Champions League

Ligue des Champions : Borussia Mönchengladbach – Manchester City, les notes du match

Pas de réelle surprise pour ce huitième de finale aller entre le Borussia Mönchengladbach et Manchester City, qui a vu ces derniers s’imposer 2 buts à 0, à “l’extérieur”. Le match, disputé à Budapest en raison de la crise sanitaire actuelle, n’a jamais vu les Allemands prendre le jeu à leur compte, se contentant de jouer le contre. Pari raté pour Rose, qui s’est heurté à une charnière centrale Laporte – Ruben Dias très basse, bloquant toute offensive adverse. Leçon tactique donnée par Guardiola ce soir, qui pourrait bien cette année faire enfin passer un cap à Manchester City. Les portes des quarts sont presque ouvertes. 

L’homme du match

Bernardo Silva (8) : Il a parfois été victime de la possession stérile de balle de Manchester City. Cependant, sa position en électron libre lui a permis de se sentir libre. Il échappe bien à la vigilance du grand Elvedi (1m89) pour marquer un joli but de la tête. Il se mua en passeur décisif en seconde mi-temps, toujours de la tête. Véritable esthète ce soir, son contrôle (58e) sur une nouvelle passe de Cancelo est un modèle du genre. Petit par la taille, mais grand de par son talent.

Borussia Mönchengladbach

Équipe impressionnante des phases de poule, le Borussia s’est complètement raté ce soir. Alors que l’on pensait Rose capable de dépasser le maître, il s’est écrasé complètement, changeant d’entrée de jeu de tactique. Dans les faits, son équipe a persisté à relancer proprement le ballon, sûrement son plus gros préjudice ce soir. Au retour, le Borussia devra montrer un autre visage, plus tranchant en attaque, plus varié aussi, tant les offensives ont paru se ressembler à chaque fois, sur chaque contre. Défensivement, Elvedi était dépassé, seul Ginter a dégagé un peu de maitrise.

Sommer (4) : Bien couvert par sa défense à de nombreuses reprises, il ne peut en revanche rien sur le but de Bernardo Silva. Ses relances sont souvent passées par ses deux centraux, ne bénéficiant pas du même jeu au pied que son homologue Ederson. Il n’a pas tant été sollicité que cela, mais encaisse deux buts où sa défense le lâche complètement. Compliqué donc pour Sommer de voir une lueur d’espoir ce soir.

Lainer (4) : Il a eu peu d’interventions à réaliser en première mi-temps, la plupart des actions passant de l’autre côté du terrain. Foden lui a tout de même posé des soucis, même si le jeune Citizen s’est souvent retrouvé plus axial. C’est surtout Cancelo qui lui a posé des problèmes, à toujours apporter le surnombre. Soirée aux multiples visages adverses pour Lainer, remplacé par Lazaro (non noté).

Elvedi (2) : Il est bien présent devant Sterling (4e) pour empêcher les Citizens de s’approcher trop près des cages de Sommer. Mais, au fur et à mesure que les minutes s’écoulaient, il s’est effrité, oubliant complètement Bernardo Silva sur le premier but. Il se rattrape un peu face à Sterling (33e), qui loupe son 3 contre 3 en partie à cause du Suisse, mais est trop passif sur le second but de Manchester City. Soirée cauchemardesque pour l’Helvète, qui n’a jamais dégagé de sentiment de sécurité.

Ginter (5,5) : Il s’est fait peur plusieurs fois en voulant à tout prix relancer le ballon proprement, mais il a paru plus solide que son compère Suisse. Il a notamment couvert les errements défensifs de ce dernier, devant Sterling (44e) et Jesus (53e). Clairement le maître de la charnière du Borussia ce soir, mais cela n’a pas suffit. S’il avait été mieux entouré, le Borussia n’en aurait peut-être pas pris deux. Il faudra bien encadrer son partenaire en défense au prochain match.

Bensebaini (3) : Avec un Sterling (puis Foden) et un Kyle Walker plutôt en jambes dans son couloir, l’ancien Rennais a eu beaucoup de travail défensif. Plus en vue à l’attaque d’habitude, il a du se sentir frustré. Il a souvent été en retard ou imprécis sur ses interventions, notamment sur Sterling (27e) et sur le but de Silva deux minutes plus tard. En seconde mi-temps, le but vient encore de son côté, alors qu’il semble encore une fois en retard sur le marquage défensif. Pas le soir de l’Algérien.

