Continue simplement de faire ce que tu fais. Tout ce que tu fais est incroyable.’ Lors des deux derniers matchs, il fait son truc. Je suis fier de lui.

Tout est loin d'être parfait pour les Lakers, le succès à l'arrache après prolongation contre New Orleans en est d'ailleurs la preuve. Mais force est de constater qu'il y a du mieux, et ce, depuis le passage de Russell Westbrook au coeur de la second unit. Est-ce que Darvin Ham a enfin trouvé la bonne formule? Peut-être, mais cela reste à confirmer par la suite. Avec deux de ses trois prochains matchs face au Jazz et avec la réception des Cavs en forme, la mythique franchise de Los Angeles aura l'occasion de prouver que cette amélioration n'est pas qu'un mirage. 

Crédit photo : Eurosport


Valentin Martin

Le cœur meurtri par la fin de carrière de Rodgeur, je m'en remets aux stepback de The Beard. Rien de tel qu'un Vélodrome incandescent pour me faire chavirer de bonheur

Dernières publications

En haut