Les plus grosses rivalités du College Football [Partie 2]

0
College Football
(Crédits : Detroit Free Press)
Ligue 1

Contrairement à la NFL, beaucoup d’équipes évoluant en College Football sont présentes depuis plus d’un siècle. Cela donne évidemment lieu à des rivalités entretenues et exacerbées par le poids des années ! Quand on a joué plus de 100 fois l’un contre l’autre, il y a évidemment de quoi raconter. Suite de notre série avec de très anciennes rivalités ou encore le duel de l’acier.

The Iron Bowl

Direction l’Alabama pour la première rivalité du jour pour un match annuel lors du week-end de Thanksgiving sous haute tension entre deux membres historiques de la conférence SEC, et ce bien avant la création de ladite conférence (N.D.L.R : en 1935).

College Football
(Crédits Photo : John David Mercer-USA TODAY Sports)
La haine dans la cité de l’acier

Alabama et Auburn, deux équipes qui se haïssent mais qui offrent chaque année au public un affrontement de qualité attendu par l’Amérique entière. Si la rivalité naît au sortir de la Civil War américaine pour une histoire de terrain et de subventions de l’État, celle sur le terrain prend racine en 1893 avec un premier affrontement à Birmingham. Néanmoins, après plusieurs désaccords entre les deux instituions et une violence extrême lors du match de 1907, la rivalité va s’arrêter pendant plus de 40 ans !

Ce n’est qu’en 1948 que les deux équipes se retrouvent à nouveau sur le terrain, et ce suite à une recommandation de la chambre des représentants de l’Alabama qui encourageaient Auburn et Alabama à passer outre leurs différences. En plus d’une répartition équitable des billets entre les deux camps, le match s’installe alors sur terrain neutre, à Birmingham, ville réputée pour son acier et qui donnera son nom à la rivalité : l’Iron Bowl.

De 1948 à 1988, les deux équipes joueront au Legion Field de Birmingham, avant que la série ne devienne un home-and-home game. Ainsi, suite à une réclamation d’Auburn qui considérait que le terrain était plus proche du campus d’Alabama, chaque équipe fut en mesure de jouer un match sur deux à domicile. Les Tigers disputèrent alors chaque Iron Bowl à domicile au Jordan-Hare Stadium, tandis qu’Alabama à Birmingham jusqu’au début du millénaire. Depuis l’an 2000, le Crimson Tide est de retour à Tuscaloosa pour disputer l’Iron Bowl, et dispute donc ses matchs à domicile au Bryant-Denny Stadium.

En 84 matchs partagés entre ces trois localités et la ville de Montgomery, Alabama mène la série 46-37-1 avec des phases de domination bien distinctes.

Bama roi de Birmingham, Auburn souverain non-neutre

Le début de la rivalité fut clairement à l’avantage des Tigers d’Auburn. Sur les sept premières confrontations entre les deux équipes, ils en remportèrent six, ce qui leur permit de dominer la série jusqu’à la première coupure (7-4-1). Suite à la reprise de la rivalité, les débats s’équilibrèrent et chaque université connût une petite période de domination avant qu’Alabama ne domine outrageusement les débats à partir de 1959. Pendant quatre ans, le Crimson Tide va dominer son adversaire sans lui laisser inscrire le moindre point ! Une disette offensive qui va donc ouvrir une longue période de domination pour Alabama. De 1959 à 1981, 23 Iron Bowl auront lieu et Alabama s’imposera à 19 reprises.

Par la suite, Auburn récupérera l’avantage jusqu’au passage de la rivalité en home-to-home serie. Loin de Birmingham, les Tigers vont bien mieux se porter et légèrement dominer les débats, remportant plus de victoires que leur rival à Auburn (10-5) et à Tuscaloosa (6-5). Depuis l’an 2000, les deux universités ont connu chacune leur période de domination ; au début du siècle pour les bleus et oranges puis lors de la décennie pour les rouges et blancs malgré plusieurs upsets des Tigers.

Raclée, Punts et Kick-Six

Que serait une grande rivalité sans de grands matchs ayant marqués l’histoire ? Comme tout duel de légende en College Football, l’Iron Bowl a connu diverses rencontres incroyables, aussi bien sur le plan statistique qu’émotionnel.