Neuhaus (3) : Le jeune international allemand que l’Europe s’arrache n’était peut-être pas vraiment taillé pour ce match où le Borussia a surtout courbé l’échine. Il était beaucoup plus à l’aise en phase de poules, où il menait son équipe directement vers les filets adverses. Il s’est un peu mieux débrouillé en seconde mi-temps, maniant le ballon avec plus de conviction. Sans résultat cependant. Une déception, pour celui qu’on espérait voir perturber ses adversaires.

Zakaria (6) : Positionné dans l’axe de la défense, il est rapidement monté d’un cran, prenant la place de 6. Les attaques venant surtout des côtés, il s’est contenté d’orienter le jeu et d’être le relais de ses centraux après la récupération du ballon. Il a parfois réussi à casser les lignes adverses, amenant directement le danger sur les cages adverses. Sa passe pour Pléa sur un 3 contre 2 à jouer (58e) est en revanche complètement manquée. Il aura en tout cas été l’un des seuls du Borussia a s’être vraiment projeté vers l’avant.

Kramer (3) : Il est à l’origine de la première occasion du Borussia, mais sa passe a fini dans les pieds d’Ederson (18e). En dehors de cela, ses vélléités offensives se sont réduites à des passes latérales, ou à des dégagements en catastrophe alors que sa défense mettait un point d’honneur à se dégager proprement. Match fantomatique, ou presque.

Hofmann (4) : Repositionné à droite de l’attaque, alors que Marco Rose passait du 3-5-2 à un 4-3-3 plus classique, il a apporté un pressing constant sur les premières relances adverses. Il a souvent trouvé ses partenaires lorsqu’il prenait le jeu à son compte. En revanche, alors que les minutes s’égrenaient, il s’est peu à peu éteint. Il en faudra vraiment plus au match retour pour espérer renverser la tendance. Il sort blessé, remplacé par Wolf (non noté), qui a bien failli tromper Ederson en toute fin de match (90e+3).

Pléa (4) : Lui aussi repositionné, il a dû attendre patiemment les ballons venir à lui. Le premier (17e) n’est pas bien donné par Lainer, tandis que le Français s’était trop avancé. M. Ligue des Champions (5 buts, 3 passes) est resté muet ce soir, malgré une belle occasion acrobatique juste avant son remplacement par Thuram (non noté).

Stindl (3,5) : Une première mi-temps très (trop) ingrate pour le capitaine de la formation allemande, qui a passé son temps à courir après le ballon. Jamais servi dans l’axe, il a souvent dû décrocher pour le toucher un peu. Sorti à la 74e minute de jeu, le capitaine a paru dépité. Remplacé par Embolo (non noté).

Manchester City

Une première mi-temps maîtrisée, mais pas totalement dominée. Manchester City a donné l’impression d’avoir le match en main mais de ne pas réussir à le tuer. Guardiola a bien tenté d’inverser la position de ses ailiers, sans réelle conséquence. Bernardo Silva, lumière dans la nuit étoilée de Budapest, a en tout cas éclaboussé le match de toute sa classe et de son talent, buteur puis passeur décisif. Aux côtés d’un Cancelo inspiré, les Citizens ont fait plus de la moitié du boulot. Il faudra conclure, à Manchester, mais cela semble très bien parti. Supérieurs dans tous les compartiments de jeu, le leader de Premier League a peut-être fait la meilleure impression de tous ces matchs de Ligue des Champions.

Ederson (5) : Il anticipe bien sur une belle ouverture de Kramer à destination de Pléa en première mi-temps, puis sur une autre de Stindl pour Pléa toujours. Ne subissant qu’un tir, on ne peut dire que son talent a été mis à l’épreuve aujourd’hui. Si sa passe pour Sterling (54e) aurait presque pu se convertir en passe décisive, il est très difficile d’évaluer la performance du portier brésilien, qui n’a tout simplement rien eu à faire ce soir.

