Les supporters du FC Porto empêchent l’arrivée d’un joueur

Alors que le FCP voyait déjà Fábio Coentrão renflouer ses rangs et servir d’alternative en défense, les fidèles du club ne l’ont pas entendu de cette oreille…

Un désir ardent

Crédit : Hugo Delgado / Lusa

Mercredi au petit matin, la presse lusitanienne était unanime quant à l’imminence de la signature du latéral gauche portugais chez les Dragons. “Coentrão a un pied au FC Porto” titrait ainsi métaphoriquement le journal O Jogo, réputé proche du club bleu et blanc. “Contrat proposé à Coentrão” annonçait quant à lui le grand quotidien lisboète A Bola. Enfin, Record, d’orientation pro-Sporting, surenchérissait opiniâtrement : “Sérgio Conceição (le coach de l’équipe NDLR) veut Coentrão.” L’entérinement de l’accord final ne semblait être qu’une question d’heures.

Selon ces mêmes sources, celui-ci devait lier les deux parties pour deux saisons, assorti d’une troisième en option. Conceição avait fait du défenseur de 31 ans sa priorité, l’empêchant au dernier instant de s’engager chez les Grecs du PAOK, club pourtant longtemps cité comme sa future destination. L’objectif du FCP résidait dans la volonté de trouver une doublure à l’arrière gauche brésilien Alex Telles. Et ainsi de renforcer  la qualité de l’effectif pour la saison à venir. Expérimenté, brillant techniquement, robuste physiquement, Coentrão était d’autant plus arrivé au terme d’un contrat d’une année avec le Rio Ave FC. Sa gratuité constituait un argument supplémentaire étayant ce choix.

Un passé houleux

Coentrão est né en 1988 à Vila do Conde. Le géant du SL Benfica le repère en 2007. Après des débuts compliqués, il parvient à faire ses preuves. Entraînant, moyennant une somme de 30 millions d’euros, son départ au Real Madrid. C’est chez les Merengues que sa carrière atteint son apogée. Explicitée par les 106 matchs qu’il disputa et les nombreux trophées qu’il souleva. Après des prêts à l’AS Monaco puis au Sporting CP durant l’échéance 2017-18, il acte son retour au Portugal. Il signe au Rio Ave FC, son club de formation. Si vous avez bien suivi, l’information d’un joueur passé par le Sporting et le Benfica arrivant au FC Porto vous a certainement décontenancé•é. Il est certes sporadique de voir un joueur passer d’un géant à un autre. Comme l’illustre le cas de l’uruguayen Maxi Pereira, qui en 2015 délaissa Benfica au profit de Porto.

Mais dans le cas présentement évoqué, l’affection de Coentrão pour Benfica (« une équipée gravée dans coeur ») et son inconditionnel amour envers le Sporting, (« son club de cœur ») rend une éventuelle présence au FCP d’emblée incongrue. Cette incongruité est exacerbée par la relation épineuse qu’entretient l’ex-coéquipier de Cristiano Ronaldo avec la formation de la cité invaincue. Coentrão a  régulièrement  tenu des déclarations discréditant le FC Porto. En 2018, lors d’un match de Coupe de la Ligue, il a été accusé de racisme. En cause, une probable invective adressée en ces termes à Moussa Marega : « Noir de merde. »

Actes d’anti-jeu, célébrations grossières, manque de fair-play. Coentrão a animé les Clássicos Sporting-Porto de ces ultimes années. Un début de rixe est même survenu  lors de celui de mars 2018, après l’accrochage entre Fábio et un secouriste du stade (voir vidéo.)   Les spectateurs du Dragão ont ainsi pris l’habitude de copieusement huer le joueur à chacune de ses prises de balle.

Animosité et ire chez les fans

Crédit : Colectivo Ultras 95 (page Facebook)

Il est donc aisé de comprendre que les premières  rumeurs concordantes qui ont circulé mercredi  ont fait bondir les supporters du FC Porto. Le hashtag #CoentrãoNão (« Coentrão non » en français) a été utilisé des milliers de fois. Il envahissait intempestivement toutes les publications des comptes Twitter et Facebook du club de Pinto da Costa. Ce boycott a atteint son point d’orgue à la mi-journée, lorsque le Colectivo Ultras 95, seconde organisation ultra du club, a pris position. Initiative extrêmement rare. Rappelant que le groupe n’avait pas vocation à « statuer sur  les recrutements du club et sa gestion de l´effectif », les « Claques » comme on les appelle en portugais, ont solennellement demandé à la direction de cesser toute négociation. « Nous exigeons que le FC Porto et ses adeptes soient respectés. Cette personne ne peut pas porter notre maillot ! »

Après une journée de mûre réflexion, la direction du club a conclu en début de soirée qu’il était  préférable de congédier cette piste. L’idée de Conceição a donc été perturbée par son impopularité et son entrave à la dignité de l’institution. Preuve que les supporters, quand ils savent se mobiliser et faire pression, peuvent avoir le pouvoir. Et faire tout basculer, en l’espace d’une simple journée.

Tout au long de cette dernière, on a dans une moindre mesure vue l’émergence du hashtag #QueirósSim (“QueirósOui”.) Les fans exhortent en effet la direction à faire confiance au jeune défenseur portugais formé au club, et d’annuler son éventuel prêt à l’Eintracht. Lequel pourrait comporté une option d’achat de 7M€ selon O Jogo, un prix considéré comme risible. Ultérieurement, le départ à bas coût du milieu Óliver et les arrivées de Zé Luis (avant centre) et Marcano (défenseur), n’ont pas fait l’unanimité. Et si le FC Porto était en train de passer à côté de son mercato ?

A lire aussi : Le dragon s’endort pour mieux se réveiller.

Crédit photo en une : Getty Images. 
A propos de l'auteur

Passionné de football, je suis ce fameux individu que tu ne veux pas avoir dans ton équipe. Supporter du FC Porto, je compense cette médiocrité technique par des articles sur le football portugais. Également amateur de Théâtre et de livres mais ça on s'en fout un peu. Quoi que...

Poster un commentaire

ut Donec eget Praesent fringilla tempus Nullam libero. sem, ut