Historiquement, le premier match entre les deux universités remonte au 22 Février 1893, match s’étant soldé par une victoire d’Auburn 32-22. Quelques années plus tard, un autre match marqua la rivalité mais pour d’autres raisons : celui de 1907. Outre le match nul 6 à 6 anecdotique, cette rencontre fut le théâtre d’une violence marquée et sera le dernier affrontement entre les deux équipes avant une pause de plus de 40 ans.

Lors du retour de la rivalité en 1948, Alabama va réaliser une performance incroyable : humilier Auburn grâce à son attaque et à sa défense. Ce soir là, le Crimson Tide va inscrire 55 pts et va également empêcher les Tigers de débloquer leur compteur au tableau d’affichage. Résultat ? Une raclée 55-0, le plus gros écart dans l’histoire de l’Iron Bowl.

Quelques années plus tard, en 1972, Auburn va réaliser un énorme upset. Menés 16 à 3 en fin de rencontre, les Tigers vont bloquer presque coup sur coup deux punts d’Alabama et retourner chacun d’entre eux pour un touchdown. Auburn remporta ainsi la rencontre 17 16 et leurs fans s’empressèrent de crier une phrase qui restera culte, “Punt Bama, Punt !”.

Si quelques matchs ont marqué les années 80,90 et 00, faisons un bon dans le temps pour parler des quelques rencontres marquantes dans l’histoire récente de l’Iron Bowl. Arrêtons tout d’abord en 2010, année où Auburn remporta le titre national. Quelques semaines plus tôt, les Tigers avaient déjà réalisés un match sensationnel pour dominer Alabama. Menés de 24 pts, les joueurs de Gene Chizik vont remonter ce déficit et aller s’imposer 28-27 en terrain hostile à Tuscaloosa : le plus gros comeback de l’histoire de cette rivalité.

Trois ans plus tard, Auburn va réaliser un autre exploit pour battre le Crimson Tide. Double champion national en titre et #1 au pays, Alabama est bousculé par les Tigers et les deux équipes se retrouvent à égalité 28-28. Le freshman Adam Griffith tente alors un coup de pied de 57 yds pour offrir la victoire à la meilleure équipe du pays, mais la tentative est trop courte et arrive dans les mains de Chris Davis en fond de endzone. Le cornerback d’Auburn va alors remonter l’intégralité du terrain pour offrir la victoire à son équipe au terme d’une chevauchée de 109 yds. Renversant !

Sans rentrer dans les détails, les matchs de 2014 et 2019 ont également marqué l’histoire de la rivalité.

Michigan vs Ohio State

Peut-être une des meilleures rivalités du College Football, au moins sur le plan sportif. Deux mastodontes de la Big Ten qui se disputent presque chaque année le titre de conférence à travers cette rencontre.

(Crédits Photo : Patrick Barron/Maize & Blue Nation)
De la Toledo War à un duel de conférence

Si la première rencontre entre les Buckeyes d’Ohio State et les Wolverines de Michigan eut lieu en 1897, on peut trouver des raisons historiques à une quelconque animosité entre les deux états. Pour cela, il faut remonter à 1835 et à la Toledo War, une guerre froide entre le Michigan et l’Ohio pour une revendication de territoire. En effet, ces deux états revendiquaient une parcelle de territoire proche de la ville de Toledo, Ohio, particulièrement prospère. Ainsi, depuis que ce territoire a été donné à l’Ohio, des tensions existeraient entre ces deux états.

D’un point de vue footballistique, la rivalité se disputa presque tous les ans de 1900 à 1912, sans que les deux équipes ne soient dans la même conférence. Ohio State rejoindra finalement la Big Ten en 1912, conférence dans laquelle se trouvait Michigan depuis 1896, mais les deux équipes ne se ré-affronteront pas avant 1918. À partir de cette année là, les deux programmes s’affrontèrent tous les ans, les années impaires à Ann Arbor dans le Michigan et les années paires à Columbus dans l’Ohio.

Après 114 affrontements, c’est Michigan qui tient la corde en terme de victoires avec cinq succès de plus qu’Ohio State (58-51-6).

Entre dominations écrasantes et alternances

Avant que la rivalité ne devienne officiellement un rendez-vous annuel, les Wolverines dominèrent outrageusement les affrontements. Ainsi, de 1897 à 1912, Michigan ne s’inclina pas la moindre fois et remporta douze des quatorze rencontres disputées (12-0-2). Après 1918, Michigan continua à dominer les débats, en remportant plusieurs titres nationaux, jusque dans les années 50 et 60, période au cours de laquelle les Buckeyes prirent l’ascendant sans toutefois revenir à hauteur de leur rival.