Walker (6) : Comme le souhaitait Guardiola, Walker a fait étale de toute sa palette offensive, s’incluant vraiment au coeur du jeu. Un vrai latéral moderne, qui sait attaquer quand il le faut, et se replier au moment propice. Il n’a d’ailleurs que très peu (voire jamais) été pris dans son dos. Un match solide pour le latéral droit anglais.

Dias (5,5) : Sûrement sous l’impulsion de Guardiola, il a joué très bas, n’effectuant pas un pressing constant sur le porteur du ballon. Il n’a jamais été pris de cours en première mi-temps, et a joué juste. Pas plus inquiété en seconde mi-temps, se contentant de jouer court, juste, et vers l’avant.

Laporte (5) : Tout comme Ruben Dias, il a joué dans un bloc bas en défense, ne montant pas plus que cela en phase offensive. Pas vraiment inquiété en première mi-temps, il n’a pas souffert plus que cela non plus en seconde mi-temps. Un match tranquille pour notre français.

Cancelo (7) : Tout au long du match, il a été très actif. Il a beaucoup donné offensivement, tout comme son compère Walker. Il est un peu trop fébrile sur son mauvais pied (10e), se rattrapant bien du gauche pour Bernardo Silva sur le premier but Mancunien. Encore une fois, il centre parfaitement pour le même Silva sur le second but des Citizens. Un match incroyable pour Cancelo, qui vient d’enterrer Benjamin Mendy.

Gündogan (5) : L’homme en forme de cette équipe depuis plusieurs matchs s’est cette fois trouvé un peu plus effacé que ses partenaires d’attaques, peut-être gêné par la position de Silva. Pas inutile du tout pour autant, articulant à la perfection un milieu de terrain riche en individualités. Ilkay était cette fois l’homme de main.

Rodri (5,5) : Impliqué sur quasiment aucune action offensive de son équipe, il a surtout fait le travail dans l’ombre, récupérant les ballons et exerçant un bon pressing sur les adversaires. Il a été clairvoyant sur les passes adverses, donc précieux. Son seul ballon perdu et dangereux du match aurait bien pu mener à l’égalisation adverse. Tout comme Gündogan, son influence et son emprise sur le milieu de terrain s’est faite ressentir, sans pour autant qu’on la voit.

Foden (5) : Le gamin du pays a allumé la première mèche du match, à la 5e minute. Il est le premier Mancunien à s’être réellement mis en avant, et n’a jamais baissé les bras. S’il n’est impliqué sur aucun des buts, son activité et son énergie débordante auront au moins permis de faire courir ses adversaires. Il aurait mérité d’être récompensé, mais est sûrement assez intelligent pour se dire qu’à 2-0 à l’extérieur, le boulot est fait plus qu’à moitié. Remplacé par Torres (non noté).

Sterling (4) : Le capitaine des Citizens aurait mérité de bénéficier d’un penalty (27e) tant l’intervention de Bensebaini paraissait en retard. Même s’il a parfaitement initié l’action qui mène au second but, décalant bien Cancelo, il reste le moins inspiré de tous ce soir. Il céda sa place à Mahrez (non noté), qui a pu jouer 20 petites minutes dans un match déjà plié.

Bernardo Silva (8) : voir par ailleurs.

Jesus (6) : Il a souvent demandé conseil à ses partenaires, se repositionnant souvent afin d’apporter toujours plus offensivement. Il a souvent gêné la première relance adverse, sachant que les joueurs du Borussia voulaient absolument la jouer propre. S’il se craque complètement après une bonne série de dribbles, attendant trop longtemps le retour de Ginter, il marque le second but de son équipe (64e) après un mouvement collectif parfait. Et si certains se demandent encore à quoi sert Jesus, sachez qu’encore ce soir, il a été précieux. Remplacé par Kun Agüero (non noté), qui a fait son grand retour en Ligue des Champions.

Match au final plutôt déséquilibré, entre une équipe peu expérimentée du Borussia, à l’instar de l’Atalanta Bergame, face à un Manchester City qui s’avance peut-être cette année avec sa meilleure équipe jamais vue. Les Citizens font peur, et pourraient bien concurrencer le Bayern en tant que vrai prétendant au titre. Début de réponse en Mars, pour le match retour entre les deux formations du soir.

Crédits photo Une : @FaisalHQ

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire