Les Pistons et les Celtics déroulent, les Bucks et les Nets surprennent.

0
Ligue 1

La fin de semaine est enfin là, le week-end est synonyme pour certains de fiesta avec alcool et musique mais pour nous autres, fan de NBA, cela veut dire que l’on peut regarder les matchs de la nuit et nous n’avons pas à nous lever demain matin, et ça c’est une bonne nouvelle. Au programme hier soir : 9 matchs. Il y a eu du bon et du moins bon mais toujours aussi passionnant.

Ils ne s’arrêtent plus !

Les Pistons recevaient hier les Hawks à la Little Caesars Arena. Pas d’inquiétude donc pour les second de l’Est face à une équipe qui se retrouve à la dernière place, derrière les Bulls même. Le match sera serré puisque même si Detroit créera un écart avant la pause, les Hawks retrouveront la force de recoller un peu, -7 à l’entrée du dernier quart temps. Les Pistons vont maîtriser ces derniers instants, sans pour autant écraser les Hawks, juste en gardant l’écart déjà présent. 104-111 pour les Pistons malgré que les Hawks ont bien fait tourner la balle, notamment Dennis Schroder qui finit à 11 passes décisives, en plus de ses 17 points. Double-double à Detroit également, 16 points et 20 rebonds pour Drummond, meilleur rebondeur actuel de la NBA avec un peu plus de 15 prises par match.

NBA: Portland Trail Blazers at Detroit Pistons
Feb 28, 2017; Auburn Hills, MI, USA; Detroit Pistons center Andre Drummond (0) celebrates with guard Reggie Jackson (1) during the first quarter against the Portland Trail Blazers at The Palace of Auburn Hills. Mandatory Credit: Raj Mehta-USA TODAY Sports

L’autre équipe inarrêtable de la Ligue, c’est Boston. Les Celtics en étaient à 10 victoires consécutives. Face à eux hier soir se dressait l’équipe de Charlotte. Les Hornets ont faim et veulent montrer qu’ils peuvent aller en playoffs. Bonne nouvelle pour eux hier soir puisque, en plus de Hayward , qui sera absent un très très long moment, Al Horford était également absent. Pas de soucis pour Boston il reste Kyrie. Loupé. Irving à bel et bien commencé le match pourtant, mais après une minute et un shoot raté il dû rejoindre l’infirmerie suite à un coup de coude involontaire d’Aron Baynes, son coéquipier. On t’avait dit de t’appliquer au shoot Kyrie. A ce moment là c’est la panique à Boston. Les 3 stars indisponibles, catastrophe. Mais en fait non. Les Celtics vont avoir du mal à se mettre en route et n’arriveront pas à trouver un vrai scoreur en l’absence de Kyrie.

Les Hornets prennent de l’avance au premier quart, les Celtics tentent de réduire les dégâts et repartent donc aux vestiaires sur le score de 57-41. On connaît déjà tous la suite. Un discours et des ré-ajustements de Brad Steven. Les Celtics qui reviennent sur le parquet déterminés. Une défense acérée pour combler une attaque qui peine et le tour est joué. 4 point rattrapés lors du troisième quart et un gros run pendant le dernier quart pour tuer le match. Le match aura été tendu et Kemba aurait pu emmener son équipe en overtime avec un gros 3 alors qu’il restait 0,3 secondes. Mais non, nouvelle victoire des Celtics qui se débrouillent en toutes circonstances grâce au génie de Brad Steven. Les 20 points et 11 passes de Kemba Walker n’auront servit à rien. A noter les 13 rebonds de Jaylen Brown, pas commode pour le jeune de seulement 2,01m. Score de 87-90.

Boston Irving 2017 (CelticsBlog)
Crédit photo : CelticsBlog

Match choc

Petit choc hier soir entre le Heat, qui suit son raodtrip, et le Jazz. Gros duel d’intérieur entre Hassan Whiteside et Rudy Gobert. Le match sera très serré et dur, Miami entrera dans le jeu du Jazz et jouera à celui qui défend le mieux. Pas de gros scoring donc, puisque le quart temps le plus fructueux est de 27 points pour une équipe. Utah va prendre un peu les choses en main avant la mi-temps pour s’offrir 12 points d’avance.