Si les deux équipes connurent un relatif passage à vide sur le plan national jusqu’à la fin des années 90, Michigan en profita pour ré-augmenter son avance et même s’offrir une victoire cruciale en 1997, année du dernier titre national des Wolverines. Depuis, la dynamique est tout autre entre les deux équipes. À partir des années 2000, Ohio State ne laissera que des miettes aux joueurs d’Ann Arbor, avec seize victoires (pour deux défaites) en dix-neuf rencontres* sans le moindre faux pas du côté de Columbus. Actuellement, les Buckeyes en sont à huit succès consécutifs, leur plus longue série victorieuse dans l’histoire de la rivalité.

* Les victoires d’Ohio State lors de la saison 2010 ont été retirées de leur bilan. Ainsi, le match contre Michigan (remporté par les Buckeyes) ne compte pas dans le bilan de la rivalité même s’il a été disputé.

Neige, Ten Year War et Match du Siècle

Si Michigan vs Ohio State est considérée comme une des meilleures rivalités du College Football, c’est également pour la qualité des matchs proposés. En voici quelques uns qui ont marqué leur époque.

Au début de la rivalité, Michigan était sans pitié avec son rival. Le programme enchaînait les démonstrations de force, avec des scores toujours plus impressionnants et notamment un 86-0 en 1902. Toutefois, un des premiers matchs marquants entre les deux programmes fut beaucoup moins prolifique. En 1950, les deux équipes s’affrontent sous la neige dans un match plus tard surnommé le Snow Bowl. Ce duel reste dans la légende car il offrit à Michigan une place pour le Rose Bowl suite à sa victoire 9-3, mais aussi et surtout pour les attaques presque inexistantes des deux équipes. Les Wolverines l’emportèrent sans obtenir le moindre first down, tandis que les deux équipes puntèrent au total 45 fois !

À la fin des années 60, les deux équipes entrèrent dans l’une des phases les plus intenses de leur rivalité. 1969 marque le premier duel entre Woody Hayes, coach légendaire des Buckeyes, et Bo Schembechler, assistant d’Hayes en 1952 et nouveau sur le banc adverse. Les Wolverines vont réaliser l’exploit de faire tomber un programme d’Ohio State champion en titre et sur une série de vingt-deux victoires de rang dans un match incroyable. Cette victoire marquera le début de la Ten Year War, une période de dix ans où les équipes livrèrent des matchs à haute intensité.

Le match le plus iconique de la rivalité est sûrement celui de 2006. Cette année-là, Ohio State et Michigan sont invaincus et se classent respectivement #1 et #2 au pays. Au terme d’un match irrespirable, Ohio State s’imposera 42-39 et décrochera une place en finale nationale (où les Buckeyes s’inclineront face aux Gators de Florida), scellant le sort de ce qui est considéré par beaucoup comme le Match du Siècle.

Récemment, Ohio State a brillé en s’imposant 62-39 en 2018 grâce aux 5 TD de son quarterback Dwayne Haskins, dans le match le plus prolifique de l’histoire de la rivalité.

The Game

Si Yale et Harvard sont plus reconnues pour leurs performances extra-sportives, les deux universités de l’Ivy League ont développé une des plus anciennes rivalités en College Football.

(Crédits Photo : Jared Wickerham / Getty Images)
Le poids de l’histoire

C’est l’une des rivalités les plus anciennes et les plus pérennes de l’histoire du sport universitaire, et le football américain n’en fait pas exception. Ces deux universités sont certes renommées sur le plan scolaire, mais sont également à l’origine de nombreuses choses dans le sport. Par exemple, Yale et Harvard sont connues pour avoir joué un rôle majeur dans le développement des compétitions inter-établissements, et sont également à l’origine de nombreux aspects du jeu au football américain.

Si nous nous concentrons à nouveau sur le football américain, ce duel entre les Bulldogs et le Crimson est l’un des plus ancien de l’histoire avec un premier affrontement en 1875. Seule la rivalité entre Yale et Princeton est plus ancienne, mais elle n’a pas le même poids historique que celle où les deux équipes se disputent The Game. Si le match a déjà été disputé à New York et à Springfield, Massachusetts, par le passé, il a aujourd’hui lieu sur le campus d’Harvard les années paires et sur celui de Yale les années impaires.

Sur le plan comptable, Yale mène 68-60-8 après 136 rencontres face à Harvard. Un avantage relativement faible s’expliquant par une succession de phases de domination de part et d’autres.

À chacun sa période

Si la première opposition entre les eux équipes en 1875 s’est soldée par une victoire d’Harvard, c’est bien Yale qui va largement dominer les débats au début de la rivalité. De ce match jusqu’au tout début des années 10, les Bulldogs ne vont s’incliner qu’à cinq reprises en trente matchs disputés, proposant un bilan plus que favorable (21-5-4). Les débats vont ensuite s’équilibrer avec des séries de deux, trois ou quatre victoires pour chacune des deux universités pendant presque l’intégralité du XXe siècle.

Le début du nouveau millénaire va cependant offrir à Harvard sa plus grosse domination dans l’histoire de cette rivalité. À partir de 2001 et jusqu’à ce jour, le Crimson va remporter quinze des dix-neuf rencontres qui se disputeront, avec notamment une série de neuf victoires en 2007 et 2015, la plus longue de l’histoire dans ce duel. L’an dernier, ce sont les Bulldogs qui se sont imposés dans un match haletant comme en a connu à plusieurs reprises l’histoire de The Game.

Histoire, Suspens et Overtime

Les affrontements entre Harvard et Yale ont rythmé les 150 dernières années, et certains ont marqué l’histoire et les esprits. Le premier match, en 1875, a un poids historique assez fort. En effet, il fut le premier où chaque université accepta de jouer selon certaines règles de l’adversaire. De fait, Harvard accepta certains aspects “footballesques” joués par Yale, et Yale accepta certains aspects “rugbyesques” prônés par Harvard. Ce match, remporté par le Crimson, fut également le premier où chaque équipe avait une tenue précise et distincte.

Après ce premier match opposant les deux universités, ces programmes vont dominer le pays jusqu’au début des années dix, se partageant de nombreux titres nationaux (Harvard en revendique sept, Yale en revendique vingt-sept). Si les deux équipes vont quitter le devant de la scène, certaines confrontations vont tout de même s’avérer extraordinaires. Parmi elles, on peut noter celles de 1967 et 1968. En 1967, Yale mène rapidement 17-0 en un quart-temps, mais va voir Harvard inscrire vingt points en trois quart-temps pour reprendre la main. Dans une fin de match haletante, Yale finira par scorer à nouveau pour arracher la victoire 24 à 20.

L’année suivante, les deux équipes se présentent invaincues l’une face à l’autre (8-0) pour la première fois depuis 1909. Yale arrivait même en pleine bourre en étant sur une série de seize victoires, derrière son quarterback Brian Dowling. Comme l’année précédente, le match tourne rapidement à l’avantage des Bulldogs qui se retrouve avec seize points d’avance à 42 sec du terme. Alors qu’on pense le match terminé, Harvard va réussir l’exploit de recoller au score pour arracher un match nul, le dernier de l’histoire de la rivalité. Classé parmi les dix meilleurs matchs de l’histoire du College Football par ESPN, ce match a même eu droit à son documentaire, Harvard Beats Yale 29-29, réalisé par Kevin Rafferty en 2008.

La dernière confrontation entre les deux programmes a aussi sa place dans l’histoire. Au terme d’un match offensif et où Yale a réussi à décrocher une prolongation en inscrivant deux TD en fin de rencontre, les Bulldogs ont réussi à s’imposer après deux prolongations pour aller chercher un second titre en trois ans en Ivy League.

The Rivalry

Lafayette et Lehigh sont peut-être des équipes de Patriot League en D-I AA, mais leur rivalité est la plus durable dans l’histoire du football universitaire.

(Crédits Photo : The Morning Call)
Un siècle et demi d’histoire

Lorsqu’on parle de rivalité presque ancestrale en College Football, il est impossible de ne pas mentionner celle entre les Leopards de Lafayette et les Moutain Hawks de Lehigh. Situés à seulement 27km (17 miles) l’un de l’autre dans la Lehigh Valley en Pennsylvanie, ces deux programmes se sont affrontés au moins une fois par an depuis 1884 et sans discontinuer depuis 1896 (unique année où il n’y a pas eu de confrontation entre les deux équipes suite à un grief autour de l’éligibilité d’un joueur de Lehigh). C’est simple, c’est la rivalité la plus jouée et avec le plus de matchs consécutifs de l’histoire en football américain universitaire. Pour contextualiser, c’est également la plus vieille rivalité de l’histoire si l’on retire les universités de l’Ivy League, considérées comme pionnières dans l’apparition de ce sport.