Mais les joueurs du Heat n’ont pas lâché l’affaire pour autant et effectueront une deuxième mi-temps exceptionnelle sous le signe de la très grosse défense. Seulement 25 points pour le Jazz sur les 24 dernières minutes. Et au final une victoire pour le Heat : 84-74. On a eu peur pour notre Rudy Gobert qui à reçu les 98 kg de Dion Waiters de plein fouet dans le genou en fin de match. Vestiaire immédiatement pour le géant, mais pas trop d’inquiétude puisqu’il a pu y aller seul, sur deux jambes.

sfl-miami-heat-dion-waiters-s010917.jpg

Direction le Texas, San Antonio précisément, où les Spurs attendaient l’arrivée des Bucks. Les Bucks devaient se rassurer puisque leur bilan n’est plus vraiment représentatif de leur immense talent. Les Spurs ont réussis à se lancer et les victoires sont un petit peu plus présentes mais pourtant toujours assez compliquées à aller chercher. Revenons-en au match qui fut en fait un véritable combat de regard, tout les points étaient rendu et chaque fin de période voyait une équipe rattraper l’autre. Et comme souvent ce fut le troisième quart qui fut décisif, fait mal le retour sur le parquet. Ce sont les Bucks qui ont su faire la différence et assurer pendant la fin de match. 94-87 pour l’équipe de Greek Freak.

Hier San Antonio a vécu les débuts de Eric Bledsoe aux Bucks puisque le meneur à rejoint l’équipe après avoir tweeter qu’il ne voulait plus jouer avec les Suns. 13 points et 7 assists pour lui qui apporte déjà beaucoup sur le terrain, sans parler de statistique. 28 points et 12 rebonds pour Giannis, toujours en tête de meilleurs marqueurs de la Ligue, il compte bien aller chercher le MVP le jeune.

goals-for-paul-george-in-2017-18.jpg

Gros choc cette fois-ci puisque les Clippers ont prit l’avion dans le but d’aller humilier l’équipe du Thunder. Pas une mince à faire mais on sait que les Clippers sont très sérieux en ce début de saison. Le match à été dingue, ne serait-ce que par le fait que Lou Williams à planté 35 points. Oui oui, 35 points pour Lou Williams. Alors si celui-ci plante 35 pions ça veut dire que le reste de l’équipe à juste à marquer un peu, à défendre et le match sera plier. Sauf que c’est un peu plus complexe que ça car si Lou a autant scorer il n’est pas le seul. Je vous présente Paul George : 42 points, 9 rebonds et 7 passes décisives. Gros coup d’accélérateur pour le Thunder et un écart prit avant la pause. 8 points d’avance qui seront gérés convenablement et le match se finira avec un +9, 111-120 pour le Thunder.

Dans la logique des choses.

La nuit s’est également déroulée à Chicago, les glorieux Bulls recevaient les Pacers, en quête d’un bilan positif. Chicago n’a pas existé, comme souvent, comme trop souvent. Les Pacers additionnent tranquillement les points et n’en encaissent que très peu face à une équipe de joueurs à qui on a oublié de mettre les bras. 25 points de Victor Oladipo suffiront pour mettre les Bulls au sol. 105-87. Le meilleur marqueur des Bulls fut, pour la deuxième fois en deux match, Bobby Portis. Comme quoi on peut envoyer ses coéquipiers à l’hosto à coup de grandes salades de phalanges et être la star de son équipe.

Mais les Bulls ne sont pas les seuls à avoir subit hier soir. Le Magic s’est rendu dans le désert de Phoenix. Coup de chaud pour les Suns qui lutteront pour ne pas disparaître mais qui seront dominés du début à la fin. Nouvelle victoire pour le Magic, 128-112, qui se place sur la dernière marche du podium à l’Est, juste devant les Raptors alors que les Suns se retrouvent à la treizième place de l’Ouest. Orlando continue à surprendre et la recette fonctionne toujours, un beau collectif mit en avant au dépend d’avoir un gros scoreur individuel.

Verizon Slam Dunk Contest 2016
TORONTO, ON – FEBRUARY 13: Aaron Gordon of the Orlando Magic celebrates after a dunk in the Verizon Slam Dunk Contest during NBA All-Star Weekend 2016 at Air Canada Centre on February 13, 2016 in Toronto, Canada. NOTE TO USER: User expressly acknowledges and agrees that, by downloading and/or using this Photograph, user is consenting to the terms and conditions of the Getty Images License Agreement. (Photo by Elsa/Getty Images)

Ils surprennent.

Dernier match de la soirée qui opposera les Nets aux Blazers. La victoire semblait évidente pour Portland. Finalement ce ne fut pas le cas puisque même Damian Lillard ou CJ McCollum n’étaient pas vraiment présent au scoring. En face les joueurs de Brooklyn ne vont pas faire beaucoup mieux et vont même avoir beaucoup de mal à exister. Mais si le message n’est pas passé il faut le répéter : le troisième quart temps décide souvent de la tournure d’un match. +13 lors de ce quart et les Nets voient les Blazers en galère. Ceux-ci n’arriveront pas à se rattraper et la victoire leur file sous le nez, 101-97.

De match en match les surprises s’accumulent mais ne se ressemblent pas. La suite et fin de saison promet d’être remplie de rebondissement entre les joueurs qui vont revenir de l’infirmerie² et ceux qui vont y partir.

Nathan CHATELAIN

 

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here