Dire que ces deux équipes se sont beaucoup affrontées est un euphémisme. De 1884 à 1901, Lafayette et Lehigh se sont affrontés deux fois par an* avec une rencontre à Bethlehem sur le campus des Moutain Hawks et une autre à Easton sur le campus des Leopards**. Après cette période, l’affrontement est devenu annuel, à l’exception de 1943 et 1944 où il y a à nouveau eu deux affrontements, avec des rencontres à Bethlehem les années impaires et à Easton les années paires.

Si le football américain a sûrement lancé la rivalité entre les deux universités, elle dépasse aujourd’hui les frontières de ce terrain. En effet, il existe depuis 1968 le All Sports Trophy qui est remis à l’université ayant remporté le plus de rencontre contre son rival tous sports confondus. Un moyen de célébrer The Rivalry presque tout au long de l’année.

Sur les 155 rencontres disputées entre ces deux universités, Lafayette a l’avantage avec un bilan de 79-71-5 face à Lehigh.

*Il y a deux exceptions : 1891 où il y a eu trois matchs et 1896 où il n’y en a pas eu.

** En 1891, le troisième affrontement eut lieu à Wilkes-Barre.

À toi à moi ?

Les débuts de la rivalité furent clairement à l’avantage de Lafayette. Plus expérimentés, les Leopards remportèrent cinq de leurs six premières rencontres (l’autre rencontre se conclut sur un match nul) avant que Lehigh ne s’impose enfin. Assoiffés de revanche, les Moutain Hawks dominèrent à leur tour les débats en ne s’inclinant qu’une seule fois entre 1888 en 1893, soit pendant treize rencontres. Lafayette récupéra alors la main et affirma sa supériorité entre 1895 et 1949 avec près de quatre fois plus de victoires que leur adversaire.

À partir des années 50, Lehigh grappilla peu à peu son retard grâce à une domination certes moins flagrante que celle de Lafayette auparavant. Les débats se sont tout de même resserrés depuis le début du XXIe siècle avec onze victoires pour le programme de Bethlehem (contre huit pour celui d’Easton).

Légende, Réception et Yankee Stadium

En 155 rencontres, Lafayette et Lehigh ont livré de belles rencontres. Si les plus anciennes sont difficiles à raconter, certaines dans l’histoire assez récente de la NCAA ont laissé une trace indélébile.

Il est difficile de vérifier la véracité des histoires racontées sur les premières années de cette rivalité. Si les scores ont bel et bien été conservés, comme la victoire 56-0 de Lafayette lors du premier match entre les deux équipes en 1884 ou encore les cartons de Lehigh en 1890 (66-6) et en 1917 (78-0, plus large succès de l’histoire entre les deux facs), les légendes ne sont pas vérifiables. Néanmoins, il se dit qu’une des plus longues courses de l’histoire eut lieu en 1918. En effet, le running-back des Moutain Hawks Raymond Dowd aurait couru sur 115yds pour inscrire un touchdown en ayant initialement couru vers sa zone d’en-but. Les récits divergent selon les personnes, et certains récits font même écho d’une course de plus de 160 yds.

Plus récemment, en 1995, Lafayette et Lehigh ont livré un match haletant. Après avoir été menés 30-14 au milieu du dernier quart-temps, les Moutain Hawks réussirent à recoller à 30-30 afin de décrocher une prolongation, l’année même de l’institution de la règle dans la Patriot League. Conséquemment à une première prolongation sans point, le receveur de Lehigh Brian Klingerman va réussir une réception à une main dans la endzone, offrant à son équipe une victoire importante et par la même occasion le titre de conférence.

Après de très nombreuses joutes, l’heure fut à la célébration en 2014. Pour la 150e édition de The Rivalry, les deux équipes s’affrontèrent dans le Bronx du côté du Yankee Stadium. Une rencontre historique dans un cadre prestigieux, qui se conclut par une victoire de Lafayette 27 à 7.

Le dernier affrontement entre les deux équipes fut également remporté par Lafayette sur le score de 17 à 16.

Vous en avez désormais plus sur les rivalités en College Football, même s’il y en a énormément d’autres assez mythiques. C’est d’ailleurs ce que l’on verra dans le troisième et dernier volet de cette série avec notamment The Egg Bowl ou encore le Backyard Brawl.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here